La drogue qui a tué Prince arrive en Europe

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La drogue qui a tué Prince arrive en Europe

Message par Admin le Ven 28 Avr - 20:21

Par Marie Merdrignac  
vendredi 28 avril 2017



Il est cinquante fois plus puissant que l’héroïne, cent fois plus puissant que la morphine et parfois mortel dès la première prise… Le fentanyl, un antidouleur dont l’usage est détourné, est impliqué dans plusieurs décès récents au Royaume-Uni. Jusqu’à maintenant, il faisait des ravages aux États-Unis et au Canada. La drogue semble être arrivée en Europe.



Des traces de la drogue qui a coûté la vie au chanteur Prince ont été découvertes au Royaume-Uni. Ce mois-ci, quatre personnes sont mortes, à Barnsley (South Yorkshire), à Leeds et Normanton (West Yorkshire). Les analyses de la police de West Yorkshire et de la National Crime Agency (NCA) indiquent que du fentanyl, un opiacé de synthèse ultra-puissant a été détecté dans de l’héroïne vendue dans le nord de l’Angleterre et pourrait être à l’origine de ces décès.

De petites doses de carfentanil, un cousin du fentanyl utilisé par les vétérinaires comme tranquillisant sur les éléphants, ont aussi été décelées dans la drogue. Les autorités britanniques s’inquiètent d’autant plus qu’elles ont fait une descente dans un laboratoire clandestin, suspecté de produire du fentanyl. Elles craignent que le produit ne circule désormais dans tout le pays.


100 fois plus puissant que la morphine

Le fentanyl est un analgésique de synthèse dont les effets sont similaires à ceux de l’opium. Cent fois plus puissant que la morphine, il est prescrit en France pour des durées courtes dans certains cas de cancer ou après des opérations lourdes. L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), qui surveille la délivrance de ce produit précise qu’il est indiqué « dans le traitement des accès douloureux paroxystiques chez les patients adultes déjà traités par des morphiniques pour des douleurs chroniques d’origine cancéreuses ».

Le fentanyl est un opiacé de synthèse ultra-puissant. Il a les mêmes effets que l’opium. (Photo : Pixabay)


Le fentanyl a commencé à être détourné de son usage et à circuler clandestinement dans les années 1960, sous forme de cachets. Depuis, il fait des ravages, fumé, injecté, ou sous forme de patch imprégné de gel qu’il est possible de mâcher ou de se coller sur la peau. Le produit est terriblement addictif et peut-être mortel dès la première prise.

Aux États-Unis, le nombre de décès attribués au fentanyl a dépassé, en 2016, celui des décès liés à l’héroïne indique le New York Times. « Le nombre d’overdoses causées par des opiacés synthétiques comme le fentanyl a augmenté de 72,2 % entre 2014 et 2015 », ajoute le quotidien.

Urgence sanitaire

La drogue inonde également le Canada où elle fait des ravages. La province de Colombie-Britannique (sur la côte ouest du pays) est particulièrement touchée. En 2016, 914 décès par overdose ont été dénombrés et le fentanyl était en cause dans deux tiers de ces décès. Dans la province voisine de l’Alberta, 343 morts par overdose ont été recensés la même année. En janvier dernier, 116 décès par overdoses étaient déjà enregistrés en Colombie-Britannique. En février, le fentanyl a provoqué jusqu’à quatre décès par jour. La province a déclenché l’urgence sanitaire sur cette question dès l’année dernière.


Le fentanyl a commencé à être détourné de son usage et à circuler clandestinement dans les années 1960, sous forme de cachets. (Photo : Wikimédia/Alcibiades)

« Cette drogue contrôle vraiment votre vie. Rien que dans la région où je vis, trois de mes amis sont morts l’an passé », témoigne une jeune femme de 27 ans, qui vit à Castlegar, sur le site des Observateurs de France 24. Elle-même toxicomane, elle reconnaît s’en injecter « tous les jours, toutes les quatre heures ». Elle a toujours avec elle du naloxone, la substance antagoniste, utilisé en traitement d’urgence en cas de surdosage aux opiacés.

2 dollars la pilule

Le fentanyl qui circule au Canade est très peu cher. La pilule est vendue 2 dollars (1,40 €). Elle remplace désormais l’héroïne et sert à couper la plupart des stupéfiants. Le produit provient en partie de laboratoires clandestins en Chine qui exportent directement par internet. Des laboratoires le fabriquent aussi illégalement au Canada. Plusieurs d’entre eux ont été démantelés, notamment à Montréal.

Le gouvernement canadien vient de débloquer 45,5 millions d’euros pour faire face à la crise des opioïdes dans les cinq prochaines années. Un sixième de cette somme est réservé à la Colombie-Britannique, la province la plus touchée.

Une consommation en hausse mais encore marginale en France

En France, cette drogue n’est pas sur le marché. « Ce qui ne veut pas dire qu’elle ne circule pas », avertit le commandant Marc Geny, chef d’État-major à l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (Ocrtis), dans un entretien à L’Express, en janvier dernier.

En France, en 2016, « une seule saisie a été enregistrée. Il s’agissait d’une commande 80 grammes de poudre effectuée via internet contenant des drogues de synthèse dont du Fentanyl », précise le commandant. Elle avait été interceptée par la douane.


Des associations canadiennes s’équipent avec des kits de naloxone, la substance antagoniste utilisée en traitement d’urgence en cas de surdosage aux opiacés. (Photo : Wikimédia/James Heilman, MD)

Dans son rapport de 2015, l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), note « un accroissement des pratiques de détournement des médicaments codéinés et des opioïdes forts par des personnes a priori non-usagères de drogues et n’ayant jamais consommé d’héroïne ou de médicaments de substitution aux opiacés ».

Après la découverte des traces de fentanyl dans de l’héroïne au Royaume-Uni, la police multiplie les avertissements et notamment à l’endroit des dealers. Tony Saggers, un des responsables du service des Stupéfiants à la NCA, explique à The Independent être « très préoccupé par le fait que des revendeurs d’héroïnes aient pu se procurer facilement du fentanyl, du carfentanil ou des substances similaires, notamment par le laboratoire que nous avons découvert. Ils ne savent peut-être pas à quel point ce produit est dangereux pour eux quand ils l’utilisent pour couper d’autres substances illicites mais surtout pour le consommateur ».

http://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/1004/reader/reader.html#!preferred/1/package/1004/pub/1006/page/5

_________________
http://passion-3-roues.centerblog.net/
https://www.facebook.com/patrick.trike
avatar
Admin
Admin

Messages : 8921
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 62
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum