L’analyse ADN des crânes de Paracas prouve qu’ils ne sont pas Humains

Aller en bas

L’analyse ADN des crânes de Paracas prouve qu’ils ne sont pas Humains

Message par Admin le Ven 12 Fév - 22:55

Voilà encore un point ou il y a diverses solutions ,je vais essayer de vous proposer le maxi d'infos.

....................................................................................................................................................................................................................

L’analyse ADN des crânes de Paracas prouve qu’ils ne sont pas Humains

Sur la côte sud du Pérou se trouve la péninsule du désert de Paracas. Ce paysage aride est le lieu où l’archéologue péruvien Julio Tello a fait une découverte étonnante en 1928. Ses efforts ont permis la découverte d’un immense cimetière enterré sous le sable et les rochers.

Dans ces tombes, Tello a découvert les restes humains les plus controversés de l’histoire. Les corps avaient les plus grands crânes allongés du monde et ont dés lors été appelés les « crânes Paracas ». Tello a trouvé au total plus de 300 crânes et qui sont supposés être vieux de 3000 ans. Une analyse récente de l’ADN de quelques uns de ces crânes a présenté des résultats époustouflants qui pourraient remettre en cause la perspective actuelle de l’arbre généalogique de l’évolution humaine.



Plein d’autres cultures se sont adonnées à la pratique de l’élongation ou déformation crânienne, mais les techniques qu’ils utilisaient produisaient des résultats différents. Certaines tribus d’Amérique du Sud liaient les crânes des nourrissons avec des lianes et des bouts de bois afin de changer leur forme. Cette technique s’appuyait sur l’application d’une pression constante sur le crâne sur une longue période de temps. Ce type de déformation crânienne changeait la forme mais ne modifiait pas la taille, le poids ou le volume du crâne; ce sont toutes les caractéristiques d’un crâne humain lambda.

Les crânes Paracas sont différents. Leurs crânes sont 25% plus grands et 60% plus volumineux que des crânes humains standards, ce qui a conduit les chercheurs à croire qu’ils n’ont pas pu être modifiés par la technique précédemment mentionnée. Ils sont également structurellement différents et ont seulement une plaque pariétale, par opposition aux crânes humains qui en possèdent deux. Ces différences ont cultivé ce mystère vieux de dix années en rapport avec les crânes Paracas et les chercheurs n’ont pas été en mesure d’expliquer leurs origines.

Le directeur du Musée d’histoire de Paracas a envoyé différents échantillons de cinq crânes afin qu’ils subissent des batteries de tests génétiques. Les échantillons étaient constitués de cheveux, de peau, de dents et de fragments d’os du crâne. Le laboratoire n’a pas été informé de l’origine des échantillons afin d’éviter toutes sortes de résultats biaisés ou influencés… Les résultats sont fascinants.

L’ADN mitochondrial (hérité par la mère) présentait des mutations inconnues chez n’importe quel humain, primate ou n’importe quel autre animal. Les mutations ont suggéré que nous avons affaire à un tout nouvel être humain, ou un cousin très éloigné de l’Homo sapiens sapiens, du Néandertalien, de l’Homo Erectus et tous les autres… Les individus de Paracas étaient biologiquement très différents des humains, ils n’auraient pas été capables de s’accoupler avec nous. « Je ne suis pas sûr que ce sera même inscrit dans l’histoire évolutive des hominidés », a ajouté une généticienne.

Les implications de cette découverte sont énormes. Qui étaient ces mystérieux individus de Paracas? Ont-ils évolués ici sur Terre et ont-ils emprunté un parcours radicalement différent du nôtre, à un tel niveau qu’ils ne nous ressemblaient plus? Si non, d’où venaient-ils?

Cette percée scientifique pose toutefois encore plus de questions qu’elle ne peut en résoudre, mais c’est une nouvelle preuve suggérant que nous n’étions pas les seuls et que nous ne le sommes toujours pas.


DES VIDEOS

Vue intérieure d'un crâne allongé du Paracas/Pérou, par Brien Foerster (VOSTFR)
Ajoutée le 9 avr. 2015

https://youtu.be/Hoo3XT1VB7s

Brien Foerster présente quelques nouvelles acquisitions de crânes allongés d'hominidés pour le Musée Historique du Paracas. Grace à cette courte vidéo, nous avons un aperçu, en vue assez rapprochée, de l'aspect et de la structure osseuse de ces êtres étranges anciens.


Le Mystère des Crânes longs à travers le Monde

Ajoutée le 11 oct. 2013


Déformation artificielle ou Evidence de nos Origines ?
Crânes humains, Annunaki, Aliens...?

https://youtu.be/aUbItDPcHz4

Ces étranges anciens crânes allongés ont été découvert à travers le monde entier, pas uniquement en Amérique du Sud, mais aussi en Asie, en Europe, en Afrique...
Ces crânes présentent des anomalies anatomiques qui indiquent clairement qu'ils sont différents des humains modernes : Ils ont généralement qu'une seule suture crânienne alors que les humains modernes en ont trois (fontanelle). Leurs capacités crâniennes étaient plus grandes que l'homme moderne, jusqu'à 25 %. Cela pourrait sembler indiquer une plus grande intelligence de ces êtres. Malgré leur taille, ces crânes sont aussi lourds que des crânes humains modernes, et ils ont encore d'autres anomalies anatomiques qui ne peuvent être expliquées, même par les médecins qui les ont examinés.
Longtemps rejetés par les sceptiques comme le résultat de crânes artificiellement allongés (par des planchettes et des bandelettes) pour aplatir le front et allongé le crâne. Toutefois, cette pratique ne change pas le volume du crâne et n'en modifie pas les sutures crâniennes !

Je pense donc que les êtres à qui ont appartenus ces crânes, peuvent avoir une possible relation avec les structures mégalithiques et les constructions cyclopéennes ou encore aux civilisations antédiluviennes comme l'Atlantide, Mu, Shambhala ou l'Hyperborée.



http://messagesdelanature.ek.la/les-cranes-non-humains-de-paracas-p744834
avatar
Admin
Admin

Messages : 10195
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 63
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’analyse ADN des crânes de Paracas prouve qu’ils ne sont pas Humains

Message par Admin le Ven 12 Fév - 23:01

Info ou int-hoax ? Les 300 crânes allongés de Paracas (Pérou) apparemment découverts en 1928 et estimés vieux de 3.000 ans.

Ce forum peut aussi vous apporter des réponses ?

hoaxbuster vous connaissez ? Première ressource francophone sur les hoax (canulars) du web. Permet d'identifier tout message susceptible d'être un hoax.

http://www.hoaxbuster.com/forum/cranes-allonges-de-paracas

avatar
Admin
Admin

Messages : 10195
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 63
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’analyse ADN des crânes de Paracas prouve qu’ils ne sont pas Humains

Message par Admin le Ven 12 Fév - 23:13

CRÂNES DE PARACAS : ADN NON HUMAIN

SELON BRIEN FOERSTER, LES CRANES LONGS PERUVIENS RÉVÈLENT UNE ESPECE INCONNUE


12 février 2014 (Allemagne) – Le phénomène mondialement répandu de ce qu’on appelle les crânes allongés (oblongs) met les amateurs mais aussi les professionnels constamment devant de nouvelles énigmes. Alors que l’on sait, que la grande majorité de ces boîtes crâniennes à la forme bizarre dont dues à des déformations volontaires par des attelles et des bandages depuis l’enfance, certains scientifiques voient dans certains exemplaires particuliers de ces crânes des preuves, qu’il s’agit là d’une caractéristique d’origine « naturelle ». Et par ailleurs, l’origine, le sens et le but de cette tradition inhabituelle restent obscurs. Brien Foerster, expert indépendant en biologie, vient de soumettre des crânes d’origine péruvienne, dont la forme allongée était particulièrement marquante, à une analyse ADN. Après des premières nouvelles brèves, Foester a révélé à notre rédaction (grenzwissenschaft-aktuell.de) des détails exclusifs.



Rédac. GreWi-. Andreas Müller: Monsieur Foerster, tout d’abord un grand merci d’avoir accepté de nous en dire plus sur les résultats d’analyse des crânes allongés de Paracas. Pourriez-vous s’il vous plaît nous donner un petit aperçu du contexte et des particularités de ces crânes?

Brien Foerster: Volontiers. Paracas est une presqu‘îles désertique située dans la province de Pisco de la région Ica le long de la côte sud du Pérou. C’est là, que l’archéologue Julio Tello a fait une étonnante découverte en 1928, lorsqu’il découvrit une nécropole très vaste et complexe abritant des ossements d’individus dont les crânes présentaient les plus importantes déformations connues au monde. Au total, Tello a découvert 300 de ces crânes, dont l’âge est estimé à environ 3000 ans. Ces crânes ont été désignés sous l’appellation de crânes de Paracas.
Sur 5 des 40 crânes environ, qui sont conservés actuellement au « Paracas History Museum », nous avons eu l’autorisation de prélever des échantillons de cheveux (avec leur bulbe), des restes de peau, des dents et des mâchoires. Ces échantillons ont été soumis par Lloyd Pye, chercheur, aujourd’hui malheureusement décédé, du « crâne Starchild » et fondateur du « Projet Starchild » (= enfant des étoiles), par des généticiens du Texas à une analyse ADN.


GreWi: Est-ce que vous pouvez résumer et expliquer pour nous les résultats obtenus jusque là?

Foerster: J’aimerais d’abord signaler, qu‘il s’agit pour l’instant de résultats préliminaires obtenus à partir de l’un des 40 crânes du musée. Ces 40 crânes ne sont eux-mêmes que quelques exemplaires de plusieurs centaines connus au Pérou et en Bolivie. Le fait cependant, que cette analyse ait été effectuée par un expert généticien à l’aide des méthodes d’analyse les plus modernes, est particulièrement important.
Ce généticien a analysé des échantillons de trois crânes de Paracas à l’aveugle, dont les résultats préliminaires sont à présent disponibles et seront discutés ici. Je ne peux pas encore dire à l’heure actuelle, de quels crânes précis il s’agit, pour des raisons évidentes de sécurité.
Comme certains segments de l’ADN examiné ne correspondent ni à des segments connus de l’ADN de l’Homo sapiens ni à d’autres souches humaines comme les Néandertaliens ou les Hommes de Denisova, il semble par conséquent, que les Paracas puissent possiblement constituer une espèce (humanoïde) à part. Mais comme dit, ce ne sont que des résultats préliminaires et il faudra d’autres tests.


GreWi: Comment interprétez-vous ces premiers résultats?

Foerster: Peu importe la manière de les considérer, les Paracas étaient un peuple mystérieux. Ils sont apparus environ 1000 ans av. JC. et leur origine est un mystère complet. Ils avaient des cheveux couleur fauve et leur classe dominante possédait ces crânes oblongs. Ils connaissaient apparemment déjà le tour de potier et fabriquaient les plus beaux tissus du Pérou précolombien. Je suppose avec de plus en plus de certitude qu’au moins certains de leurs ancêtres étaient venus d’une autre partie du monde au Paracas sur des voiliers. Puis, vers environ 100 apr. JC, ils disparaissent à nouveau d’une manière tout aussi mystérieuse. Il est possible qu’ils se soient éteints au profit de la culture Nazca, qui avait pénétré sur leur territoire.

GreWi: Pouvez-vous nous en dire plus, sur qui et où les analyses ADN ont été effectuées?

Foerster: A l’heure actuelle, je peux seulement dire, qu’il s’agit d’un généticien qui a déjà souvent travaillé pour le gouvernement des Etats-Unis et est ainsi considéré comme un expert dans son domaine.

GreWi: Quels sont les prochaines étapes et perspectives?

Foerster: D’abord, dans les prochains mois, seront effectuées d’autres analyses par deux ou trois laboratoires indépendants aux USA. Ensuite, il y aura une datation au C-14 ainsi que peut-être des analyses de sang.

GreWi: Comment et où seront publiés les résultats définitifs?

Foerster: Nous ne le savons pas encore. Une publication dans une revue scientifique est une possibilité, mais aussi une documentation par le biais d’une publication directe de tous les résultats et de toutes les données. Par ailleurs, d’autres analyses d’autres crânes allongés, entre autre de celui provenant de la collection de 2011 du musée « Ritos Andinos » trouvé à Cusco.

GreWi: Disposez-vous déjà d’estimations ou de retours de la part d’autres scientifiques ou anthropologues?

Foerster: Pas en ce qui concerne les résultats préliminaires cités.

GreWi: Qu’est-ce qui vous fait dire qu’il ne s’agit pas d’une malformation crânienne traditionnelle artificiellement induite dans le cas des Paracas?
avatar
Admin
Admin

Messages : 10195
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 63
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’analyse ADN des crânes de Paracas prouve qu’ils ne sont pas Humains

Message par Admin le Ven 12 Fév - 23:27

Foerster: On sait depuis longtemps que la plupart des crânes allongés sont le résultat d’une déformation crânienne due à un aplatissement de la tête ou à la contention par des bandes, qui provoquent la forme correspondante en soumettant le crâne pendant de longues périodes de temps à ces pressions extrêmes. Habituellement, ces déformations étaient obtenues en enroulant très serré des bandes autour du crâne entre deux planchettes de bois ou seulement par contention.
Tandis que de tels procédés déformaient certes le crâne, ni son volume, ni son poids ou encore d’autres caractéristiques n’étaient différents d’un crâne humain normal.
Et c’est en cela que divergent certains des crânes allongés des Paracas: leur volume crânien est jusqu’à 25% plus important et même jusqu’à 60% pour lourd que des crânes humains normaux. Ils ne peuvent ainsi pas être l’œuvre d’une déformation intentionnelle provoquée par aplatissement ou contention. Ces crânes-là ont de plus un seul os crânien, là où des crânes normaux en possèdent deux.
Le fait, que ces crânes ne sont donc visiblement pas le résultat d’une déformation induite artificiellement signifie, que la circonstance de leur allongement reste une énigme.

GreWi: Le crâne que vous avez décrit et maintenant analysé, ne montre ainsi aucune des traces typiques et connues des techniques traditionnelles de déformation des crânes (comme par exemple les gouttières)?

Foerster: La grande majorité des crânes allongés au Pérou et en Bolivie, soit environ 90 à 95%, montrent ces traces évidentes de techniques de déformation: Un front aplati et/ou de certaines parties de l’arrière de la tête, là où les attelles ou un autre matériel de ce type étaient installé et maintenu fermement en place à l’aide de cordelettes ou de bandes serrées. Mais ce sont les 5 à 10% de crânes restants, qui ne portent aucune trace de cette sorte, qui sont troublants, car leur forme est naturelle et conserve ses rondeurs et courbes. La théorie que j’avance pour l’expliquer, c’est qu’une petite partie des gens (ou êtres) naissaient en effet avec un crâne de cette forme, avec un seul os crânien et de grandes orbites, ainsi qu’avec deux trous intéressants à l’arrière de la tête. Soit ces individus se sont alors mélangés avec des humains normaux, ce qui a fait disparaître peu à peu ces caractéristiques génétiques du crâne allongé, et que les gens éprouvaient ainsi la nécessité, de provoquer les déformations de manière artificielle, ou les Paracas ont vu leur espèce s’éteindre au bénéfice d’autres peuples, qui ont cependant par la suite copié leurs caractéristiques.

GreWi: Que dites-vous à tous ceux qui continuent à dire qu’il s’agit des techniques traditionnelles de déformations de
crânes, comme celles des rois incas par exemple dans le cas des crânes des Paracas?

Foerster: Je travaille à l’heure actuelle à établir une topographie des endroits où ces déformations crâniennes sont trouvées au Pérou et en Bolivie. Il semblerait, qu’il existe de nombreux endroits où ces crânes allongés sont découverts, mais l’essentiel de ceux-ci se concentre sur ces deux pays et très nettement moins dans d’autres pays sud-américains. Je vois aussi une forte corrélation entre la construction de structures mégalithiques et la présence de ces crânes allongés. Les Incas étaient probablement la dernière culture supérieure au Pérou, a avoir pratiqué cette déformation crânienne, puisqu’elles ont ensuite été interdites par les Espagnols au XVIème siècle.
Mais comme personne ne peut dire honnêtement, d’où viennent les Incas eux-mêmes, j’essaie de reconstituer le passé par l’étude de modèles migratoires, d’anciennes voies de communication et de liens linguistiques.

GreWi: Y a-t-il autre chose que vous aimeriez ajouter à notre interview?

Foerster: Comme dit, ce n’est que le début des analyses de crânes allongés en provenance de nombreuses parties du monde, car on connaît également de telles déformations crâniennes en Russie, au Moyen Orient, en Mélanésie, en Amérique Centrale, en Allemagne en Angleterre et d’autres endroits encore.

GreWi: Monsieur Foerster, merci beaucoup pour ces réponses et informations intéressantes.

BIO : Brien Foerster est né à Rochester, Minnesota, Etats-Unis, mais a grandi sur la côte ouest du Canada. À 11 ans, il se passionne pour l’art autochtone des peuples autochtones Haïda, et a commencé à sculpter des totems et d’autres formes d’art connexes, grâce à l’apprentissage des enseignants autochtones. Après avoir obtenu un baccalauréat ès sciences, Brien a décidé de travailler la sculpture et la sculpture à plein temps, à l’âge de 25 ans. En 1995, il a déménagé à Maui, Hawaii, et a été embauché comme assistant chef de projet pour la construction de la coque d’une pirogue double à voile de 62 pieds (ancêtre du catamaran moderne d’aujourd’hui) la Mo’okiha O Pi’ilani (Lezard sacré qui perce les cieux) et la restauration de la célèbre pirogue à voile Mo’olele. Ce projet a duré 2 ans. Là, ayant appris à faire des pagaies à balancier hawaïennes du maître sculpteur Keola Sequiera, il a commencé une entreprise de pagaies à balancier en ligne, qui s’est épanouie au niveau international. Le Pérou est devenu son centre d’intérêt principal suivant. L’étude de la culture Inca a conduit à son écriture d’un livre, Une brève histoire des Incas, qui est disponible sur ce site, et il est maintenant le directeur adjoint du Musée d’Histoire de Paracas, au sud de Lima. Il aide également la municipalité de Paracas pour améliorer le nombre de touristes étrangers qui visitent, ainsi que ce qui est fondamental dans l’expansion du tourisme en général, en particulier en ce qui concerne la visibilité pour tous les visiteurs des 10.000 ans d’occupation humaine de cette région, à travers des visites de sites archéologiques majeurs et mineurs.


Source : http://grenzwissenschaft-aktuell.blogspot.de/2014/02/grewi-interview-mit-brien-foerster.html

VIA http://exocontacts.unblog.fr/2014/02/12/selon-brien-foerster-les-cranes-longs-peruviens-revelent-une-espece-inconnue/


Interview de Brien Foerster par April Holloway (28mn) :

https://www.youtube.com/watch?v=4Qsj5QyB1bk

https://www.youtube.com/watch?v=jeayPMFlFs4

Comparaison de différents crânes par Foerster (5mn) :

https://www.youtube.com/watch?v=JnERUZNqwbc

Reconstitution faciale (3mn) :

https://www.youtube.com/watch?v=yXHU0rl-we8



Un des crânes de Paracas

Pour rappel, plusieurs théories sont avancées et nous avons plusieurs types de crânes :

1) Ceux d’enfants hydrocéphales (pathologie) sans aucun mystère.

2) Ceux dont la cause est une déformation rituelle (Différents peuples ont déformé volontairement le crâne de leurs enfants). C’est une tradition pour ressembler aux dieux. Or, si les dieux ont des crânes de ce type, ils ne viennent donc pas de cette planète ou du moins ne sont pas de notre espèce…

3) Les crânes sans déformation volontaire en provenance du Pérou et du Mexique ainsi que ceux des dieux de Cholula (autre forme). C’est cette catégorie qui nous intéresse.


Dieux de Cholula (300/900 Ap-JC) – photographie 1975

« Deux « Dieux », un mâle et une femelle furent laissés sur Terre par d’autres « Dieux » pour enseigner au peuple local tout ce qui pourrait leur servir à créer une culture, la brillante culture qu’ils ont effectivement créée. Ces « Dieux » restèrent parmi eux assez longtemps pour leur enseigner les mathématiques, l’astronomie et d’autres sujets. Malheureusement, avant qu’ils aient eu l’occasion de retourner chez eux, d’autres « Dieux », différents, se présentèrent, il y eut un conflit et les deux « Dieux de Cholula » furent tués. «

Nous avons donc des dieux avec des crânes étranges et une tradition pour ressembler à ces dieux.


Momie de Cusco + reconstitution

Concernant les crânes des dieux, regardez cette représentation d’Akhénaton, de Néfertiti et de leurs trois enfants :


Race extraterrestre ? Race humaine évoluée ? Hybride ? Espèce disparue ? Encore présente sur Terre ? Il faudra bien un jour répondre à ces questions, qui ne sauraient tarder de surgir vu la rapidité des révélations !
avatar
Admin
Admin

Messages : 10195
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 63
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’analyse ADN des crânes de Paracas prouve qu’ils ne sont pas Humains

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum