Saint-Brieuc. « La ville la plus pauvre de Bretagne »

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Saint-Brieuc. « La ville la plus pauvre de Bretagne »

Message par Admin le Mar 25 Sep - 21:12

Publié le 25 septembre 2018 à 17h45 DIMITRI RONCHON BORIE

Saint-Brieuc a des atouts, en termes de patrimoine, et de situation touristique. (Dimitri Rouchon-Borie)


Saint-Brieuc a été retenue dans le dispositif « Cœur de Ville », censé sauver des eaux troubles les communes de taille moyenne cumulant des difficultés. Le tout au prix d’un diagnostic néanmoins piquant pour la capitale des Côtes-d’Armor.

C’est une façon de répondre au problème posé par le déclin récurrent des villes centre, de taille moyenne, en France. Une chute lente qui désagrège petit à petit le dynamisme commercial, le logement - au profit de périphéries réputées sans âme. Le dispositif national « Cœur de Ville » a retenu un certain nombre de communes, au rang desquelles Saint-Brieuc.

Lundi soir, son conseil municipal a voté en faveur d’une nouvelle délibération à ce sujet, précisant la convention qui lie désormais la commune aux financeurs du projet : l’État, la Caisse des dépôts, le groupe Action logement, le conseil régional, le Département des Côtes-d’Armor et l’établissement public foncier de Bretagne.


Des atouts

Parmi les critères ayant permis à Saint-Brieuc de se rendre éligible au dispositif, il y a les éléments factuels : la commune a une fonction administrative et politique centrale (la préfecture y est installée). Elle a aussi un poids économique indéniable, avec 66 000 emplois dans le bassin de vie, concentrés pour beaucoup dans la ville centre. Saint-Brieuc peut se prévaloir d’un technopôle réputé, notamment avec le zoopôle, à Ploufragan. La Ville est au cœur d’un territoire valeureux au plan touristique. Et 6 000 étudiants s’y posent chaque année. Le territoire accueille également un Cnam réputé, notamment pour ses formations uniques et pointues dans des domaines intéressant la défense.


La Ville compte aussi sur sa vie étudiante, avec 6 000 étudiants recensés chaque année. (Dimitri Rouchon-Borie)


Population fragile

Mais pour le reste, Saint-Brieuc est aussi la « ville la plus pauvre de Bretagne », rappelle la convention, « qu’il s’agisse du taux de chômage, de la population imposée en taxe d’habitation, du niveau de ressources des ménages ». « Depuis cinq ans, la réalité de la centralité sociale de Saint-Brieuc a été multipliée par deux », compte tenu de la « fragilité de la population », note encore le texte. Concomitamment, Saint-Brieuc est la ville qui accueille le plus d’étrangers en Bretagne, hors métropoles.

Enfin, Saint-Brieuc est pôle de santé majeur en Nord Bretagne, et la commune a la particularité de faire le lien entre un espace littoral ouvert sur la mer, et une ruralité encore forte.


Des défis

La convention relève en substance les défis suivants :

1. La baisse « nette » de la population depuis 1975. Plus encore, ce sont les ménages qui désertent le centre-ville (un ménage sur dix est dans le centre).

2. La vacance commerciale qui atteint 34 %. La part des achats réalisés par les ménages dans le centre plafonne à 16 %.

3. La vacance des logements, fixée à 18 % dans l’hyper-centre. « Saint-Brieuc, à elle seule, concentre 45 % de la vacance de logements dans l’agglomération, soit 3 345 logements en 2016 ». Le texte précise encore que 60 % des vacances longue durée, donc plus de deux ans, concernent la ville. « Dans le centre, près de 40 % des logements sont vides depuis plus de cinq ans ».

4. La ville n’est pas plus à l’aise au plan fiscal, avec « des recettes faibles, une valeur locative cadastrale élevée ». La cause ? « Seuls 36 % des contribuables paient en entier la taxe d’habitation ». Mais les loyers restent chers, en raison de l’histoire.


Pour faire face à tout cela, « des mesures ont déjà été engagées », rappelle le document, notamment « une délibération cadre en 2014 », sur l’attractivité ; mais aussi le projet de labellisation Ville d’Art et d’Histoire. Il faut compter sur le patrimoine littéraire local avec « le fonds Louis Guilloux », mais aussi culturel, avec une scène nationale, La Passerelle, une Smac, La Citrouille, et le travail des Bistrots de l’histoire…

La vacance commerciale atteint 34 % dans le centre-ville. (Dimitri Rouchon-Borie)



Une organisation dédiée


Néanmoins, la convention signée par la Ville impose désormais un modus operandi strict. Suivi du projet par un directeur général adjoint mutualisé entre Ville et Agglo. L’équipe est organisée autour d’un directeur de la prospective, d’un chef de projet habitat, d’un chef de projet city manager, de la directrice de la communication, en « cinq groupes de travail sur chacun des axes du programme ». La création d’un « comité de projet » piloté par le maire, Marie-Claire Diouron, est obligatoire, et le préfet des Côtes d’Armor « y participera nécessairement ».

La convention engage les parties jusqu’en 2024.

avatar
Admin
Admin

Messages : 10686
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 63
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint-Brieuc. « La ville la plus pauvre de Bretagne »

Message par Admin le Mar 25 Sep - 21:18

Cœur de Ville. De « l’enthousiasme » mais pas d’Élan



Le Conseil municipal a voté ce lundi soir une délibération supplémentaire dans le cadre du dispositif Action cœur de ville. Ce dispositif, qui fait l’objet d’un partenariat strict entre l’État, les Villes, et d’autres financeurs, doit permettre d’accélérer la redynamisation des centres-villes dans les communes de taille intermédiaires ; elles sont souvent durement affectées par des problématiques cumulées de logements, de commerces et d’attractivité.

Le document signé permet de prendre connaissance des premiers projets qui pourraient être financés rapidement à Saint-Brieuc dans le cadre de ce dispositif (lire ci-dessous). Mais l’ensemble est encore soumis à de nombreuses incertitudes, les plus cruciales d’entre elles étant l’enveloppe financière globale dont Saint-Brieuc pourrait bénéficier.

L’autre étant le périmètre concerné par le dispositif. « Et on ne pourra pas le connaître tant que la loi Élan ne sera pas votée à l’Assemblée nationale » a souligné Gaëlle Nique, conseillère municipale de la minorité, mais également conseillère régionale, « partenaire du projet », qui n’a pas pris part au vote.

« Pas à la hauteur »

Le dispositif n’a pas eu l’heur de convaincre Didier le Buhan, porte-parole de l’opposition de gauche sur ce dossier, et qui a défendu une « abstention de vigilance ». « Nous ne comprenons pas comment l’enveloppe présentée en juin pouvait engager 20 M€ de projets, quand il n’en reste plus que sept aujourd’hui ».

Sur ces 20 M€, « 13 avaient été fléchés sur le chantier Teo, et nous notons que la ligne a disparu. Cela représentait 60 % de la somme totale ».

Pour la gauche, qui craint de surcroît un « désengagement de l’État », le texte « n’est pas à la hauteur des besoins ». Par ailleurs, « Sur 700 000 € d’études globales, 34 000 € seulement seront dédiés à la transition écologique », a regretté Brigitte Claessens.


« Champions du déclin »

Pierre-Yves Lopin, élu du Rassemblement national, a eu lui « l’impression que tous les habitants de Saint-Brieuc sont pleins aux as, et qu’ils ne demandent qu’un cadre de vie agréable et de la culture pour se détendre. Il n’y a rien dans ce dispositif pour la création de richesses ». Pour lui, ce serait là la seule solution pour que Saint-Brieuc cesse d’être « la Ville des champions du déclin et du délabrement ».


« Le premier depuis toujours »

La municipalité a d’abord fait valoir son regard sur le texte par le truchement de Bruno Joncour. « Ce dispositif est le premier du genre, depuis toujours », a-t-il argumenté. « Insuffisant ? Ça le sera toujours. On ne peut pas demander à l’État de financer tous nos projets.

Mais je suis partisan de ne pas considérer ce dispositif comme rien, par rapport à ce que certains attendraient, c’est-à-dire : tout ».

Un « optimisme » partagé par le maire, Marie-Claire Diouron. « J’ai pris un coup au moral en écoutant M. Lopin » a-t-elle commenté. « Ce dispositif n’est pas un chèque, c’est une mobilisation, avec un projet qui va se construire sur cinq ans.

Mais nous sommes enthousiastes, et les services ont réalisé un travail très important sur ce dossier. Ce sera un accélérateur d’investissement, même si effectivement, on ne peut en connaître le périmètre tant que la loi Élan n’est pas votée ».

©️ Le Télégramme
avatar
Admin
Admin

Messages : 10686
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 63
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint-Brieuc. « La ville la plus pauvre de Bretagne »

Message par Admin le Mar 25 Sep - 21:29

Cœur de ville. Des projets dès cette année ?

Publié le 24 septembre 2018 à 21h54

Les premiers projets « action cœur de ville » sont déjà dans les tuyaux.


Une verrière photovoltaïque, des vélos électriques en libre-service, un tiers lieu… Plusieurs projets financés par le dispositif cœur de ville pourraient être lancés dès cette année.

La réhabilitation « massive de l’habitat privé », le ravalement des façades et colorisation, le développement de la production d’électricité locale, avec la réalisation d’une verrière photovoltaïque, la création d’espaces de stationnement végétalisés, la création d’une ressourcerie, d’un pôle ressources jeunesse, d’un tiers lieu, le déploiement des arts dans l’espace public. Autant de projets qui pourraient être lancés dès cette année, dans le cadre du dispositif Action cœur de ville, parce qu’ils sont considérés comme « suffisamment matures » par les partenaires du dispositif.


Récupérer l’énergie des eaux usées

Ces projets sont recensés dans des « fiches action », intégrés à ladite convention, et qui a fait l’objet d’un vote, ce lundi en conseil municipal. Chaque fiche correspond à un budget prévisionnel. La municipalité souhaiterait ainsi lancer un vaste chantier de rénovation de l’habitat privé, pour « l’adapter au besoin des familles ». Elle prévoit d’étudier la possibilité de récupérer de la chaleur à partir du réseau des eaux usées. De récupérer des eaux à partir d’un équipement installé sur la Maison du vélo. Globalement, les élus souhaiteraient « renforcer la présence de la nature en ville » avec des espaces de stationnement végétalisés.

La Ville lancera en parallèle des études, qui permettront d’affiner les diagnostics notamment sur la question économique et commerciale

ARTICLES DU TELEGRAMME
avatar
Admin
Admin

Messages : 10686
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 63
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint-Brieuc. « La ville la plus pauvre de Bretagne »

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum