L’armée russe crée une unité chargée de la guerre de l’information

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’armée russe crée une unité chargée de la guerre de l’information

Message par Admin le Mer 22 Fév - 18:20



La Russie joue carte sur table, ou presque. Le ministre de la Défense de Vladimir Poutine a annoncé la création d’une unité spécialisée, chargée de mener la guerre de l’information.

L’armée russe a créé un département chargé de mener une guerre de l’information car la propagande est devenue une arme dont la puissance et l’efficacité sont sans précédent dans l’histoire, a déclaré le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, mercredi. « La propagande doit être intelligente, spécialisée et efficace », a-t-il lancé devant les députés de la Douma, selon des propos rapportés par l’agence officielle Tass.

La communauté du renseignement américaine observe avec une grande attention les activités de la Russie dans ce domaine depuis qu’elle a établi que le Kremlin était à l’origine des piratages de la campagne présidentielle démocrate afin de favoriser l’élection de Donald Trump.

Lire aussi : Guerre de l’information et contre-progagande
voir article suivant

La Présidentielle française visée ?


Les agences européennes estiment, elles, que Moscou va tenter d’influencer l’élection présidentielle en France, fin avril et début mai, ainsi que les élections générales en Allemagne en septembre afin de favoriser des candidats favorables à la Russie.


Choïgou a expliqué aux députés de la Douma que les personnels employés dans cette guerre de l’information disposaient d’une compétence et d’une efficacité inédite.

Ces unités de l’armée russe ont été « principalement créées pour protéger les intérêts de la défense nationale et pour des activités de lutte dans la sphère de l’information », a expliqué Vladimir Chamanov, président de la Commission de la Défense de la Douma. « Le conflit de l’information est fondamentalement une composante du conflit général. Compte tenu de cela, la Russie a entrepris des efforts pour constituer des structures intervenant dans ce domaine », a ajouté Chamanov.

La semaine passée, le général Petr Pavel, qui préside la commission militaire de l’Otan, avait accusé la Russie d’être à l’origine d’une fausse information selon laquelle des soldats allemands de l’Alliance atlantique étaient responsables d’un viol en Lituanie.


http://www.ouest-france.fr/europe/russie/l-armee-russe-cree-une-unite-chargee-de-la-guerre-de-l-information-4816102


Dernière édition par Admin le Mer 22 Fév - 18:23, édité 1 fois
avatar
Admin
Admin

Messages : 8921
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 62
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’armée russe crée une unité chargée de la guerre de l’information

Message par Admin le Mer 22 Fév - 18:23

Russie. Guerre de l’information et contre-progagande


Par Christelle Guibert  


Depuis une décennie, la Russie a fait de l’information un instrument stratégique de sa politique étrangère. Elle a mis en place un puissant réseau officiel de médias. Pour contrer cette machine dite de "désinformation", des initiatives se développent dans l'Europe qui s'oppose à l'autoritarisme du Kremlin.

Depuis une décennie, la Russie affiche une farouche volonté d’être présente à l’étranger autrement que par les armes. « L’information est un instrument très important de la politique étrangère. Le Kremlin n’en a jamais fait mystère », assure Witold Waszczykowski, le ministre polonais des Affaires étrangères. Professionnelle, dotée d’un gros budget, la machine d’information russe fait presque jeu égal avec les grandes chaînes de télévision internationales que sont l’américaine CNN, la Britannique BBC, l'Arabe Al Jazeera.

Sputnik contre StopFake

À une différence près, « les médias officiels du Kremlin se distinguent par leur absence de scrupules, l’effacement de toute distinction entre vérité et mensonge », note Julien Nocetti, chercheur à l’Ifri. « Chaque reportage ou article en ligne vise à faire relativiser la confiance des lecteurs envers la politique de leur pays ». Comment ? En exploitant avec talent le pluralisme de la scène médiatique des pays occidentaux qui exercent peu (ou moins) de contrôle sur l’information et les journalistes et « en interrogeant systématiquement les médias alternatifs, hors système, méfiant envers les élites ».

Depuis Internet et l’ère des réseaux sociaux, ils sont légion en France, en Allemagne, aux États-Unis, en Autriche, au Royaume-Uni, où la voix des populistes pèse plus lourd qu’avant dans les urnes. Des gouvernements ont réagi, surtout depuis le conflit ukrainien, et lancé des outils de contre-propagande. « Mais tard, très tard, peut-être trop tard… », selon Julien Nocetti.


Russia Today a 11 ans. Chaîne satellitaire au départ, elle s’intéressait à l’actualité de la Russie et à la position russe sur différentes questions internationales. La chaîne a changé de nom – pour un plus neutre RT – et de ligne éditoriale. Elle épouse les thèses et la stratégie du Kremlin en matière de politique étrangère, développe une rhétorique basée sur un antiaméricanisme et de ses méfaits supposés, le libre-échange et la liberté des corps (homosexualité, maîtrise de la procréation.).

RT a été prise en flagrant délit de diffusion de fausse information : un viol d’une Allemande par un réfugié qui n’a jamais existé, l’hiver dernier après l’affaire de Cologne. Régulièrement accusée de ne pas respecter l’éthique du journalisme, Margarita Simonyan, la directrice de RT, a l’habitude de se défendre en dénonçant la « Russophobie systématique » du monde libre.

Concurrente directe de CNN, RT s’est hissée à la deuxième place des chaînes d’information en continu, aux États-Unis, et arrive en tête des chaînes YouTube. Elle a ouvert 21 bureaux dans le monde, dont un à Paris en 2014, et emploie 2000 personnes. Le Kremlin a classé RT sur la liste des entreprises stratégiques du pays, ce qui lui garantit un budget. De 190 millions de dollars en 2014, il est passé à 220 millions en 2015.


RT sur Twitter : @RTenfrançais


Sputnik News développe la partie internationale qui était impartie auparavant à la grande agence russe Ria Novosti. « Elle diffuse en 133 langues, c’est assez impressionnant », commente Julien Nocetti.

La version en français fait régulièrement appel à des contributeurs, politiques ou universitaires, connus pour leurs positions très critiques sur la gouvernance du pays et des autres démocraties dites libérales. Tels le parlementaire de droite Thierry Mariani ou l’économiste proche de Mélenchon Jacques Sapir. « L’objectif est d’influence cette frange déjà critique envers le système, de fournir des sources d’informations alternatives, pour essayer de combler un manque supposé d’objectivité » des autres agences de presse internationales.

Sputnik sur Twitter : @sputnik_fr

L’East StratCom européenne

http://www.ouest-france.fr/monde/russie-guerre-de-l-information-et-contre-progagande-4617194


Dernière édition par Admin le Mer 22 Fév - 18:39, édité 3 fois
avatar
Admin
Admin

Messages : 8921
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 62
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’armée russe crée une unité chargée de la guerre de l’information

Message par Admin le Mer 22 Fév - 18:25

Lire aussi : La présidentielle française sous la menace de cyberattaques


Ce n’était que quelques lignes dans un communiqué de l’Elysée, ce matin. « Le Conseil de défense et de sécurité nationale a examiné l'état de la menace sur le sol national. Alors que de nouveaux projets d’attentats terroristes ont été déjoués, le maintien dans la durée d’un haut niveau de vigilance et de strictes mesures de sécurité reste une nécessité ». Puis, cette précision. « Le Président de la République a demandé que lui soit présentées, lors du prochain Conseil, les mesures spécifiques de vigilance et de protection, y compris dans le domaine cyber, prises à l’occasion de la campagne électorale. »

François Hollande réclame donc un rapport circonstancié sur les menaces de cyberattaques pesant sur la présidentielle, alors que tous les regards se tournent vers le Kremlin, déjà soupçonné d'avoir perturbé l'élection américaine, qui a dû démentir des accusations d'ingérence dans la campagne d'Emmanuel Macron.

La France "n'acceptera aucune ingérence que ce soit dans son processus électoral", a prévenu mercredi le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, évoquant nommément la Russie. Réplique du Kremlin : ces accusations d'ingérence sont "absurdes". "Nous n'avons pas et nous n'avons jamais eu l'intention de gêner les affaires intérieures d'un pays, encore moins son processus électoral", a assuré la présidence russe.

Le rapport demandé par François Hollande devrait lui être présenté le 24 février prochain, date du prochain conseil de défense. Selon le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, il s'agira d'une "évaluation de la situation". Pressé de questions sur les soupçons qui pèsent sur la Russie, Stéphane Le Foll s'est cependant gardé d'incriminer quiconque, assurant qu'il "n'y a pas de souci particulier" même s'il "est très clair" qu'"à la veille des élections présidentielles, les activités des hackers n'ont pas baissé et ont plutôt augmenté".

Le porte-parole du gouvernement a également rappelé que les partis politiques engagés dans la campagne de la présidentielle avaient reçu un certain nombre de conseils pour se protéger contre d'éventuelles cyberattaques, à l'exception notable, selon lui, du Front national, qui "n'a pas souhaité avoir ce type d'informations".

Fin décembre, l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) avait mis en garde contre le risque de cyberattaques à motif politique à l'occasion de la campagne présidentielle. "Il y a des attaques numériques pour faire de la politique, dont le but est d'influencer" l'opinion, avait alors souligné Guillaume Poupard, son directeur général.

Selon le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, l'Anssi a reçu à ce sujet dès octobre "des représentants des formations politiques pour les inviter à de l'hygiène informatique". Fin janvier, le ministre avait mis en garde lui-même contre la "diffusion massive de fausses informations" susceptibles d'être utilisées comme un outil de déstabilisation dans le cadre de la campagne. Il avait prévenu quelques semaines plus tôt que la France pourrait avoir recours à l'arme numérique face aux cyber-menaces visant ses intérêts.


http://international.blogs.ouest-france.fr/archive/2017/02/15/cyberattaque-russie-presidentielle-macron-fillon-poutine-17644.html

_________________
http://passion-3-roues.centerblog.net/
https://www.facebook.com/patrick.trike
avatar
Admin
Admin

Messages : 8921
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 62
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’armée russe crée une unité chargée de la guerre de l’information

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum