En janvier 1920, au large de l’île de Ré, le naufrage du paquebot Afrique

Aller en bas

En janvier 1920, au large de l’île de Ré, le naufrage du paquebot Afrique Empty En janvier 1920, au large de l’île de Ré, le naufrage du paquebot Afrique

Message par Admin le Mer 18 Nov - 18:02

En janvier 1920, au large de l’île de Ré, le naufrage du paquebot Afrique 21515

Lors du naufrage du paquebot, le 12 janvier 1920, au large de l’île de Ré, Joseph Tallec avait sauvé sa peau avec cinq autres Paimpolais.

Retrace le destin de Joseph Tallec, un Breton né à la fin du XIXe siècle. Après s'être engagé dans la marine militaire, il effectue plusieurs voyages vers Dakar à bord du paquebot Afrique et gravit tous les échelons jusqu'à en devenir le bosco, le maître d'équipage. Mais le 12 janvier 1920, le bateau sombre au large de l'île de Ré, avec ses 570 passagers.

En janvier 1920, au large de l’île de Ré, le naufrage du paquebot Afrique 21516


Dernière édition par Admin le Ven 20 Nov - 22:06, édité 1 fois
Admin
Admin
Admin

Messages : 11869
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 64
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

En janvier 1920, au large de l’île de Ré, le naufrage du paquebot Afrique Empty Re: En janvier 1920, au large de l’île de Ré, le naufrage du paquebot Afrique

Message par Admin le Mer 18 Nov - 18:06

En janvier 1920, au large de l’île de Ré, le naufrage du paquebot Afrique

Histoire Un film retrace le naufrage de 1920
Le Titanic français oublié


En janvier 1920, au large de l’île de Ré, le naufrage du paquebot Afrique a fait 565 morts. Un documentaire en préparation tire cette tragédie de l’oubli.

En janvier 1920, au large de l’île de Ré, le naufrage du paquebot Afrique 21517

Le 12 janvier 1920 vers 3 h du matin, pris dans une mer féroce et plombé par une voie d’eau, le paquebot Afrique, parti le 9 au soir de Bordeaux à destination de plusieurs ports africains, sombrait au nord-ouest de l’île de Ré, à 40 km de la côte vendéenne après une longue agonie, 21 heures après son premier signal de détresse.

Seulement 34 survivants

De ses occupants, des tirailleurs africains démobilisés, des épouses et enfants d’expatriés, des missionnaires, 125 membres d’équipage, seules 34 personnes survécurent.

« Pendant des semaines, des corps furent récupérés sur les plages de Vendée, dans des chaluts, dérivèrent jusqu’en Bretagne, l’île de Sein », raconte Roland Mornet, marin reconverti en historien, auteur d’un livre sur l’ Afrique en 2006. Cette année-là fut apposée aux Sables d’Olonne une humble stèle, à ce jour seule trace physique de la tragédie.

La plus grande catastrophe maritime française

« Comment la plus grande catastrophe maritime française a-t-elle pu tomber à ce point dans l’oubli ? Il y avait plein de mystères, d’interrogations autour de l’ Afrique », résume Daniel Duhand, co-réalisateur avec Mickael Pitiot.

Le naufrage fit scandale, suscita une session houleuse à la Chambre des députés. Pierre Dignac, député de la Gironde à l’époque, était « traumatisé », explique Denis Blanchard-Dignac, son petit-fils : « Que la compagnie ait pu affréter un bateau en mauvais état, et par la responsabilité de l’État, incapable d’assurer un sauvetage sur un naufrage à 100 km de Bordeaux ».

Mais l’actualité politique (élection présidentielle en ce janvier 1920) reprit le dessus. Plusieurs commissions d’enquête, 12 années de procédure, exonérèrent au final l’armateur, les Chargeurs-Réunis, et déboutèrent les familles des demandes de compensation.

Navire surchargé, en état douteux, écoutilles obstruées par la crasse accumulée, choc final avec un bateau-feu, maints facteurs se sont combinés pour le drame. La version officielle en 1932 retint surtout la malchance : le possible choc avec une épave de la Première Guerre mondiale, ouvrant une voie d’eau fatale dans la tempête.

Le 52 minutes sur l’ Afrique, prévu pour 2014, est une enquête, qui « va dans le sens » de la thèse d’un navire en coupable état, selon Daniel Duhand, qui dit avoir eu accès à des documents inédits.

Le film suit aussi le fil de la mémoire : comment le naufrage a marqué la vie des familles. « Celles où il y a eu transmission de mémoire, et celles où l’on n’en parlait pas, un sujet tabou comme s’il y avait une culpabilité », assure Duhand, qui a retrouvé 90 descendants et en cherche encore.

« On n’en parlait jamais, c’était un peu occulté, ou alors à peine abordé à cause du bijou », raconte Marie-Laure Semont, Périgourdine de 64 ans, qui porte encore au cou la petite croix de Malte en or de sa grand-mère, une victime du naufrage. Une croix qui aida à identifier son corps sur une plage vendéenne.

« Le film réveille cela, c’est bien. Je peux faire un travail (de mémoire) que ma mère n’a pas pu faire ».

Le film prévoit une plongée par 45 m de fond, où gît toujours l’épave, avec en surface des descendants sur un bateau.

Henri Portes, 59 ans, fut au contraire nourri d’histoires par sa grand-mère, veuve d’un officier, qu’elle avait recoupées auprès de survivants. Des scènes de panique, d’horreur, et de grâce, comme « la messe qu’organisa l’évêque de Dakar, Hyacinthe Jalabert, sentant leur sort scellé, rassemblant des passagers autour de lui, allumant des cierges ».

Portes ne voulait pas paraître dans le film. « Ça me semblait une histoire de famille, intime […]. J’ai compris qu’elle était l’histoire de beaucoup de gens, presque nationale. Parler devenait un devoir ».

Le naufrage du Titanic, en avril 1912, a fait quelque 1 500 morts parmi les 2 201 personnes qui étaient à bord.

Admin
Admin
Admin

Messages : 11869
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 64
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

En janvier 1920, au large de l’île de Ré, le naufrage du paquebot Afrique Empty Re: En janvier 1920, au large de l’île de Ré, le naufrage du paquebot Afrique

Message par Admin le Mer 18 Nov - 18:09

Trois procès

« Le naufrage, considéré comme la plus grande catastrophe maritime française, engendra de violentes polémiques et une discussion houleuse à l'Assemblée nationale », poursuit Daniel Duhand en évoquant la commission d'enquête qui, « seulement huit jours après le drame », conclut que la compagnie n'était pas fautive. « Georges Métayer, l'un des survivants, a expliqué que le bateau était pourtant parti avec de l'eau dans les cales, et des marins ont témoigné de son mauvais état. » Trois procès eurent lieu, en 1925, 1927 et 1932. Lors du deuxième, la compagnie fut condamnée à verser des dommages et intérêts. Lors du troisième, elle fut lavée de tout soupçon. Quant au trésor transporté par monseigneur Jalabert (30 millions de francs-or), il ne fut jamais repêché… « Nous ne cherchons pas à faire la vérité sur ce qui s'est passé, assure Daniel Duhand. Nous voulons connaître le vécu de ceux dont l'"Afrique" a marqué la famille. J'ai appris l'histoire du paquebot à des descendants d'un naufragé qui savaient seulement que leur aïeul était mort en Afrique. »
Admin
Admin
Admin

Messages : 11869
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 64
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

En janvier 1920, au large de l’île de Ré, le naufrage du paquebot Afrique Empty Re: En janvier 1920, au large de l’île de Ré, le naufrage du paquebot Afrique

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum