Cancer. À Saint-Brieuc, un casque réfrigérant pour garder ses cheveux

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Cancer. À Saint-Brieuc, un casque réfrigérant pour garder ses cheveux

Message par Admin le Jeu 16 Nov - 16:39



Le service oncologie de l’hôpital de Saint-Brieuc s’est doté de trois appareils réfrigérants, à l’intention des personnes en chimiothérapie. Un vrai plus pour lutter contre la maladie.

Grâce à la Ligue contre le cancer et au laboratoire Roche, qui l’ont financé à 80 %, le centre hospitalier de Saint-Brieuc vient de doter son service oncologie d’un troisième casque réfrigérant. Il avait acquis les deux précédents au printemps, sur ses fonds propres (16 000 € par appareil).

Ces casques permettent de diminuer, voire d’empêcher, la chute des cheveux des malades pendant leur traitement contre le cancer.

« Important pour le moral »


Le principe est le suivant : le froid réduit l’afflux sanguin au niveau du cuir chevelu. Le produit de la chimiothérapie va alors moins se diffuser dans les bulbes des cheveux.

« Perdre mes cheveux, quelle injustice !, se souvient une ancienne patiente du service, Karine Le Moigne. C’est toute une charge symbolique, culturelle et féminine. J’ai réussi à les conserver. Ils sont plus fins, cotonneux, plus de la même couleur, mais ils ne sont pas tombés. » Elle s’était astreinte à porter le casque froid, le temps de chaque chimiothérapie.


« L’efficacité du casque n’est pas de 100 %, mais elle est réelle, dans 50 à 80 % des cas », constate le Dr Corinne Alleaume, cancérologue au CH. Cela dépend notamment du protocole de traitement.

« Au-delà de la thérapie, on s’intéresse de plus en plus à ce qu’il y a autour, relève Jean Schmid, directeur de l’hôpital. Dans ces maladies longues, le moral est très important et conserver sa chevelure peut contribuer à l’entretenir. »

Dans le service oncologie de l’hôpital briochin, deux aides-soignantes ont été formées à la socioesthétique. Une salle de massage a été installée. L’accompagnement des patients grâce à ce nouveau matériel s’intègre dans la prise en charge globale de la maladie, depuis l’annonce jusqu’à l’après-cancer.


L’hôpital de Lannion, où le Dr Corinne Alleaume intervient un jour par semaine, pourrait à son tour être doté d’un casque réfrigérant. Il n’est pas rare que des patientes trégorroises viennent jusqu’à Saint-Brieuc pour pouvoir en bénéficier.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-brieuc-22000/cancer-saint-brieuc-un-casque-refrigerant-pour-garder-ses-cheveux-5382478
avatar
Admin
Admin

Messages : 10094
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 63
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cancer. À Saint-Brieuc, un casque réfrigérant pour garder ses cheveux

Message par Admin le Jeu 16 Nov - 16:47

LE PETIT PLUS DE PATRICK

Casque réfrigérant

Selon le type de cancer traité, le protocole de chimiothérapie mis en place et les habitudes de l'équipe soignante, un « casque réfrigérant », appelé aussi parfois « casque réfrigéré », peut être proposé au patient, en vue de réduire la chute des cheveux. Il s'agit en fait davantage d'un bonnet glacé que d'un casque. Il a pour effet de réduire l'afflux sanguin dans le cuir chevelu et donc la quantité de produit « toxique » qui affectera les cellules des cheveux.

L'efficacité du casque dépend de plusieurs facteurs :

•Les molécules utilisées dans la chimiothérapie et leur combinaison ;
•Les modes d'administration de la chimiothérapie (nombre de molécules, durée de la perfusion) ;
•La nature des cheveux du patient, sa façon d'en prendre soin (se brosser doucement, éviter les brushings et tout traitement agressif sur les cheveux pendant la chimiothérapie) ;
•La longueur des cheveux du patient (il est conseillé de se couper court les cheveux avant le début de la chimiothérapie) ;
•La gestion du casque par l'équipe soignante lors de la chimiothérapie : dans l'idéal, il devrait être posé environ 10 minutes avant le début de la perfusion sur cheveux mouillés, changé très régulièrement (tous les quarts d'heure environ), afin de rester bien froid tout au long de la perfusion, et retiré environ 30 minutes après la fin de la perfusion.

Cependant, toutes les équipes soignantes ne sont pas nécessairement organisées ni équipées pour assurer des changements de casques aussi fréquents.

Selon la combinaison de ces différents facteurs, le casque réfrigérant pourra être sans effet bénéfique réel, retarder, réduire ou encore éviter la chute des cheveux. Les études menées sur le sujet montrent des taux de réussite très divers et des pratiques de soins tout aussi diverses selon les services.

Des sensations parfois mal supportées

Le casque peut être difficilement supporté par le patient, provoquant sensation de froid intense, maux de tête, douleurs oculaires ou cervicales, qui amènent certains à renoncer à son utilisation.

Il est conseillé d'apporter une écharpe ou une serviette de bain pour se couvrir le cou pendant le port du casque, ainsi qu'un vêtement chaud pour réduire la sensation de froid général.

Une utilisation parfois contre-indiquée

L'utilisation du casque peut être contre-indiquée dans le traitement de certains cancers (certaines leucémies, tumeurs ou métastases au niveau du cuir chevelu) ou inopérante dans le cas de chimiothérapies en continu par pompe ou de chimiothérapies par voie orale. C'est donc l'équipe soignante qui est à même de juger du bien-fondé de son utilisation.

Toutefois, les patients doivent pouvoir en bénéficier lorsqu'il n'est pas contre-indiqué et demander à ce qu'il soit changé le plus régulièrement possible.

http://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Qualite-de-vie/Prendre-soin-des-cheveux-et-de-la-peau/Casque-refrigerant
avatar
Admin
Admin

Messages : 10094
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 63
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cancer. À Saint-Brieuc, un casque réfrigérant pour garder ses cheveux

Message par Admin le Jeu 16 Nov - 17:01

Casques réfrigérants : prévenir la perte des cheveux liée à la chimiothérapie


Aurélie Franc
Mis à jour le 15/02/2017 à 19:32 /
Publié le 15/02/2017 à 19:32


À l’hôpital René Huguenin (Saint-Cloud), un casque à gel est positionné sur une patiente pour prévenir la perte des cheveux. Hôpital René Huguenin ; Hôpital de jour de chimiothérapie ; Ensemble hospitalier/Christophe Hargoues

Le casque réfrigérant permet aux femmes atteintes du cancer du sein de prévenir la perte de leurs cheveux lors d’un traitement par chimiothérapie.



Au moins 50% des femmes qui ont expérimenté le casque réfrigérant ont perdu moins de la moitié de leurs cheveux. Pour les femmes qui n’avaient pas recours à cette technique (groupe contrôle), aucune n’a conservé autant de cheveux. C’est la conclusion de deux études publiées dans le JAMA, le 14 février, par deux équipes de chercheurs américains.

Ces études, qui ont été menées entre 2013 et 2016, ont porté respectivement sur 182 et 106 femmes atteintes d’un cancer du sein localisé (stade I et II). Deux types de classes de chimiothérapies étaient pris en compte dans la première étude (taxane et anthracycline) contre seulement une (taxane) dans la seconde étude.

Dans la première étude, l’efficacité des casques réfrigérants a été évaluée après quatre cycles de chimiothérapie. Habituellement les patientes reçoivent au moins 6 cycles dans cette situation. Dans la seconde étude, tous les cycles de chimiothérapie ont été effectués.


Casques réfrigérants ou casques à gel


«Le but de la chimiothérapie est de bloquer les cellules qui se divisent rapidement. C’est le cas des cellules tumorales mais c’est également le cas des cellules des muqueuses, du sang et des cheveux», souligne le Dr Delphine Loirat, oncologue à l’Institut Curie.

Le refroidissement du cuir chevelu entraîne une réduction du passage des molécules de la chimiothérapie dans les vaisseaux présents à la surface du crâne. Le froid engendre en effet la réduction du diamètre des vaisseaux sanguins (vasoconstriction), ce qui a pour conséquence un débit moins important de sang. Les bulbes des cheveux sont donc plus facilement préservés.

Le casque réfrigérant, qui ressemble davantage à un bonnet qu’à un casque, n’est pas une idée complètement nouvelle. «Cela fait des années que nous utilisons des casques à gel, qui sont similaires aux poches que l’on utilise en cas de douleurs musculaires.

Elles sont refroidies au congélateur et il faut les changer toutes les 30 minutes», explique le Dr Delphine Loirat. «Mais les résultats sont meilleurs avec les casques réfrigérants parce que le froid est mieux contrôlé.»

Meilleure qualité de vie

«En général, la perte des cheveux est la première crainte lorsque les patientes débutent une chimiothérapie», relève le Dr Delphine Loirat. «L’alopécie (accélération de la chute des cheveux) a des répercussions sur leur vie sociale, professionnelle et familiale, alors que ces femmes ne veulent pas être stigmatisées.»

Selon l’étude, sur les cinq critères de mesures de la qualité de vie, trois s’étaient significativement améliorés un mois après la fin de la chimiothérapie dans le groupe utilisant le casque réfrigérant.

Dans ce même groupe, «seules» 27% des femmes déclaraient se sentir moins attrayantes physiquement, contre 56% des patientes dans le groupe sans traitement par refroidissement du cuir chevelu (groupe contrôle).

Des pratiques différentes selon les cas

Ce dispositif médical peut être utilisé dans tous les traitements par chimiothérapie pour prévenir la perte des cheveux. Une des limites demeure cependant la durée de la séance de chimiothérapie. Dans le cas du cancer du sein, le casque doit être installé 30 minutes avant, 30 minutes pendant et au moins 90 minutes après la prise du traitement. «Mais quand le traitement de chimiothérapie dure plus longtemps, c’est compliqué pour le patient de garder aussi longtemps un casque réfrigérant», relève le Dr Delphine Loirat, qui souligne la gêne et la douleur que peut induire le traitement par le froid.

Déjà en place dans certaines unités de soins comme à l’Institut Curie, le système reste compliqué à mettre en place car cela nécessite du personnel mais également de la place pour accueillir les patients. Selon le Dr Delphine Loirat, ce sera sûrement à chaque unité de prendre la décision d’investir ou non dans ces nouveaux dispositifs, dans un but de préservation de la qualité de vie des patientes.


«En général, la perte des cheveux est la première crainte lorsque les patientes débutent une chimiothérapie.»

Dr Delphine Loirat, oncologue à l’Institut Curie

http://sante.lefigaro.fr/article/casques-refrigerants-prevenir-la-perte-des-cheveux-liee-a-la-chimiotherapie/


7 COMMENTAIRES


Bi9460

Mon mari, atteint d'un cancer, a eu ce casque réfrigérant pour éviter la perte des cheveux. Très désagréable à porter, il l'a gardé religieusement, et ses cheveux sont tombés quand même.

Le 18/02/2017 à 10:07



pipacs

Sans effet, cela existe depuis 1986, désagréable à porté et n'empêche absolument pas les cheveux de tomber!Soit assumer la perte des cheveux, sois porter une perruque(remboursée par la SS) à moins que la SS fasse des économies sur le dos des patientes et ne veuille plus rembourser les postiches.

Le 17/02/2017 à 18:54



John .....

En cas de chimio, un homme peut toujours se passer la boule à zéro ! Personne ne lui en "voudra". Il pourra toujours prétendre que c'est "pour voir". (je l'ai fait, sans rapport avec le cancer). C'est plus difficile … pour une femme.

Le 17/02/2017 à 15:24




Catherine ......

traitement vieux , mais qui s oppose à l organisation complexe de mise en place et aussi aux finances des services .

Le 17/02/2017 à 10:56



läsarinna

Eu l'essai du casque réfrigérant ... aucun effet. Perruque obligatoire.

Le 17/02/2017 à 10:15



Mamie M

Personnellement le casque n'a eu aucun effet sur mes cheveux... un moment difficile le 22e jour

Le 17/02/2017 à 08:08



Cecode

Pourquoi ne pas avoir intégré d'homme dans cet essai ? Ils sont pourtant tout aussi concernés par l'alopécie consécutive à la chimio et potentiellement tout aussi sensibles aux effets cités dans cet article (" répercussions sur leur vie sociale, professionnelle et familiale" et volonté de ne pas être stigmatisé) ?

Le 16/02/2017 à 12:10
avatar
Admin
Admin

Messages : 10094
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 63
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cancer. À Saint-Brieuc, un casque réfrigérant pour garder ses cheveux

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum