Traditions instrumentales en Bretagne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Traditions instrumentales en Bretagne

Message par Admin le Lun 2 Oct - 22:26


Noce Lemaître-Keriel en mai 1906, à Kerber en Berrien. Au tambour, Jean-Marie THEPOT de Bolazec, un ami des mariés - Cartolis

Auteur : Michel Colleu / juillet 2017

Des groupes de « musique bretonne » avec accordéon, guitare électrique et batterie à l’« orchestre national breton » composé d’un biniou, d’une bombarde et d’un tambour, des joueurs de harpe « celtique » aux bagadoù avec leurs cornemuses écossaises, comment s’y retrouver ? Les pratiques instrumentales populaires ont varié selon les époques, et selon les « pays » de Bretagne, mais le pittoresque couple de sonneurs biniou-bombarde a trop souvent symbolisé à lui seul la musique bretonne, faisant oublier leur grande diversité.



1800 : « musette », violon, tambour…


Si le couple biniou-bombarde n’est attesté sous la forme que l’on connaît aujourd’hui qu’à partir des années 1790, les rapports administratifs des fêtes révolutionnaires nous permettent de dresser un premier inventaire des instruments des réjouissances populaires. La « musette » est le plus souvent nommée, mais le terme désigne soit une cornemuse, soit un hautbois ; on trouve aussi des mentions de bombarde, vèze, biniou : au total cornemuse ou/et hautbois sont présents dans la moitié des citations. Viennent ensuite le violon, implanté presque partout, et le tambour. Il faut y ajouter des mentions de guimbarde, vielle, clarinette, flûte, tambourin. Nulle trace de harpe : son usage populaire a disparu depuis le XIVe siècle.

1900 : des pratiques variées selon les régions

Un siècle plus tard, le paysage sonore est cette fois bien connu, au point que des cartes inventoriant des centaines de sonneurs ont pu être établies pour chacune des pratiques instrumentales des Bretons. Deux zones de jeu majeures s’imposent : la première concerne le couple biniou-bombarde (parfois accompagné d’un tambour) : elle englobe toute la Cornouaille et tout le Vannetais (mais peu la partie gallèse), et, en Côtes-d’Armor, les pays de Loudéac et de Moncontour (quant à l’autre cornemuse bretonne, la veuze, elle n’est plus présente que de part et d’autre de l’estuaire de la Loire). La seconde zone, qui ne recoupe pas la précédente, concerne les joueurs de violon. Elle comprend en Basse-Bretagne le Trégor (où sa pratique décline), le pays de Pontivy, et l’intégralité de la Haute-Bretagne. La clarinette (treujenn gaol – tronc de choux – en breton), est implantée en Haute-Cornouaille, véritable fief de l’instrument, où elle est jouée en couple de deux clarinettes, et, moins fortement, dans le Mené. On la trouve aussi par ailleurs dans les pays de Vitré et Fougères. La vielle à roue n’est présente que dans la partie gallèse des Côtes-d’Armor, mais elle y est très populaire. Il faut signaler également quelques joueurs de fifre bretons. Plœuc, entre Loudéac et Saint-Brieuc, représente le « carrefour instrumental de la Bretagne » : on y trouve vers 1900 des joueurs de biniou, bombarde, vielle, tambour, et les violoneux ne sont pas loin ! Vers 1900, tous ces sonneurs jouent généralement seuls ou en couple.

Michel Bidan (né en 1861) à la bombarde et Nicolas Le Gall (né en 1878) à Langonnet, couple de sonneurs cornouaillais réputé du début du XXe siècle - Dastum


1900 : l’avènement de l’accordéon


Inventé vers 1830, produit industriellement dans les années 1870, l’accordéon diatonique (bisonore, comme l’harmonica) envahit les campagnes à partir de 1890, et rompt le fragile équilibre entre musique sonnée et musique chantée, s’imposant même là où les instruments traditionnels n’avaient pu s’implanter, comme dans la Montagne. Avec lui arrive, ou s’intensifie, la mode des danses en couple aux mélodies aisément jouables sur cette « pouche » moderne. Les folkloristes s’inquiètent : « Petit à petit, des instruments étrangers tentent de prendre la place des nôtres », écrit Loeiz Herrieu en février 1914 dans Dihunamb. De fait, ce sera l’instrument roi des années 1920, au détriment des autres pratiques, hormis dans quelques zones : le violon se maintient en Mené, la vielle au sud de Saint-Brieuc, la clarinette en Haute-Cornouaille, le biniou et la bombarde au hasard de la présence de quelques couples âgés emblématiques.



Le concours de Moncontour en 1925 : les principales pratiques instrumentales traditionnelles en Bretagne y sont représentées, hormis la veuze ! Coll. Collectif Vielle en Bretagne – la Bouèze, Dastum.

Concours de musique au quartier de l'embranchement à Moncontour en 1925.
De haut en bas et de gauche à droite : premier rang M. Mauvillo de Hénon (bombarde), Yves Agat de Ploeuc (vielle) François Pellan de Hénon (accordéon), M. Hamono de Bréhand (accordéon), M. Le Collonier de Hénon (accordéon), M. Couderc de Moncontour (tambour), M. Thébaud de Plémy (accordéon) Deuxième rang Gilbert Hugues de Plouguenast (biniou), Yves Bosher de Gausson (bombarde), M. Lefèbvre père de La Motte (biniou), M. Lefbvre fils (bombarde) Troisième rang Pierre Ecobichon de Hénon (vielle), François Le Borgne de Hénon (vielle) M. Caro de Plémy (accordéon), Pierre Ruellan de Moncontour (violon), Xavier Thomas de Moncontour (vielle) M. Guigo du Comité des fêtes. Premier prix biniou bombarde tambour : Hugues Boscher Couderc 1er prix vielle Le Borgne.



Deux nouveaux venus au cœur du xxe siècle

1930 marque un tournant, avec l’apparition parallèle de deux instruments qui vont renouveler la musique bretonne, mais bien différemment. L’accordéon chromatique (unisonore, arrivé à Paris vers 1900) s’implante très rapidement. En Haute-Bretagne, les joueurs supplantent les innombrables « bouézous » et achèvent de faire oublier les airs de tradition ; en Basse-Bretagne, ils les jouent à leur manière, ainsi en Vannetais ou en Cornouaille, accordéon et saxophone s’associent à la manière d’un couple de sonneur. Autour de Scrignac, sous l’impulsion d’Yves Ménez, les accordéonistes créent même un style spécifique pour jouer la gavotte. Et tous forment de petits orchestres, avec un « jâse » (petite batterie), selon la mode française de l’époque.


Le Jazz Menez vers 1935-1936 appelé "Idéal-Jazz". Yves Menez de Scrignac (accordéon chromatique), Gaston Thépaut (saxo), Jean Le Boulc'h (banjo), Louis Macé (violon), François Poupon (trompette), tous les quatre de Carhaix - Dastum.



1930 voit par ailleurs l’arrivée de la cornemuse écossaise, que rêvent d’implanter les citadins folkloristes et défenseurs de la culture bretonne de la Kenvreuriezh ar Viniaouerien (KAV), Confrérie des joueurs de biniou KAV. Vingt ans plus tard, leur rêve est devenu réalité grâce au travail de la Bodadeg ar Sonerion BAS, l’Assemblée des sonneurs, créée en 1943, qui invente avec le bagad une formule instrumentale originale associant cornemuse et batterie écossaises et bombarde bretonne. Le « triomphe des sonneurs » du festival de Cornouaille 1956 compte déjà pas moins de 1 000 sonneurs


2000 : retour aux sources et éloge de la diversité


Et aujourd’hui ? Les collectes auprès des anciens sonneurs menées depuis un demi-siècle ont porté leurs fruits : le mouvement revivaliste a permis de sauver l’essentiel des pratiques et des styles de jeu en usage vers 1900. Les sonneurs de couple biniou-bombarde, deux instruments spécifiques à la Bretagne, se comptent par centaines. Mais les musiciens bretons ne se sont pas arrêtés en chemin : ils ont intégré les autres instruments populaires du XXe siècle, notamment la guitare, et s’essaient aujourd’hui à faire sonner des instruments issus des quatre coins du monde aux côtés de ceux anciennement joués en Bretagne.


Sonneurs du Prix Froger Féron 2015, à Parcé : la « bouèze » nom gallo de l’accordéon diatonique est encore bien implantée en Ille-et-Vilaine ! L'image de Marc – La Granjagoul


Bibliographie
Colleu Michel, Bigot Laurent (dir.), Musique Bretonne. Histoire des sonneurs de tradition. Douarnenez, Le Chasse-Marée/ArMen, 1996, 512 p.
Colleu Michel (dir.), Sonneurs traditionnels de Bretagne. Panorama des traditions instrumentales, collection Anthologie des chants et musiques de Bretagne, le Chasse-Marée/ArMen, 1996.
Montjarret Polig, Tonioù Breiz Izel, TI, 1984, BAS, t. II, 2003, rééd. Dastum, 2005.

Discographie
Colleu Michel (dir.), Sonneurs de vielle / de clarinette / de violon / d’accordéon / de biniou-bombarde en Bretagne (disques de collectages), collection Anthologie des chants et musiques de Bretagne et Sonneurs de veuze, Le Chasse-Marée/ArMen, 1993-1996.
Lefèvre Patrick (dir.), Idéal Jazz, Yves Ménez, accordéon gavotte. CD, Dastum, 2012.

Exposition
Paotred an Dreujenn Gaol (dir.), Sonneurs de clarinette en Bretagne, exposition www.clarinette-populaire.org


AUTEUR : Michel Colleu


Michel Colleu, cofondateur du Chasse-Marée, chanteur, sonneur et collecteur, dirige aujourd’hui l’Office du Patrimoine Culturel Immatériel (OPCI).


avatar
Admin
Admin

Messages : 9136
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 62
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum