Bretagne - Sabotier d'Antan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bretagne - Sabotier d'Antan

Message par Admin le Mar 15 Déc - 13:24

Bretagne - Sabotier d'Antan .. Le sabot fait d’une seule pièce de bois, est prisé des régions rurales . L’origine du sabot est mal connue, les bûcherons en seraient les créateurs . Le patron des sabotiers Saint René, évêque d’Angers, serait selon la légende le premier sabotier . Au XVIIIème siècle, les sabotiers vivent aux abords des forêts dans une cabane qu’il construisait sur place, il y reste tout ou partie de l’année pour choisir les pièces de bois, les dégrossir et ébaucher la forme .
Le Sabot connait sa période faste du XIXème jusqu’à la Grande Guerre, puis le déclin s’amorçe avec l’apparition des chaussures caoutchoutées En 1950 la généralisation de l’usage du tracteur pour lequel les bottes sont plus adaptées, donne le coup de grâce aux sabotiers

avatar
Admin
Admin

Messages : 8171
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 62
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bretagne - Sabotier d'Antan

Message par Admin le Sam 19 Déc - 22:41

Voilà une histoire intéressante ,alors je suis parti fouiller sur internet ,comme d'habitude

j'ai trouvé divers liens :

De la même façon que c’est souvent chez les éditeurs régionaux que l’on trouve les meilleures monographies, réalisées par un érudit qui connait bien l’histoire de sa commune, c’est aussi chez les généalogistes que l’on va trouver des études sur une famille ou un métier les plus fouillées et documentées. C’est le cas avec l’étude sur les sabotiers de Simone Lagoutte.


Si vous avez un ancêtre sabotier, alors ce site est pour vous ! Simone Lagoutte, dont le mari descend d’une famille de sabotiers sur plus de dix générations, s’est penchée sur ce métier aujourd’hui disparu, et a réalisé une étude passionnante, publiée aujourd’hui sur son site web familial.

Après une rapide présentation, on plonge dans le vif du sujet, et Simone nous explique ce qu’étaient les “cordonniers du bois” qui vivaient dans la région de Fougères, en Ille-et-Vilaine. Elle nous présente ensuite ses ancêtres, au travers de plusieurs familles.


Nous découvrons ensuite les différentes étapes de la fabrication d’un sabot : les différentes étapes du processus de fabrication, et les outils du sabotier. Enfin, Simone évoque toutes les traditions liées au métier de sabotier : proverbes, coutumes, sans oublier de nous fournir quelques liens précieux pour approfondir le sujet.

Ces quelques pages ont le mérite d’abonder de photos et illustrations qui vous permettront de bien appréhender ce métier, et d’imaginer vos ancêtres dans leur environnement, avec leur famille, tous vivant autour des sabots à confectionner pour leurs congénères paysans (du moins pour ceux qui ne circulaient pas pieds nus, et ils étaient nombreux), la chaussure ne concernant alors que les bourgeois aisés et autres gens de robe ou d’épée…


http://www.geneanet.org/blog/post/2008/09/geneanet-tout-savoir-sur-les-sabotiers-html


A partir de ce lien j'ai donc poursuivi mon chemin ...

vous arrivez sur le blog très riche de SIMONE LAGOUTTE

[url=Bienvenue sur le site de Simone Lagoutte]Bienvenue sur le site de Simone Lagoutte[/url]

Sabotiers
Du plus loin qu'on puisse remonter, les Lagoutte étaient sabotiers. Métier, coutumes et mode de vie, avec une vingtaine de photos pour tout savoir.
Nouvelles photographies de Simone et Maurice en dernière page des sabotiers.

.......................................................


Maurice, mon mari, parlait souvent de son grand-père et de son oncle Jules, tous deux sabotiers à Saint-Denis-de-Gastines en Mayenne, au début du siècle.
Assez curieusement, ils ne lui avaient jamais raconté qu'ils tenaient ce beau métier de leurs parents et grands parents.




Mais quand nous eûmes contracté le virus de la généalogie, quelle ne fut pas notre surprise, en "remontant l'arbre", de n'y trouver que des sabotiers, mariés à des sabotières, et ce, sur plus de dix générations ! (précédemment les métiers étaient rarement mentionnés dans les actes d'état civil).
L'apprentissage se faisait toujours en famille. Il fallait bien cinq années pour savoir faire de bons sabots. Le métier se transmettait ainsi, de génération en génération, à tous les enfants, filles et garçons, d'où de véritables "dynasties de sabotiers".







A SUIVRE ET A DECOUVRIR POUR LES AMATEURS SUR LE MEME LIEN /

Le monde à part des sabotiers

Les cordonniers du bois

Les Familles de Sabotiers

Le travail du sabot

Traditions - Remerciements

http://simone.lagoutte.free.fr/



_________________
http://passion-3-roues.centerblog.net/
https://www.facebook.com/patrick.trike
avatar
Admin
Admin

Messages : 8171
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 62
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bretagne - Sabotier d'Antan

Message par Admin le Lun 21 Déc - 15:26

j'ai trouvé également le site suivant :

Les sabotiers de Bretagne.


Dans la Bretagne du début des années quarante grandissent deux frères Louis-Marie et Céleste. Anaïs, la mère, épuisée de "vivre comme des bêtes" dans leur hutte humide et bouleversée par la naissance de son cadet trisomique, a fui. On ne l'a plus jamais revue. Comme leur père, ils seront sabotiers et vivront dans la hutte de bois dans la forêt de Camors. Mais le destin veille sous les traits de la jolie Madeleine.

Le petit bémol :
- son côté parfois "roman à l'eau de rose" mais agréable à lire sur la plage.




Ce que j'ai aimé dans ce livre :

- un roman sous forme de belle leçon de tolérance en faveur de la différence.

- c'est "un roman intense sur l'âme de la forêt dans la communauté des gens du bois aujourd'hui disparue". La vie artisanale bretonne y est donc magnifiquement évoquée et donne l'envie d'en savoir plus sur ces sabotiers de Bretagne.

Le métier de sabotier



En effet, on y apprend qu'être sabotier est une affaire de famille. C'est le père qui transmet son savoir à son fils dès l'âge de 10-12 ans. L'enfant n'allait pas à l'école du village mais intégrait au cours de cette apprentissage auprès du père, les mœurs et les caractéristiques des arbres de la forêt. N'était pas sabotier qui voulait !


A travers ce roman, on comprend qu'à la différence des bucherons, les sabotiers logeaient dans des huttes permanentes et isolées au cœur des forêts. L'impression d'un grand isolement imposé et choisi est souvent ressentie au long des chapitres, c'était d'ailleurs l'image de marginaux que les sabotiers colportaient "malgré eux". Il fallait garder ses distances avec ces hommes qui suscitaient crainte, suspicion et rejet. Ils étaient quelques peu "en dehors des réalités" de leur temps à cause de préjugés et aussi à cause de leur caractère (pour demeurer dans la forêt avec ces conditions de vie, les sabotiers étaient généralement des "fortes-têtes" très attachés à leur liberté et à leur indépendance). Néanmoins ce monde artisanal des sabotiers n'en était pas moins pittoresque et riche. Beaucoup ne savaient ni lire ni écrire et à peine compter jusque dans les années 1940 mais leurs traditions orales et chantées n’étaient pas sans intérêts.





Sédentaires et nomades se croisaient sans pour autant se mélanger. Jamais une paysanne n'aurait rêver épouser un sabotier et pas davantage un paysan n'aurait recherché une épouse habitant dans une hutte et se nourrissant de légumes rapinés et d'animaux pris au piège. Et à l'inverse, les sabotiers méprisaient les paysans qui se croyaient supérieurs.

Au fil des siècles, ils deviendront moins vagabonds et plus instruits. Le sabotier s'entourera bientôt d'une vache ou de quelques chèvres pour consommer laits et fromages. Se mêlant davantage à la communauté villageoise - chaque bourg aura bientôt son sabotier - leur comportement va aussitôt se métamorphoser. Le travail est maintenant permanent, pour autant, le sabotier ne va que très exceptionnellement s'enrichir et il devra souvent gérer un autre commerce (cafetier, épicier...) pour survivre.




Le métier de sabotier est à l'agonie après la mécanisation progressive du début du 20ème siècle. Les bottes en caoutchouc font définitivement disparaître les derniers sabotiers dans les années 1940. Le roman de Daniel Cario se situe justement dans ce monde en total boulversement.


La fabrication et la vente des sabots

Les arbres sont coupés en hiver jusqu'en mars car le bois est en sommeil et la sève moins gênante. L'arbre est débité en bûches (passage de la "grume" à la "tronce" et de la "tronce" aux "quartiers", voir ci-contre). La hauteur et le diamètre des bûches donnaient logiquement la future pointure du sabot. Parfois, un nœud ou une fente dues au gel étaient autant de mauvaises surprises et de sabots en moins. Et c'est grâce à ses années d'expérience, que le sabotier savait calculer le retrait du bois au jugé, c'est à dire la diminution du volume total après l'évaporation de l'eau.


JE VOUS LAISSE DECOUVRIR LA SUITE et les annexes de cette histoires
le lien est très riche de plus ...

http://traezhhatevenn.blogspot.fr/2013/07/les-sabotiers-de-bretagne.html

_________________
http://passion-3-roues.centerblog.net/
https://www.facebook.com/patrick.trike
avatar
Admin
Admin

Messages : 8171
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 62
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bretagne - Sabotier d'Antan

Message par Admin le Lun 21 Déc - 15:28

Une version plus moderne

Bienvenue à la Saboterie de Cornouaille !

https://youtu.be/xCA-6-LwbHU

L'unique fabrique de sabots de bois du Finistère est basée à Riec-sur-Bélon, tout à côté de Pont Aven.


La saboterie de Cornouaille vous propose des sabots de bois de qualité, alliant confort et respect de la tradition bretonne. Acheter des sabots et repartir "chaussé" est chose possible, une boutique est attenante à l'atelier du sabotier. Vous pouvez aussi acheter nos produits avec notre boutique en ligne.

Les sabots bretons se portent avec des chaussons de feutre (charentaises) les rendant ainsi très confortables. Ces sabots sont en réalité un accessoire très pratique au jardin potager comme au jardin d'agrément, chaud grâce au bois et confortable avec sa bride de cuir.

Bonne visite !
http://www.sabot-breton.com/


Dernière édition par Admin le Lun 21 Déc - 15:52, édité 1 fois
avatar
Admin
Admin

Messages : 8171
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 62
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bretagne - Sabotier d'Antan

Message par Admin le Lun 21 Déc - 15:31

Les Sabotiers en Bretagne cartes postales

http://www.carte-postale.com/bretagne/sabotiersenbretagne.htm


_________________
http://passion-3-roues.centerblog.net/
https://www.facebook.com/patrick.trike
avatar
Admin
Admin

Messages : 8171
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 62
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bretagne - Sabotier d'Antan

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum