Derniers sujets

Patrimoine. Le mini Roland-Garros costarmoricain fête ses 90 ans

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Patrimoine. Le mini Roland-Garros costarmoricain fête ses 90 ans

Message par Admin le Mar 11 Sep - 20:58


Patrimoine. Le mini Roland-Garros costarmoricain fête ses 90 ans

C’est un petit joyau de l’histoire du tennis breton. Nichés dans un écrin de verdure à l’abri des regards, les courts en terre battue de Lan Kerellec, à Trébeurden (Côtes-d'Armor), ont 90 ans. Ils les fêteront ce samedi 15 septembre lors des Journées du patrimoine.

Quasiment le même âge que le célèbre tournoi parisien, la même terre battue qui colle aux pieds et le même charme désuet. Les courts de tennis de Lan Kerellec, à Trébeurden (Côtes-d'Armor), ont des airs de mini Roland-Garros breton. Mais ici, pas de Nadal ou Federer à l’horizon. C’est Yves Loyer qui accueille en short, tennis et polo blanc à l’effigie du Tennis Club de Trébeurden. À 76 ans, il est aux manettes du club et de ce lieu étonnant depuis 18 ans. Et il est plutôt fier de le faire découvrir


Il faut dire que l’endroit est chargé d’histoire. L’aventure débute en 1928 à la création des deux premiers courts le long de l’allée centrale de Lan Kerellec sur des terrains appartenant à la famille Meyer. « Au départ, il y avait un court de chaque côté de la route mais celui qui se trouvait dans la propriété en face a été supprimé », explique Yves Loyer


90 ans plus tard, le lieu compte quatre terrains de tennis construits sur trois niveaux. Et il conserve quelques éléments de 1928. « Sur le court numéro 1, il reste les murs de soutènement qu’il a fallu monter parce que le terrain n’était pas plat, quelques poteaux de grillage en chêne et des outils comme un niveleur et un rouleau », sourit Yves Loyer, avant de préciser qu’au départ, les lignes blanches étaient tracées à la chaux. Elles ont ensuite été peintes à l’aide d’huile de lin chauffée et sont en plastique depuis les années 1990.

Le granit assure le drainage

Protégés du vent par un rempart de verdure et situés à deux pas d’une pointe magnifique, les courts de Lan Kerellec, propriété de la famille Meyer, sont un petit paradis pour joueur de tennis. Et, selon les habitués, leur atout principal est invisible. Ils ont été construits sur une ancienne carrière de granit fissuré, ce qui assure un excellent drainage. « Si on a une petite pluie, pas trop violente, c’est jouable une demi-heure après », assure Yves Loyer. Pour le président du club, on peut même jouer quasiment toute l’année. « Il m’est arrivé de louer un terrain à quelqu’un le 31 décembre ! », rigole-t-il, la main appuyée sur l’un des poteaux en bois qui tiennent les filets


Cet été encore, les courts ont attiré beaucoup de joueurs ravis d’en découdre sur cette terre battue trébeurdinaise. En coulisses, Yves Loyer et les bénévoles du club s’activent. Ils doivent tout faire : de l’entretien à l’animation en passant par la gestion. Jusqu’au début des années 1970, c’est la famille Meyer qui gérait les lieux. Mais depuis, la tâche a été confiée au Tennis Club. « On loue les terrains, on paie l’eau, l’électricité, le téléphone… Et surtout on entretient la terre battue, ce qui coûte cher », souffle le président.

Ce lieu fait partie de notre patrimoine. On ne peut pas prendre le risque de voir tout ça disparaître


Année après année, la mission semble plus délicate à assumer. « C’est difficile de maintenir le club en vie. La moitié de nos 26 000 € de budget sert à payer le loyer », grimace Yves Loyer. « Sans la persévérance et l’aide des membres, sans oublier de généreux donateurs, ces courts auraient depuis longtemps disparu ». Alors, à Lan Kerellec, on espère que l’ouverture des courts pour les Journées du patrimoine, ce samedi 15 septembre, servira de prise de conscience. « On veut montrer au public qu’on existe encore et faire comprendre à la mairie qu’elle doit prendre soin de ce lieu parce qu’il fait partie de notre patrimoine. On ne peut pas prendre le risque de voir tout ça disparaître », conclut Yves Loyer.

À l’occasion de la 35e édition des Journées du patrimoine, les courts de Lan Kerellec seront ouverts au public samedi 15 septembre. De 14 h à 18 h, il sera possible de visiter les lieux mais aussi de découvrir une exposition sur l’histoire du tennis en Bretagne, d’observer une comparaison entre les méthodes actuelles et anciennes de réfection des terrains et d’assister à une démonstration de tennis avec des raquettes en bois en tenue ancienne

dominique Morvan telegramme
avatar
Admin
Admin

Messages : 10899
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 63
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrimoine. Le mini Roland-Garros costarmoricain fête ses 90 ans

Message par Admin le Mar 11 Sep - 21:06

Lan Kerellec. « C’est formidable qu’il existe encore des courts comme ça »
Publié le 24 août 2018 à 14h20


Le Breton Jean-Pierre Chevallier est un spécialiste de l’histoire du tennis en France et en Bretagne. Il se réjouit que les courts de Lan Kerellec de Trébeurden soient mis en avant lors des Journées du patrimoine.


Jean-Pierre Chevallier avec l’un de ses ouvrages consacrés à l’histoire du tennis.


Quel regard portez-vous sur l’histoire du club de tennis de Trébeurden ?


Il ne fait pas partie des clubs les plus anciens. Il date des années 20 alors que le plus vieux en France est celui de Dinard qui a été créé en 1879 par des Anglais. Est venu ensuite le club franco-anglais de Dinan fondé quatre ans plus tard puis des grands clubs parisiens dans les années 1884 ou 1886 comme le Racing et le Stade Français.

En revanche, c’est aujourd’hui un club un peu en marge puisqu’il est privé alors que la grande majorité sont désormais municipaux et gérés par des bénévoles. Ce qui permet des tarifs très bas. Ces clubs municipaux, qui ont fleuri depuis trente ans, ont coulé tous ces clubs charmants. Il n’y en a plus beaucoup. Ce sont un peu des survivants. Et puis à Trébeurden, le cadre est magnifique avec le manoir de Lan Kerellec à côté. C’est un coin merveilleux et vraiment enchanteur. Heureusement qu’il existe encore des clubs comme ça.


L’autre originalité de Lan Kerellec, c’est la terre battue.

Oui c’est un peu la pérennité d’un certain luxe. Qui dit terre battue, dit entretien. C’est hors de prix l’entretien d’une terre battue si on ne le fait pas soi-même. Ce sont des milliers d’euros par court. Donc oui, c’est formidable qu’il existe des courts comme celui de Trébeurden.

Il y en a à Saint-Quay-Portrieux, au Val André, à Saint-Lunaire mais, comme par hasard, tous ces clubs sont anciens. Aujourd’hui, on préfère les surfaces de jeu sans entretien. Il existe d’ailleurs une terre battue extérieure sans entretien. Mais, par exemple, Roland-Garros se joue sur de la terre battue classique : c’est le nec plus ultra, le top du top. Si on a que deux ou trois courts dans un club, on peut se le permettre. Si on en a dix ou vingt, on va à la faillite.

Est-ce une bonne chose d’ouvrir ce lieu pour les Journées du patrimoine ?

Ah oui. J’ai voulu faire pareil dans mon club de Saint-Quay-Portrieux qui a presque un siècle d’existence. J’ai eu une réponse un peu sèche et décourageante de l’office de tourisme me disant que je pouvais visiter trois manoirs. C’est dommage parce que je trouve que ça fait partie de notre patrimoine. Que restera-t-il quand on n’aura plus ces vieux clubs ?




avatar
Admin
Admin

Messages : 10899
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 63
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum