« Pas de mails après 18h »

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

« Pas de mails après 18h »

Message par Admin le Mar 3 Jan - 20:14

Publié le 01/01/2017 à 20:15

« Pas de mails après 18h » : à quoi ressemble le droit à la déconnexion ?
Le droit à la déconnexion entre en vigueur ce dimanche : certains chefs d’entreprises l’ont déjà mis en place. Ils nous racontent.
ParThierry Noisette Journaliste. Publié le 01/01/2017 à 10h01


Ce 1er janvier, la loi travail El Khomri entre en application. Parmi les mesures, une seule a fait l’unanimité  : le droit à la déconnexion.
http://travail-emploi.gouv.fr/grands-dossiers/LoiTravail/quelles-sont-les-principales-mesures-de-la-loi-travail/article/droit-a-la-deconnexion

ici document de 382 pages : http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/pl3600-ei.pdf

Ce que dit l’article 55 de la loi  :A partir du 1er janvier, les entreprises de 50 salariés et plus devront ouvrir des négociations pour mettre en place des dispositifs de «  régulation de l’utilisation des outils numériques  » pour assurer le respect des temps de repos et de congés.

De manière moins pompeuse, vous, salarié(e) d’une entreprise employant plus de 50 personnes, pourrez prétendre à un droit à la déconnexion. En retour, l’entreprise, elle, a un devoir de vous déconnecter.



Myriam El Khomri, ministre du Travail, en visite à l’association d’insertion Minos, le 18 mars 2016 - Fred Marvaux/AFP

Mais ce souci de déconnexion n’a pas attendu Myriam El Khomri pour faire débat dans les boîtes. Certaines commencent à l’envisager, d’autres à le pratiquer.
« Pas après 18 heures »
Quand on interroge des chefs d’entreprise sur le sujet, la réponse qui revient le plus souvent est :


« C’est laissé à l’appréciation de chacun  » (variante  : «  On laisse ça au bon sens de chacun  »).

Mais, ajoutent-ils aussitôt, « on préconise de... »

Chez Allianz France (le géant de l’assurance totalise 10 000 salariés), le PDG Jacques Richier précise :


«  Il n’y a pas de politique du groupe, mais pays par pays. En France, des consignes ont été envoyées il y a 18 mois, demandant de ne pas envoyer de mails après 18 heures ni le week-end. C’est du même ordre que la volonté de ne plus organiser de réunions après une certaine heure.  »
« Mails en CC abusifs »
Le besoin d’édicter des règles ne joue pas que dans une multinationale, on peut aussi l’observer dans des PME. Dans le Haut-Rhin, c’est le cas chez 3 MA Group, une société de services informatiques spécialiste de la « relation clients ». Laurent Schmerber, le président de cette entreprise de 200 personnes, raconte  :


«  Nous avons une charte d’utilisation du système informatique, avec des droits et des devoirs, ensuite chacun régit son usage. Nous avons une équipe de R&D de 25 personnes, des vrais geeks, qui travaillent souvent en décalage des autres.

Certains travaillent la nuit et ne sont pas là le matin  : il faut laisser des libertés aux gens. Ils peuvent envoyer des mails à toute heure, mais ils savent qu’ils n’auront pas de réponse immédiate, elle n’arrivera que quand la personne sera disponible.  »

Directeur général de l’école de commerce Kedge Business School (sept campus en France, en Chine et au Sénégal), Thomas Froehlicher explique que la messagerie de l’établissement génère un avertissement :


« En messagerie, à 19 heures, on arrête en principe d’envoyer les e-mails. Si on le fait, un pop-up s’affiche pour vous signaler que vous êtes hors horaire. Mais on peut quand même le faire si on y tient.

C’est un vrai sujet, comme l’addiction au travail ou les mails en CC abusifs. Ça remonte en comité d’entreprise et à la DRH. »
Dans les contrats des clients
Autre exemple de PME qui a préféré cadrer les usages : Format, une SSII de La Réunion. Didier Fauchard, le directeur de cette entreprise qui emploie 24 personnes  :


«  Nous avons traité la question du droit à la déconnexion il y a trois ans. Notre messagerie est hébergée chez Google, donc on ne peut pas bloquer les mails à une heure donnée, mais nous avons établi une charte  : elle fixe qu’entre 18h30 et 7 heures du matin, chacun peut envoyer un mail, mais on a le devoir – et pas seulement le droit – de ne pas y répondre.

Nous l’avons fait parce que dans certains cas ça devenait un vrai souci  : après 10 heures de travail, un salarié n’a plus le même niveau de vigilance même s’il veut répondre. Il vaut mieux couper et attendre après une période de repos.

Nous avons de même ajouté, depuis 18 mois, une mention spécifique dans les contrats de nos clients, disant qu’ils n’auront pas de réponse après telle heure. On l’a fait parce que chez certains clients il y avait un peu trop de tension, de gens qui voulaient contacter à n’importe quelle heure.  »
Faites ce que je dis, pas ce que je fais
Une fois fixées les règles de bonne conduite, reste à les suivre. C’est plus dur. Pratiquement tous nos interlocuteurs ont reconnu s’affranchir la plupart du temps des règles limitant l’usage des e-mails.

Parfois avec une pointe de mauvaise conscience  : c’est le cas de Gabriel Della-Monica, chez Smart & Blue (une boîte qui conçoit des objets connectés liés à la consommation d’eau). Le PDG de cette start-up grenobloise de sept personnes reconnaît  :


«  Je dis à ceux qui arrivent dans l’entreprise  : “ Je peux vous écrire à minuit, mais ce n’est pas un exemple à suivre et je n’attends pas de réponse immédiate. ” Mais c’est vrai que le faire ne donne pas le bon exemple, quoi qu’on dise. J’aimerais avoir une fonctionnalité de mail qui permette d’envoyer un message à n’importe quelle heure mais qui le programmerait pour ne partir chez le destinataire par exemple que le lendemain matin.  »
« Pas envie de stocker »
Variante : les dirigeants envoient certes des mails hors horaires, mais seulement à leurs pairs. Thomas Froehlicher, à l’école Kedge  :


« Moi-même, j’ai encore envoyé des mails le week-end dernier, mais ce n’était qu’entre dirigeants du groupe  ; ça nous arrive pour des questions courtes, et parce qu’on connaît le fonctionnement les uns des autres. Mais nous ne le faisons pas au-delà de ce cercle. »

Chez Allianz, Jacques Richier explique  :


«  Je suis le seul à écrire ou lire à tout moment, parce que je n’ai pas envie de stocker – je reçois une centaine de mails par jour. Mais la réponse n’a pas besoin d’arriver avant le lundi  ; en cas de grande urgence, de toute façon on passe plutôt par le SMS ou l’appel téléphonique, le mail a plus une fonction d’information.

Le soir et le week-end, les consignes sont assez respectées, il y a peu de mails après 21 heures. L’exception, c’est entre membres du Comex [comité exécutif, ndlr], où on peut échanger des mails à tout moment.  »
« On n’est pas des “no life” ! »
Cependant, l’entrepreneur n’a pas forcément envie de passer nuit et jour devant sa boîte mail. François Nicot, un des sept associés de Gest’Innov (solutions informatiques d’entreprise, Ille-et-Vilaine), raconte qu’il s’astreint à ne pas envoyer de mail « entre vendredi 21 heures et lundi 8 heures » :


« Nous avons une volonté claire de distinguer le professionnel et le personnel, on n’est pas des “no life” ! »

Ancien d’une grande entreprise (ST Micro Electronics) avant de lancer sa start-up, Gabriel Della-Monica souligne que le stress du trop-plein et l’envie de déconnecter valent aussi pour lui  :


«  C’est vraiment “ Le blues du businessman ”  : l’été dernier, nous sommes partis ma femme et moi dans les Pyrénées espagnoles, au canyon du Niscle  ; un endroit magnifique et sans réseau. Quel soulagement  ! Enfin déconnectés, c’était le paradis, on était enfin tranquilles. »
« Mon problème et ma liberté »
Si certains salariés, voire dirigeants, veulent souffler, on trouve aussi une revendication de pragmatisme. Chez Up Graduate (une plateforme d’e-learning pour laquelle travaillent six personnes), les fondateurs Arnaud et Guillaume Blachon demandent aux salariés de ne pas envoyer de mails après 18 heures.


«  Mais les jeunes diplômés qui arrivent dans une start-up ne sont pas choqués à l’idée qu’on échange au-delà en cas d’urgence ; en venant dans ce type d’entreprise ça leur semble tout à fait normal.  »

De même Pascale Luciani-Boyer, PDG de Neoxpective (cabinet conseil en politique numérique), souligne que dans sa structure de 13 personnes, chacun s’organise selon ce qui l’arrange  :


« Nous travaillons les week-ends et le soir, mais en semaine nous arrêtons de travailler selon nos contraintes familiales. Le moment où se fait le travail est peu important  ; si j’ai envie de le faire entre 21 heures et 24 heures quand les enfants dorment c’est mon problème et ma liberté.  »

Article initialement publié en mars 2016.

article nouvel obs

http://rue89.nouvelobs.com/2016/03/24/loi-el-khomri-seule-mesure-fache-263492
avatar
Admin
Admin

Messages : 9560
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 62
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum