Des balades sur les traces de Pierre Loti

Aller en bas

Des balades sur les traces de Pierre Loti Empty Des balades sur les traces de Pierre Loti

Message par Admin le Dim 12 Avr - 21:57

Des balades sur les traces de Pierre Loti Sans_190

Avec ce guide, vous allez vous plonger autrement dans l'œuvre de Pierre Loti. L'association Pierre Loti à Paimpol et le photographe Quyên Ngo-Dinh-Phu ont collaboré ensemble pour imaginer et réaliser des balades en pays de Paimpol sur les traces de l'écrivain.
« C'est une grosse aventure ce petit guide », commente Quyên Ngo-Dinh-Phu, photographe paimpolais. Il tient dans ses mains le livre « Balades en pays de Paimpol sur les traces de Pierre Loti ».

Tiré à 2.000 exemplaires


Tiré à 2.000 exemplaires, cet ouvrage est disponible depuis mardi. C'est le fruit de la collaboration du photographe et de l'association Pierre Loti à Paimpol. Claudia Leonardi Clot s'est chargée de rédiger les textes. Quyên a apporté ses photos. « C'est une petite aventure humaine et culturelle très intéressante », témoigne Claudia Leonardi Clot. Nelly Souquet a vérifié que ses écrits collaient à la vérité historique. « Ce livre n'est pas un guide de randonnée au sens habituel du terme, mais plutôt un guide-mémoire qui propose une découverte du pays de Paimpol, région façonnée par son peuplement, son histoire, sa culture », indique Claudia Leonardi Clot. Ce guide va vous plonger au coeur de l'oeuvre de Pierre Loti : « Les itinéraires proposés sont des flâneries sur les lieux et les sites ayant servi de décor aux personnages. C'est aussi une invitation à passer de la réalité à la fiction, du passé au présent ».

Réels et fictifs


L'idée de ce guide existe depuis deux ans. La première sortie photos s'est déroulée en juin 2014. Quyên et l'association se sont retrouvés naturellement a travaillé ensemble pour ce projet. Leur route s'était déjà croisée en 2010 à l'occasion de l'exposition des figures féminines bretonnes de 1900 à 1940 mise en place par l'association. Quyên avait apporté son savoir-faire et son oeil pour le catalogue de l'exposition. Le contact était établi. Le photographe voulait depuis longtemps faire un guide sur la région de Paimpol. Cette envie était partagée par l'association. « L'idée d'un guide s'est imposée très vite pour nous », se rappelle Claudia Leonardi Clot. Cette envie devient aujourd'hui une réalité. « En suivant les pas de Pierre Loti, vous parcourrez des itinéraires réels (connus par l'écrivain) ou fictifs (parcourus par les personnages de ses romans). Les sites s'enrichissent de son regard ». Cette balade est illustrée par les photos de Quyên. Le lecteur y découvrira cinq circuits. « Ils peuvent être faits en famille, certains en voiture, d'autres à pied avec des distances et des difficultés variables mais toujours accessibles », conclut Claudia Leonardi Clot.

Pratique
Balades en pays de Paimpol sur les traces de Pierre Loti, aux éditions Le coureur de grèves. Prix : 15 €.

http://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/paimpol/livre-des-balades-sur-les-traces-de-pierre-loti-29-03-2015-10575226.php
Admin
Admin
Admin

Messages : 11874
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 64
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Des balades sur les traces de Pierre Loti Empty Re: Des balades sur les traces de Pierre Loti

Message par Admin le Dim 12 Avr - 21:58

L'association Pierre Loti à Paimpol

Association Pierre Loti à Paimpol

" La Bretagne, que beaucoup me donnent pour patrie… "

Historique

Née à l’occasion du colloque de 1993 sur Loti en son temps à Paimpol, sous la houlette de Fr. Chappé, une Association portant ce nom a cessé ses activités après la mort prématurée de son président. Le temps est venu de ranimer sur le sol paimpolais une Association à vocation culturelle dont les objectifs sont d’assurer la pérennité de la mémoire de Pierre Loti à Paimpol et dans sa région, en faisant mieux connaître l’homme et l’œuvre, en permettant ’approfondissement des recherches sur l’écrivain et le dessinateur, en organisant des activités culturelles : rencontres, colloques, mise en valeur des sites qui révèlent le patrimoine historique de la cité des Islandais, et plus largement, de la Bretagne.

Objectifs

L’œuvre de Pierre Loti mérite d’être (re)découverte. Pour beaucoup de lecteurs, la méconnaissance de sa richesse et de son actualité tient à une lecture lointaine et limitée à un ou deux romans. L’étonnante contribution de cette œuvre à l’histoire contemporaine, l’étendue des expériences de l’écrivain-voyageur, la complexité du personnage et le charme de son écriture, aujourd’hui mieux connus, lui rendent justice et font apparaître d’autres Loti, que l’Association contribuera à faire connaître. La qualité des publications et des recherches (le Journal en particulier, 2 vol. parus, le 3e à paraître) donnent jour après jour une vision élargie de l’intérêt que cette œuvre suscite, bien en dehors de la France elle-même, dans les parties du monde qu’il a décrites en ethnologue et en journaliste autant qu’en romancier. Les motifs et les thèmes de Pierre Loti ont donné naissance à une infinité d’œuvres qui s’en inspirent. Les compositeurs – musique symphonique ou vocale -, les scupteurs, les peintres et les illustrateurs, les écrivains ont largement puisé à cette source.

Projets

En 2011, l’Association se propose d’abord de faire connaître l’existence d’un Monument à Pierre Loti, par le sculpteur Francis Renaud (auteur également de l’émouvante Pleureuse à Tréguier). C’est un monument aux disparus de la pêche dans les mers d’Islande ; il représente deux femmes, l’une âgée (la grand-mère Moan de Pêcheur d’Islande ?), l’autre jeune et fière (Gaud ?), deux veuves qui rejoignent le thème, bien représenté en Bretagne, des monuments aux morts pacifistes, où la douleur des femmes prend le pas sur les uniformes guerriers. Le moulage en plâtre de cette statue se trouve actellement au Musée de Saint-Brieuc (H : 200 cm). La réalisation – en bronze ? en granit ? – demanderait une vraie mobilisation de tous, souscription, mécénat etc., et serait une juste reconnaissance de ce que P. Loti a apporté à la renommée de l’épopée islandaise. Elle exaucerait, post mortem, le vœu de Mgr Kerleveo : Quant au projet de monument à Loti, envisagé par M. A. Dayot, il n’a jamais vu le jour […]. M. Dayot l'imaginait « à la pointe de Pors-Even, son piédestal naturel, face à celui de Chateaubriand, à travers les grandes houles de la mer bretonne ». Le Doyen Le Bras nous montra un jour dans son bureau la maquette d'un monument à Loti. Elle représentait une bretonne debout en « mante » de deuil de la région trécorroise et paimpolaise. (Paimpol et son terroir, p. 388). Lors d’une exposition à la Halle de Paimpol (fin mars 2011), l’Association réunira des œuvres de sculpteurs (F. Renaud, Armel Beaufils, René Quillivic etc.), photographes (E. Bouillé), peintres et illustrateurs, contemporains de F. Renaud, sur le thème : Figures féminines bretonnes. Un modèle réduit du Monument à P. Loti sera présenté.

Les 25 et 26 mars 2011, des Rencontres seront consacrées à une table ronde sur Pierre Loti aujourd’hui réunissant des spécialistes, biographes, éditeurs scientifiques de ses romans, de son journal et de son œuvre de dessinateur.

L’Association s’est assurée du concours de l’Ensemble vocal féminin Guy Ropartz, les relations entre ce compositeur et Pierre Loti ayant été très proches (G. Ropartz a illustré en particulier Pêcheur d’Islande dans une œuvre symphonique).

En 2012, l’Association Pierre Loti à Paimpol souhaite organiser un colloque. Sur une suggestion des « gens de Rochefort » (Alain Quella-Villéger et Bruno Vercier) elle a retenu le thème : « Les Bretagnes de Pierre Loti », imitant ainsi le titre d’un colloque passé sur « Les Méditerranées de P. Loti ».

Naturellement ce titre ne limiterait pas les contributions aux frontières géographiques de la Bretagne, P. Loti ayant de cette terre une vision aussi mythique et légendaire que réaliste.

L’Association espère qu’un tel projet réunira tous ceux qu’intéressent la littérature, l’art et l’histoire, Pierre Loti ayant apporté, dans tous ces domaines, une contribution forte et originale.

Des balades sur les traces de Pierre Loti Sans_191
Admin
Admin
Admin

Messages : 11874
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 64
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Des balades sur les traces de Pierre Loti Empty Re: Des balades sur les traces de Pierre Loti

Message par Admin le Dim 12 Avr - 21:59

Biographie de Pierre Loti (1850-1923)

1850 Le 14 Janvier, naissance à Rochefort sur-Mer de Julien Viaud fils de Théodore Viaud et de Nadine Texier. Julien est le troisième enfant du couple, après Marie (1831) et Gustave (1838)
1865 Décès en mer de son frère Gustave âgé de 27 ans
1867 Intègre en tant qu’élève l’Ecole Navale de Brest
1870 Décès de son père. Ce dernier, receveur municipal, avait été accusé quinze ans auparavant de vol. Bien que le tribunal l’ait acquitté, il avait du rembourser les sommes disparues ce qui avait conduit toute la famille dans des difficultés financières. La même année il participe à bord de la corvette Decrès au conflit franco-allemand
1872 Escale à Tahiti et écriture du Mariage de Loti De ce séjour il retiendra le surnom Loti qu’il adoptera en 1876 comme pseudonyme
1877 Séjour en Turquie, rencontre avec Aziyadé et publication du roman témoignage de cette passion sous le titre Aziyadé en 1879
1880 Publication du Roman Le Mariage de Loti qui rencontre un vif succès
1881 Il est promu lieutenant de vaisseau et publication du premier roman signé Pierre Loti : Le Roman d’un Saphi
1882 Publication de Fleurs d’ennui, Pasquala Ivanovitch, Voyage au Monténégro, Suleïma
1883 Publication de Mon frère Yves
1886-87 Publication d’un des grands succès : Le Pêcheur d’Islande Mariage avec Blanche Franc de Ferrière Publication de Chrysanthème
1889 Naissance de son fils : Samuel
1890 Publication du Roman d’un enfant
1891 Elu à l’Académie Publication de : Le Livre de la pitié et de la mort
1892 Publication de la suite d’Aziyadé sous le titre : Fantôme d’Orient et de Matelot
1893 Rencontre de Crucita Gainza. Cette dernière d’origine basque en
1894 Location à Hendaye d’une maison qu’il dénommera Bachar-Etchea dite la maison du solitaire
1895 Naissance de Raymond fils de Crucita Gainza et de Pierre Loti
1896 Décès de la mère de Pierre Loti : Nadine Viaud
1897 Publications de Ramuntcho et de Figures et choses qui passaient
1898 Achat de la maison dite des aieuls. Demeure ou Pierre Lori a séjourné à différents moments de sa vie vie.
1900-02 Retour vers la marine et la mer. Après une mise en retraite puis une réintégration, Pierre Loti séjourne en Asie et écrit : Les derniers jours de Pékin (1902), L’Inde (sans les Anglais) 1903
1903 Séjour à Constantinople et publication un an plus tard de Vers Ispahan
1905 La Troisième Jeunesse de Madame Prune
1906 Publication de Les Désenchantées qui connaît aussi un grand succès
1909 La mort de Philae
1912 Un pèlerin d’Angkor
1913 Loti lutte contre le démantèlement par les puissances occidentales de l’Empire Ottoman
1919 Prime jeunesse
1923 Décès le 10 juin 1923 à Hendaye. Pierre loti est enterré dans la maison des aïeuls. Peu après son décès est publié des extraits, en collaboration avec son fils Samuel, de son journal intime sous le titre : Un jeune officier pauvre.
1925 Publication par son fils Samuel de la première partie du journal intime de Pierre Loti 1878-81
1929 Publication par son fils Samuel de la seconde partie du journal intime de Pierre Loti 1882-85

Note biographique rédigée par Alain Cotte
Admin
Admin
Admin

Messages : 11874
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 64
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Des balades sur les traces de Pierre Loti Empty Re: Des balades sur les traces de Pierre Loti

Message par Admin le Dim 12 Avr - 22:00

Pierre LOTI à Paimpol

Le jeudi 28 août 2003.

Des balades sur les traces de Pierre Loti Sans_192

"[D'abord, la Bretagne me causa] une oppression et une tristesse extrême. Ce fut mon frère Yves qui commença à m'initier à son charme mélancolique. Et ensuite l'influence qu'une jeune fille du pays de Tréguier exerça sur mon imagination très tard, vers mes vingt-sept ans, décida tout à fait de mon amour pour cette patrie adoptée..."
Pierre Loti. Le roman d'un enfant.



Chez un grand écrivain-voyageur, l’amour a donné à ce coin de Bretagne l’allure d’un pays exotique…

Si les deux premières visites de Loti à Paimpol sont le fruit du hasard pour l’une et de l’amitié pour l’autre, les trois suivantes sont en effet motivées par les espoirs d’un amour finalement déçu pour la jeune fiancée d’un paimpolais pêcheur d’Islande.

- mi-août 1868, Loti, ayant intégré l’année précédente l’école navale de Brest, fait escale dans la région de Paimpol avec ses camarades de la frégate Le Bougainville. Ils se restaurent en particulier à l’hôtel Le Richard, le bâtiment à la tourelle, encore debout à l’angle de la place du Martray et de la rue de l’Eglise.

- fin 1877, Loti se trouve à nouveau dans la région avec Pierre Le Cor, le marin qu’il reproduit sous les traits d’Yves Kermadec dans Mon frère Yves (1883).

- début 1882, l’écrivain fait connaissance à Brest avec Guillaume Floury, originaire de Pors-Even près de Paimpol, et modèle de Yann dans Pêcheur d’Islande. En décembre 1882, Loti revient à Paimpol dans l’espoir de retrouver la soeur d’un matelot qu’il a aperçue à Brest, en octobre précédent, sur la frégate La Surveillante. Mais, déjà fiancée, elle refuse ses avances.

- Deux dernières tentatives -infructueuses- l’amènent encore à Paimpol en octobre et décembre 1884. Courant 1884, il a déjà commencé l’écriture de Pêcheur d’Islande, dont l’héroïne, Gaud (Marguerite), est le portrait fidèle de la jeune paimpolaise.
Le 21 octobre 1886, Loti épouse Blanche Franc de Ferrière.

Lors de chacun de ses séjours à Paimpol, c’est à l’hôtel Le Richard (devenu ensuite hôtel Michel, Renaut, Rouleau, aujourd’hui salon de coiffure) que Loti fait étape. Le bâtiment de granit devient, dans le roman, la maison de Gaud, et, dans Mon frère Yves, l’hotel Le Pendreff.

Là, Loti peut observer de près la vie des "islandais".

Pêcheur d’Islande est achevé début 1886. Sa conception -suivie par Alphonse Daudet- ne s’effectue pas à Paimpol (et Loti n’a jamais vu la mer d’Islande), mais entre Rochefort, Paris, Toulon, le Japon, et sur quelques mers.
Le roman est le plus grand succès de Loti. Il assure également une renommée mondiale à Paimpol, petit port breton que rien ne distingue d’autres petits ports bretons, sauf la destination que choisissent ses bateaux pour pêcher la morue, entre chaque fin d’hiver et chaque fin d’été : la mer d’Islande plutôt que les côtes de Terre-Neuve.

Aujourd’hui encore, avec un peu d’imagination, on peut se figurer la place du Martray parsemée de tavernes plus ou moins sombres qui regorgent d’"islandais", avant qu’ils n’embarquent sur leur goélettes à huniers et que, comme Loti, ils n’aillent se purifier par le travail de la mer (et l’air vif d’Islande) des souillures de la vie à terre.
Le troisième bâtiment dans le dos de l’hôtel à la tourelle était un café, qui inspira le "café Tressoleur" de Pêcheur d’Islande.

LA SUITE ICI

http://www.terresdecrivains.com/Pierre-LOTI-a-Paimpol
Admin
Admin
Admin

Messages : 11874
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 64
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Des balades sur les traces de Pierre Loti Empty Re: Des balades sur les traces de Pierre Loti

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum