Mario. Ses bagouses, son furet, son camping-car

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Mario. Ses bagouses, son furet, son camping-car

Message par Admin le Mar 15 Mai - 17:50

Mario. Ses bagouses, son furet, son camping-car
©️ Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/.99 Publié le 14 mai 2018



Personnage haut en couleur, Mario vit à l'année dans son camping-car stationné sur la place du Vally, en compagnie de sa furette Pépète ou Cocotte.


Mario, un personnage haut en couleur, emblématique du centre-ville guingampais. Sa bonhomie attire les regards, tout autant que son look, quelque peu excentrique. Ce sexagénaire vit dans son camping-car en compagnie d'un furet et d'un husky en peluche. Un personnage hors norme qui méritait d'être rencontré. Rendez-vous est pris au Bar des sports, à l'entrée de la rue Notre-Dame, à Guingamp. Ou plutôt le tabac-bar comme il l'appelle, en bon Guingampais qu'il est devenu, 44 ans après son arrivée dans la cité de la Plomée. Le « BDS », c'est presque sa deuxième maison, où il aime se prélasser en terrasse devant un bon café. Jamais à sec, question anecdotes.

Personnage haut en couleur et emblématique du centre-ville guingampais, Mario est une gueule, une vraie. Avec ses cheveux bouclés poivre et sel, sa barbe grisonnante, ses lunettes rondes et ses bagouses. Une à chaque doigt. Toutes dénichées dans des brocantes et « ce n'est pas facile quand on a des doigts qui ressemblent à des chipos ». C'est un peu par hasard que ce Parisien, aux origines italiennes par son père, a quitté, dans les années 70, « sa banlieue sordide » dans les Hauts-de-Seine, pour mettre le cap à l'ouest.

En Bretagne Nord, où il s'est fiancé à une « fille de Pommerit », avant d'en épouser une autre, à ses côtés durant 25 ans, qui lui a donné un garçon et une fille, mais dont il est aujourd'hui séparé. Mario s'accommode tant bien que mal de son célibat depuis quinze ans maintenant. « Je ne me plains jamais de vivre seul, même si ce n'est pas très enrichissant. On ne vit qu'une fois, alors c'est dommage de finir seul. »


« Ma furette, je l'appelle Pépète ou Cocotte »


Il ne l'est pas vraiment en fait, puisqu'il s'est entiché d'un furet. Ou plutôt d'une furette. « Je l'appelle Pépète ou Cocotte. Je l'ai achetée sur une braderie. » Un animal de compagnie et presque deux, serait-on tenté de dire, puisqu'un husky a pris place sur le siège passager de son camping-car.


Une peluche plus vraie que nature, pour décourager d'éventuels rôdeurs, car cet ancien marin de commerce, devenu couvreur, a élu domicile à l'année dans son véhicule, qu'il a acheté « cash, grâce à un héritage ». Ce même héritage, ajouté à une pension d'invalidité à 50 % « équivalente à un RSA », qui lui permet de vivre « sans faire de folies ». Et toujours beaucoup d'astuces pour faire des économies. Jamais de chauffage, car « c'est un gouffre financier ». Il préfère « une bonne couette ». Ni de douche, qu'il va prendre dans un hôtel routier. En plus, dit-il, « pour 1,80 €, je peux rester chanter la Traviata pendant trois-quarts d'heure ». Au produit vaisselle, qui « ne sert à rien », il privilégie « une bonne éponge, de l'eau chaude et du vieux papier ».


« Le maire me serre la louche à l'occasion »


Cet amoureux de la Corse, dont il arbore la tête-de-maure sur le bras gauche (et l'Ankou breton sur l'autre), se départit rarement de son humour. Sans doute ce qui rend aussi populaire ce sémillant sexagénaire, né en 1957, « un très bon millésime », juge-t-il utile de rajouter. Avant, le ton plus sérieux, d'apprécier cette reconnaissance des Guingampais. « Le maire vient me serrer la louche à l'occasion. Noël Le Graët me salue, parce que c'était le copain de l'un de mes très bons copains, mais il sait que je ne suis pas du tout foot.

Même les gendarmes m'ont à la bonne. » Des gendarmes quelque peu bienveillants envers ce Guingampais d'adoption, à la vie « marginale » comme il la qualifie. Dont les journées, « réglées comme du papier à musique », passent très vite à son goût.

Et qui, le soir venu, déplace son camping-car de la place du Vally pour stationner près de l'hôpital ou « sur le parking du JouéClub ». Pour éviter « les portières de voitures qui claquent et le passage de voitures folles ». Heureux, Mario ? « On va dire que je ne suis pas malheureux, parce qu'il suffit de peu de chose pour bien vivre. J'aime bien Guingamp, une ville tranquille et une mairie très sociale. »
avatar
Admin
Admin

Messages : 10094
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 63
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum