Bientôt la fin des hublots dans les avions ?

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Bientôt la fin des hublots dans les avions ?

Message par Admin le Jeu 14 Juin - 21:17

jeudi 14 juin 2018 Correspondance, Emmanuelle FRANÇOIS



La compagnie aérienne Emirates ambitionne de remplacer les hublots par des « fenêtres virtuelles » dans ses avions. Un confort et une sécurité supplémentaire pour les passagers et de grosses économies de carburant à la clé, d’après les experts.

Profiter du paysage même quand vous êtes assis au milieu de l’avion, c’est la promesse de la compagnie aérienne Emirates. Lors du dernier salon aéronautique de Dubaï, celle-ci a dévoilé un nouveau concept pour sa Première classe. Configurée en 1-1-1, elle offre un « hublot virtuel » aux passagers de la rangée du milieu, grâce à un écran reproduisant exactement le paysage extérieur. Fournies par des caméras placées à l’extérieur de l’avion qui filment ce que l’on voit de chaque côté, ces images sont accessibles sur les écrans situés sur le dossier des sièges.

Mais à présent, Emirates entend aller plus loin et supprimer carrément tous les hublots pour les remplacer par ce type d’écran. « Les avions sans hublots sont pour bientôt », a ainsi affirmé en juin Tim Clarke, le président d’Emirates, dans une interview à la BBC. Non seulement ces fausses fenêtres seraient accessibles à tous les passagers, mais il serait par exemple possible d’y afficher des informations supplémentaires, par exemple : « Nous survolons actuellement le massif du Mont Blanc », ou la température extérieure.



Un avion 50 % plus léger

Mais le principal avantage est pour la compagnie. « Un avion sans hublot est 50 % plus léger », assure Tim Clarke. Chaque hublot pèse en effet une quinzaine de kilos. Sans ces ouvertures, plus besoin non plus de découper la carlingue puis d’effectuer les travaux de consolidation, ce qui nécessite des matériaux pesants.

Au total, « la suppression de 30 hublots générerait une économie d’une tonne soit une réduction de la consommation de carburant d’environ 1 % pour un avion de 300 tonnes », détaille Yves Gourinat, professeur à l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace, à Toulouse. Qui dit moins de consommation dit aussi moins d’émissions de CO2 et d’oxydes d’azote.



Objectif : alléger l’appareil, pour un gain de carburant, et donc d’argent. (Photo d’illustration : Fotolia)

De plus, de tels avions seraient aussi plus sûrs, car il existe toujours un risque que le hublot en verre se brise et entraîne une dépressurisation. C’est ce qui s’est passé en avril dernier sur un Boeing 737 de la compagnie aérienne américaine Southwest Airlines, où une passagère a été mortellement blessée par l’éclatement d’un hublot à 10 000 mètres d’altitude, brisé par l’explosion d’un moteur. Brutalement dépressurisé, l’avion a été contraint à un atterrissage forcé.

Le verrou psychologique


Même s’ils rechignent à l’avouer, cela fait plusieurs années que les avionneurs s’intéressent à la question. En 2013, le studio de design automobile et aéronautique Technicon avait ainsi dévoilé un concept de jet privé sans hublot, baptisé Ixion, avec un écran panoramique à 180° sur les parois intérieures de l’avion diffusant des images du paysage.

« Pour nous, l’objectif est toujours d’alléger l’avion quand on le peut, confirme Jacques Rocca, porte-parole d’Airbus. Les hublots apportent aux passagers un confort visuel et évitent d’avoir un sentiment de claustrophobie. Ils n’ont aucune utilité en soi, argue le spécialiste. D’ailleurs, ces avions sans hublots existent déjà, pour les aéronefs cargos destinés aux compagnies de fret (Fedex, UPS ou JAS). »


Les passagers ne semblent pas vraiment prêts à renoncer aux hublots… (Photo d’illustration : Fotolia)

Si le pas n’a toujours pas été franchi pour les avions commerciaux, c’est que le frein psychologique reste quasi infranchissable. « Déjà que certaines personnes ont peur de prendre l’avion, cela ne ferait que renforcer leurs craintes », redoute un responsable chez un gros avionneur. Pourtant, dans les gros avions long-courriers, seule une minorité de passagers a effectivement accès à un hublot. Et même pour les chanceux ayant une place « fenêtre », « le plus souvent ils ne voient rien car on voyage de nuit ou on est au-dessus des nuages », raille ce responsable.


Il n’empêche que ce détail semble avoir une grande importance pour les passagers, puisque certaines compagnies facturent la place « hublot » jusqu’à 15 € supplémentaires !

Et après, le cockpit sans vitres ?

Si le concept venait toutefois à être validé, il pourrait aussi concerner les pilotes. En juin 2014, Airbus a breveté un cockpit sans pare-brise, équipé d’un écran diffusant des images de l’extérieur.

« Il faut savoir que les caméras ont une acuité visuelle dix fois supérieure à l’œil humain », argue Jacques Rocca. Et en cas de panne ? « Il suffirait de prévoir un système d’alimentation autonome pour les écrans », assure Douglas Drury, expert de l’Université d’Australie du Sud interrogé par la chaîne ABC.

De toute façon, les robots auront peut-être déjà pris les commandes d’ici-là. Et eux ne souffrent pas de claustrophobie.

ouest france
avatar
Admin
Admin

Messages : 10704
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 63
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum