Saint-Brieuc. L'hôpital change de dimension

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Saint-Brieuc. L'hôpital change de dimension

Message par Admin le Mer 17 Jan - 16:42


Un robot, un nouvel Ehpad, le début de la construction du futur bâtiment pour l'ambulatoire, mais surtout la mise en place d'un nouveau système d'information partagé. En 2018, le groupement hospitalier de territoire change de dimension.
L'exercice a quelque chose de solennel. Entre bilan et perspectives, la cérémonie des voeux requiert une certaine dextérité. Il faut savoir jongler entre les chiffres, les annonces, les concepts. Faire passer des messages. Sans trop en faire non plus. Le tout est un peu casse-gueule, il faut bien l'avouer. « C'est un peu de la haute voltige », avoue Jean Schmid, le directeur de la communauté hospitalière de Saint-Brieuc. Hier, alors que le centre hospitalier briochin connaît une poussée de fièvre et doit faire face, depuis trois semaines, aux épidémies de grippe et autres gastros, il s'est efforcé de tracer un cap clair aux 3.400 salariés que compte l'hôpital.

Après une année 2017 « un peu austère, consacrée à la préparation de chantiers lourds, comme celui du fameux bâtiment regroupant les activités ambulatoires », vient le temps de la concrétisation. « En 2018, nous allons voir le début de ce chantier (25 M€), comme de celui qui concerne la construction d'un bâtiment de 98 places à l'Ehpad des Capucins et qui doit être livré en 2021. » Les nouveaux locaux de l'Ifsi (Institut de formation en soins infirmiers) seront également livrés pour cet été au campus Mazier.

Un robot pour préparer les médicaments


2018 devrait voir la mise en place d'un robot de dispensation nominative des médicaments. Le second en Bretagne. « C'est assez extraordinaire, s'enthousiasme Jean Schmid. Ce sera une grande caisse avec, à l'intérieur, un robot qui préparera et conditionnera les dosages de médicaments à la journée pour chaque patient. » « Un équipement qui réduit fortement les risques d'erreurs. » Coût de l'investissement, environ 1,5 M€. Du concret, du lourd.

Mais le centre hospitalier de Saint-Brieuc se construit aussi dans l'invisible. C'est même là le chantier le plus important. Près de 15 M€ vont être consacrés à l'installation d'un nouveau système d'information partagé pour le tout le groupement hospitalier de territoire d'Armor (GHT) qui regroupe les hôpitaux de Saint-Brieuc, Guingamp, Lannion, Tréguier et Paimpol. « Bien entendu, aujourd'hui, tous les services sont informatisés, mais de façon disparate. Donc, ils ne sont pas tous capables de communiquer entre eux. Ce sera le cas, désormais. Nous serons l'un des premiers GHT de France à posséder un système d'informations commun à tous nos hôpitaux. Nous l'installerons à partir de l'automne. »

« De plus en plus acteurs de leur santé »

Derrière ce qui s'apparente à la simple installation d'un nouveau système informatique, c'est une véritable révolution qui se prépare. En jeu, l'avenir de la médecine, la « E-santé ». Pour chaque patient, médecins et personnels soignants du GHT pourront accéder au dossier qu'ils soient à Lannion ou Saint-Brieuc. « Ça ne se verra pas, mais ça va changer la vie des gens », assure le directeur. Les données collectées de chaque patient permettront d'anticiper certaines pathologies, ou, tout du moins, de réagir en amont.

C'est l'avenir de la télé médecine qui se dessine également en filigrane. Certes, elle existe déjà sur le territoire, mais elle pourra être étendue aux consultations de psycho-gériatrie et ainsi éviter à certaines personnes âgées de se déplacer. Jean Schmid, le prédit : « les patients vont être de plus en plus acteurs de leur santé. » À eux de choisir jusqu'où. « Cela va permettre de reculer la prédiction de l'état de santé du patient pour éviter qu'il se retrouve en situation de détresse. » Certains dispositifs existent déjà, soit sous forme de puces, de patchs ou de bracelets, qui, via la radio-identification, permettent de donner l'alerte quand le patient est en danger. « Pour les professionnels de santé c'est du réchauffé, mais pour les patients c'est nouveau. »

http://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/saint-brieuc/yves-le-foll-un-chantier-pharaonique-09-12-2017-11773073.php
avatar
Admin
Admin

Messages : 10094
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 63
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint-Brieuc. L'hôpital change de dimension

Message par Admin le Mer 17 Jan - 16:47


L'excellence dans la médecine. C'est ce que vise le centre hospitalier Yves-Le Foll. Pour atteindre cet objectif, l'hôpital va se doter, d'ici trois ans, d'un nouveau bâtiment regroupant l'ensemble des activités ambulatoires. Une vitrine pour le troisième centre hospitalier régional. Et un chantier d'ampleur à plus de 25 millions d'euros.
Un budget global de 25.360.000 €. Un bâtiment neuf d'environ 6.000 m² et 5.000 m² de locaux existants restructurés pour donner un pôle d'activités ambulatoires de 1 1.000 m². Un chantier de 30 mois. Autant de chiffres qui auraient de quoi donner le tournis à Jean Schmid, le directeur du centre hospitalier Yves-Le Foll. Au contraire, celui-ci ne peut cacher son impatience de voir cet immense projet se concrétiser. « Le but d'un hôpital, c'est d'offrir la médecine la plus moderne possible. Mais la médecine évolue toujours et l'ambulatoire a été un véritable choc que nous nous attelons à franchir. » Ambulatoire. Le (gros) mot est lâché. Une révolution médicale apparue ses dernières années et dont le but est de réduire le temps de présence du patient à l'hôpital. Pour Jean Schmid - qui n'a pas peur des grands mots - « l'ambulatoire c'est la médecine des 50 prochaines années ». Un domaine dans lequel la France accuse un certain retard. Et, forcément, Saint-Brieuc aussi.


La vitrine de l'hôpital


« C'est vrai qu'on est parti plus tard que les autres », reconnaît le Dr Benoît Moquet, cardiologue et président de la commission médicale d'établissement (CME). « Mais aujourd'hui, on avance aussi beaucoup plus vite. » À pas de géant, même. À tel point que, d'ici 2020 et la livraison du nouveau bâtiment, l'ambulatoire deviendra la véritable vitrine du centre hospitalier Yves-Le Foll. Et ce, au sens figuré comme au sens propre. Construit sur l'actuelle esplanade, ce bâtiment sera la porte d'entrée de l'hôpital. « Ça permet de montrer que l'on donne la priorité à la pratique ambulatoire », assure le Dr Cynthia Garignon, vice-présidente de la CME et chirurgien infantile. « Avec ce positionnement, on dit clairement : c'est d'abord l'ambulatoire. »



« C'est un défi financier »


Le nouveau bâtiment regroupera d'ailleurs l'ensemble des services de l'hôpital (consultations externes en médecine et chirurgie, les différents hôpitaux de jour, la chirurgie ambulatoire). Il faut dire qu'aujourd'hui, l'ambulatoire touche toutes les spécialités médicales. « Il y a encore cinq ans, on vous enlevait la vésicule et vous restiez cinq jours dans un lit. Aujourd'hui, vous êtes chez vous le soir », souligne Cynthia Garignon. Un avantage pour le patient, qui s'évite un séjour prolongé. Un avantage aussi pour l'hôpital, qui réduit les frais dit d'hébergement. « Pour le reste, on a tendance à croire que l'ambulatoire est rentable mais ce n'est pas vrai », assure Jean Schmid. « Forcément, un séjour en ambulatoire coûte moins cher. Mais on touche aussi moins d'argent de la Sécu. Sur le plan financier, c'est un vrai défi. » Reste la question de la rationalisation des coûts. « Là aussi, c'est une fausse impression », répond Benoît Moquet. « Avec ce projet, on va créer de nouveaux métiers. L'ambulatoire nécessite un gain de temps, faire tous les examens en une journée et non plus en cinq jours. Pour cela, on va devoir créer des postes de coordination. C'est vraiment le projet de tout l'établissement. »

Facteur d'attractivité

Et de tout le territoire. Car si le chantier en tant que tel ne sera que Briochin, il devrait avoir des répercussions sur les autres hôpitaux du département. C'est du moins ce qu'espère le directeur. « Un jeune chirurgien formé, qui voit qu'on fait ça, il va avoir envie de venir. Ce bâtiment, c'est un facteur d'attractivité pour les praticiens et les internes. À nous, ensuite, d'en faire profiter les hôpitaux du territoire en proposant à ces praticiens du temps partagé. 80 % à Saint-Brieuc et 20 % à Lamballe, par exemple. »

avatar
Admin
Admin

Messages : 10094
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 63
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum