Plérin. La poterie du Légué, un lieu façonné par ses hôtes

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Plérin. La poterie du Légué, un lieu façonné par ses hôtes

Message par Admin le Jeu 16 Aoû - 13:25


Dans l’escalier à vis, d’où on aperçoit l’atelier du potier, Étienne Huck évoque une porte, aujourd’hui murée, qui donne sur l’extérieur.( ouest france )

Carnets du port. Forge, menuiserie, entrepôt… L’atelier de poterie d’Étienne Huck, au Légué côté Plérin (Côtes-d’Armor), a traversé le temps. Et garde les marques de ses précédentes fonctions.

Sous les hauts plafonds de l’atelier d’Étienne Huck, poteries, mobiles, plantes, tableaux ou encore vieilles photographies forment un tableau hétéroclite et coloré. Voilà le visiteur plongé dans l’univers du potier. Il s’est installé ici il y a près de trente ans, rue de la Poste, à Plérin. Mais l’histoire du bâtiment, elle, naît vers la fin du XVe siècle.

« Ce bâtiment véhicule beaucoup de fantasmes, à cause de son âge et de ses différentes utilisations », prévient d’emblée Étienne Huck, qui s’est un peu renseigné. Il faut dire que l’histoire n’est pas simple à suivre.

« Avant le XVIe siècle, je crois que le port n’était même pas situé au niveau du Légué ! Il était plus proche de Plérin-Sous-la-tour. C’est après qu’il s’est reculé dans les terres. À l’époque, les bateaux s’échouaient d’ailleurs juste devant le bâtiment. »

Le premier quai n’est arrivé que dans les années 1750. Et selon ses recherches, c’est de là qu’est parti le premier bateau français pour Lima, dans les années 1830.
Fenêtres en plus et plancher disparu

Face aux bateaux, l’atelier du potier servait donc assez logiquement d’entrepôt. « C’était les vieilles galeries. Il y en avait quatre, de 100 m2 chacune. Il en reste deux aujourd’hui. Et juste à côté, on avait le grenier à sel. Mais il n’en reste rien. »

Mais le bâtiment n’a pas encore livré tous ses secrets. « C’est assez difficile de retrouver des traces de toute son histoire », soupire Étienne Huck.

« Il y a forcément eu des logements, des appartements ici, avance-t-il. Mais je n’ai trouvé aucune trace écrite… Dans l’escalier, par exemple, une porte donne sur l’extérieur. Il devait mener à un balcon en bois… Et il reste des traces d’immenses cheminées. »

En effet, deux grands foyers sont encore visibles dans l’atelier, comme suspendus entre le sol et l’impressionnante charpente d’époque. Les trois fenêtres qu’on aperçoit au fond ne sont d’ailleurs pas d’origine. Deux ont été rajoutées quand l’étage servait de menuiserie.

Aujourd’hui, le plafond s’élève sur plusieurs mètres. Deux niveaux seulement subsistent : le rez-de-chaussée et le troisième étage. Le niveau intermédiaire a été détruit au XXe siècle, pour laisser place à une forge marine. « On avait besoin de plus de hauteur, et d’une porte plus grande, pour les machines et le matériel. »

L’escalier en vis, lui, est bien d’époque. En bois massif, les marches portent la marque du temps. Certaines, face à une fenêtre, sont plus usées. « On a agrandi l’ouverture pour passer les marchandises. Les hommes, en s’appuyant sur les marches pour hisser les sacs, les ont creusées. »

Le potier, originaire du Légué, garde un souvenir tout particulier de ce lieu, qu’il trouvait lugubre et sombre. « Je me souviens d’un soir, pendant Mardi gras. Des hommes masqués en sont sortis. C’était effrayant, je m’en souviens encore ! M’installer ici, c’était un drôle de hasard. Mais je ne regrette rien. C’est plus lumineux et toujours plein d’histoires. »

Poterie du Légué, 1, rue de la Poste, Plérin. Ouvert toute l’année, du lundi au samedi, de 15 h à 19 h. Contact : 06 52 20 60 75.

ouest france 16.08.2018
avatar
Admin
Admin

Messages : 10526
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 63
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum