Le manque de sommeil chronique pousserait le cerveau à s'auto-dévorer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le manque de sommeil chronique pousserait le cerveau à s'auto-dévorer

Message par Admin le Ven 30 Juin - 18:05

Selon une étude menée sur des souris par des chercheurs italiens, le manque de sommeil chronique pousserait le cerveau à s'auto-dévorer.


Un phénomène qui à long terme pourrait favoriser l'apparition de pathologies comme la maladie d'Alzheimer. Pour notre organisme, le sommeil est un processus indispensable mais il ne permet pas seulement de recharger nos batteries. Une étude menée en 2013 a montré comment dormir permet également au cerveau de nettoyer les déchets accumulés pendant l'éveil par l'activité neuronale.

Un nettoyage réalisé par des cellules du système nerveux appelées cellules gliales. Mais que se passe-t-il lorsqu'on manque de sommeil ? C'est ce qu'ont voulu savoir des scientifiques de l'Université polytechnique des Marches en Italie. En menant une étude sur des souris, ils sont ainsi parvenus à une conclusion surprenante : face à un manque de sommeil chronique, le cerveau semble se mettre à "s'auto-dévorer".

Des cellules nettoyeuses plus actives Pour en arriver là, les chercheurs se sont intéressés à deux types de cellules gliales, les cellules microgliales et les astrocytes. Les premières ont pour fonction de détruire les cellules endommagées et les débris cellulaires grâce à un processus de phagocytose. Les secondes elles, visent à remodeler les synapses, les connexions des neurones, qui ne sont pas utiles.

Dans le cadre de l'étude, l'équipe a formé quatre groupes de souris :

un premier avec un sommeil suffisant (entre 6 et 8 heures),

un deuxième groupe périodiquement réveillé durant son sommeil,

un troisième groupe tenu éveillé pendant huit heures

un quatrième privé de sommeil de façon chronique pendant cinq jours d'affilée.


Après avoir observé leur cerveau, les scientifiques ont constaté de façon surprenante que les astrocytes semblaient bien plus actifs chez les rongeurs privés de sommeil. Dans le premier groupe, les cellules étaient actives dans environ 6% des synapses contre 8% chez celui privé de huit heures de sommeil et 13,5% chez les animaux en manque de sommeil chronique.


Concrètement, cela signifie que le nettoyage cérébral a bien lieu même sans sommeil mais qu'il est beaucoup plus actif. "Nous montrons pour la première fois que des portions de synapses sont littéralement dévorées par les astrocytes malgré le manque de sommeil", a expliqué Michele Bellesi, principal auteur de l'étude au New Scientist.Une suractivité délétère ? Cette suractivité est-elle mauvaise pour le cerveau ? Pas nécessairement.

Selon les résultats publiés dans la revue Journal of Neuroscience, les modifications réalisées par les astrocytes se sont produites sur les synapses les plus grandes qui sont plus matures et utilisées de façon plus intensive. "Ce sont comme de vieux meubles donc elles ont probablement besoin de plus d'attention et de nettoyage", a relevé Bellesi. Le problème est plutôt qu'une tendance similaire est apparue au niveau des cellules microgliales : elles se sont montrées plus actives chez les animaux en manque de sommeil chronique.

Or, l'activité microgliale excessive a déjà été associée à l'apparition de troubles voire de pathologies neurologiques comme la maladie d'Alzheimer. Cette découverte pourrait aider à comprendre pourquoi le manque de sommeil semble rendre plus vulnérable au développement de formes de démence. Des études à poursuivre Ce n'est pas la première fois qu'une étude arrive à une conclusion semblable.

En 2014, des travaux suggéraient déjà que le manque de sommeil provoque la mort de certaines cellules cérébrales. Néanmoins, de nombreuses questions restent en suspens notamment sur la reproductibilité dans le cerveau humain et sur la nature réversible ou non de ces dommages. Pour en savoir plus, l'équipe de Michele Bellesi prévoit de poursuivre leurs études afin de savoir combien de temps durent les effets du manque de sommeil.

En attendant, les spécialistes rappellent l'importance de dormir suffisamment et surtout d'avoir un repos de bonne qualité. En moyenne, les adultes ont besoin de sept à neuf heures de sommeil par nuit. Publié par Émeline Ferard, le 30 mai 2017

En savoir plus : http://www.maxisciences.com/
avatar
Admin
Admin

Messages : 9155
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 62
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum