Saint-Brieuc. Vincent Paulic vous tire le portrait à l’ancienne

Aller en bas

Saint-Brieuc. Vincent Paulic vous tire le portrait à l’ancienne

Message par Admin le Ven 8 Jan - 17:48


S’il utilise ce procédé datant de 1850, ses photos ne sont en rien vieillottes. Bien au contraire… Elles sont tout ce qu’il y a de plus contemporain…

Insolite Vincent Paulic n’a pas fini de surprendre. Après Jeunes et Bretons, portraits de la jeunesse afro-armoricaine remarqué à Photoreporter, le photographe revient avec un nouveau projet. Désireux de rencontrer et explorer des univers différents, Vincent Paulic, inventif, aime expérimenter d’autres pistes.Il l’avait déjà prouvé avec le cyanotype, procédé datant de 1842. Une méthode d’impression dont il s’était servi pour réaliser un travail autour de l’enregistrement de l’album de Camadule Gredin

Le collodion humide

Aujourd’hui, il remet une autre ancienne technique au goût du jour : le collodion humide. Quèsaco ? Un processus photographique découvert par Gustave Le Gray en 1850. Le collodion est obtenu par un mélange de nitrocellulose, d’alcool et d’éther.Ce procédé consiste à sensibiliser une plaque de verre préalablement recouverte d’une fine couche de collodion photographique dans un bain de nitrate d’argent. Ensuite, on la place dans la chambre photographique, pour la prise de vue, « très délicate, puisque le sujet doit rester parfaitement immobile pendant la pose, entre 5 et 8 secondes », souligne Vincent Paulic. Puis on passe au développement et à la fixation de l’image pendant que le collodion est encore humide.« La personne voit ainsi toutes les étapes magiques de ce procédé jusqu’à la découverte de son portrait sur la plaque. Elle repart avec un objet unique : un positif sur verre ou sur fer. » Le rendu est bluffant. Et la puissance qui se dégage de ces portraits est saisissante.

VIDEO YOU TUBE




Photographie au collodion


https://youtu.be/XdveupPLzls


Cette technique complexe a demandé au photographe des mois de travail et de recherches afin de la maîtriser. « Elle nécessite aussi des connaissances en chimie. » Sans oublier la restauration de la chambre photographique des années 20 dénichée auprès d’un collectionneur, à Colmar (Alsace). Avant de l’utiliser, il a dû retaper le soufflet et les velours, revoir l’étanchéité des plaques, réparer la poire…

Le numérique aussi

Avec cette nouvelle expérience, Vincent Paulic ne renie en rien les nouvelles technologies. Bien au contraire, puisqu’il utilise le numérique pour ses travaux. « Mais c’est intéressant et jouissif de se reconnecter avec cette pratique artisanale qui demande patience, concentration et précision… Du coup, tu te déconnectes de l’ordinateur et du téléphone portable. »Et de poursuivre : « Avec ce concept, il ne s’agit pas de singer la photo du XIXe siècle. L’idée étant de réaliser des photos modernes et contemporaines avec une technique ancienne. »Et quand le modèle vient poser devant son objectif. Il ne se fait pas seulement tirer le portrait. Il vit aussi une expérience insolite… D’ailleurs, des artistes sont séduits par l’idée. Comme Michel Aumont qui a sollicité le photographe pour son nouveau trio SoufffleS 3.


Renseignements : vincentpaulic.fr,

tél. 06 76 83 84 44,

vincent.paulic@gmail.com
avatar
Admin
Admin

Messages : 11017
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 63
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum