Verdun : Albert Le Payen, mort pour la France

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Verdun : Albert Le Payen, mort pour la France

Message par Admin le Jeu 3 Mar - 20:18

Paimpol - Modifié le 22/02/2016 à 04:00 | Publié le 20/02/2016 à 05:23



Le Plouézécain, Albert Le Payen, a participé à la bataille de Verdun, et y est mort à l'aube de ses 21 ans.


Alors que débutent les cérémonies de commémoration du centenaire de la bataille de Verdun, quelle trace laisse-t-elle dans le Goëlo ? Albert Le Payen est l'un des nombreux Bretons ayant participé à ce combat meurtrier.

La mairie de Kérity possède une plaque commémorative avec les portraits de ses « enfants morts pour la France » durant le premier conflit mondial. Parmi les 17 visages, celui d'Albert Le Payen émerge, étant semble-t-il le seul du groupe ayant participé à la bataille de Verdun (du 21 février au 19 décembre 1916).


L'enfer de Verdun

Ce jeune Plouézécain de naissance n'a pas survécu aux « 300 jours de Verdun ». Il est mort le 10 juin 1916, la veille de ses 21 ans. Son parcours reconstitué à partir d'archives militaires donne un autre aspect de cette bataille.

Incorporé au 1er régiment de Zouaves dès le 20 décembre 1914, ce soldat de 2e classe est envoyé au front le 24 mai suivant toujours au sein d'un régiment colonial. Il est versé au 4e régiment mixte de Zouaves et de Tirailleurs le 21 juin 1915, son ultime corps d'affectation qui vient d'être créé.

Dernier régiment Tirailleur constitué, il est aussi le premier à être décoré de la Légion d'honneur pour sa participation à de nombreuses batailles décisives. Après celle d'Ypres en Belgique qui voit la première utilisation de gaz de combats, il est envoyé à Verdun par train, fin mai, alors que les Allemands continuent leur offensive. Cette expression n'est pas usurpée. Le journal de marche du régiment décrit quotidiennement les opérations et le bilan humain.

En arrivant le 7 juin en première ligne, Albert Le Payen et ses camarades reprennent du terrain à l'ennemi. « Les combats se font au corps à corps à portée de grenades », selon l'historique officiel du régiment. Le feu se concentre autour d'une colline, la « côte 304 », que reprennent les Français.

Occupant cette position le 10 juin, le jeune Breton va être tué le jour même en repoussant une attaque décrite dans le journal du régiment. « Dans la journée, l'ennemi attaque la côte 304 après une très forte préparation d'artillerie et en lançant des liquides enflammés. Toutes ses attaques sont repoussées. »

Au bout d'un seul mois d'engagement, 667 soldats du régiment seront mis hors de combat, tués, blessés ou gravement malades. Tous les « morts pour la France » n'auront pas de sépultures individuelles. Albert Le Payen semble être de ceux qui ont été ensevelis collectivement dans des fosses, sur le site même de la bataille.


http://www.ouest-france.fr/bretagne/paimpol-22500/verdun-albert-le-payen-mort-pour-la-france-4049163
avatar
Admin
Admin

Messages : 10526
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 63
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum