Que se passe-t-il dans le cerveau au moment de la mort ?

Aller en bas

Que se passe-t-il dans le cerveau au moment de la mort ? Empty Que se passe-t-il dans le cerveau au moment de la mort ?

Message par Admin le Mer 26 Déc - 19:59

Correspondance, Emmanuelle FRANÇOIS OUEST FRANCE

Que se passe-t-il dans le cerveau au moment de la mort ? Sans1166

Que se produit-il dans le cerveau quand le sang n’y est plus transporté ? Une nouvelle étude scientifique apporte des indications inédites sur ce qu’il se passe juste avant la mort.

Contrairement à des croyances répandues, il n’y a pas de moment exact d’un passage de la vie à la mort : « La mort est un processus, explique Sam Parnia, un des spécialistes mondiaux de la réanimation, à l’université de New York. Ce n’est qu’après le moment où les organes vitaux ne donnent plus signe de vie que les cellules commencent à mourir – et cela peut prendre des heures. »

Les cellules cérébrales sont particulièrement résistantes aux effets de la baisse d’apports de sang – et donc d’oxygène. D’après des études récentes en laboratoire, elles peuvent résister jusqu’à 21 heures. « Quand l’oxygène cesse d’approvisionner le cerveau, du matériel toxique s’y accumule. C’est, en grande partie, ce qui tue les cellules du cerveau. »

Jens Dreier, chercheur en neurologie expérimentale à l’hôpital de la Charité à Berlin, a mis des électrodes dans le cerveau de neuf patients sur le point de mourir – avec l’accord des familles. Il a enregistré ce qui se passe exactement lors de l’arrêt des traitements ; lorsque leur cœur arrête de battre et que l’électro-encéphalogramme (EEG), qui enregistre l’activité cérébrale, est plat. « Un EEG plat ne signifie pas que les cellules nerveuses ne sont plus actives », confirme le chercheur.

Dépolarisation des cellules

Comme des piles, les cellules du cerveau ont des polarités électriques et des réserves d’énergie. Privés d’oxygène et de sang, les neurones se mettent d’abord en « mode pause ». Lorsque la première cellule « craque », on dit qu’elle dépolarise, c’est-à-dire qu’elle libère toute sa réserve d’énergie. Ce choc entraîne la dépolarisation d’une cellule voisine, qui libère aussi son énergie, et ainsi de suite jusqu’à extinction des feux.

Que se passe-t-il dans le cerveau au moment de la mort ? Sans1167

Quand ils sont privés d’oxygène, les neurones se mettent d’abord en « mode pause ». (Image d’illustration : Fotolia)

Cette vague massive est un véritable tsunami pour le cerveau. Ses structures physiologiques et anatomiques, conçues pour des cellules fonctionnelles, sont détériorées. Ce tsunami est, jusqu’à un certain point, réversible. « La question est de savoir quand la mort devient absolument irréversible d’un point de vue cellulaire », souligne Sam Parnia.

Si l’on agit avant ce moment, les cellules peuvent se rétablir. Refroidir la tête, par exemple, préserve les cellules et freine l’accumulation des éléments chimiques toxiques.

L’objectif de Jens Dreier est le développement de méthodes automatisées pour la détection des dépolarisations. « Afin d’apprendre comment protéger le cerveau en cas d’accident vasculaire cérébral et d’arrêt cardiaque, vous devez d’abord comprendre de quoi vous devez le protéger, explique-t-il. Le temps joue un rôle important. Le temps, c’est du cerveau. »



Un sentiment de paix, une lumière accueillante


Apparue il y a près de cinquante ans avec la respiration artificielle et la réanimation cardiaque, la science de la réanimation a fait approcher des millions de personnes de la mort, avant qu’ils ne « reviennent » à la vie. Leurs témoignages se recoupent, indépendamment de leur âge, de leur origine ou de leur religion : « Ces personnes décrivent des sentiments de paix immense, la traversée d’un tunnel, une lumière chaleureuse et des proches décédés perçus comme accueillants », explique Sam Parnia.

Les patients mentionnent parfois un « être de lumière » et disent avoir fait le bilan de leur vie. D’autres racontent avoir eu la perception d’être séparés de leur corps, d’avoir observé les événements d’en haut. Les mécanismes cérébraux derrière ces expériences sont encore inconnus. L’une des hypothèses, indique Sam Parnia, c’est que « la conscience soit une entité distincte qui n’est pas produite par les activités conventionnelles des cellules du cerveau. Elle pourrait elle-même moduler indépendamment l’activité cérébrale… » La science n’a ni validé ni infirmé cette possibilité.

Admin
Admin
Admin

Messages : 11858
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 64
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum