LA SANDALETTE DE PLOUHA
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Notre monde n’est pas pensé pour les femmes, en voici quatre preuves

Aller en bas

Notre monde n’est pas pensé pour les femmes, en voici quatre preuves Empty Notre monde n’est pas pensé pour les femmes, en voici quatre preuves

Message par Admin Ven 29 Mar - 22:57

Par Marie Merdrignac OUEST FRANCE

Notre monde n’est pas pensé pour les femmes, en voici quatre preuves Sans1764

Cette semaine, la Nasa a dû annuler la première sortie dans l’espace 100 % féminine pour cause de combinaisons trop larges. Mais sur Terre aussi, les femmes sont confrontées à ce genre de problèmes... Voici quatre exemples qui montrent que notre monde est conçu par et pour les hommes.

Du téléphone aux toilettes, en passant par les gilets pare-balles ou les open-spaces, les objets et espaces du quotidien sont conçus selon des normes masculines. C’est ce que démontre la militante féministe et journaliste britannique Caroline Criado-Perez, dans un ouvrage, Invisible Women : Exposing Data Bias in a World Designed for Men, paru en février au Royaume-Uni.

Elle a compilé trois années de recherches et de données qui mettent en lumière que les femmes sont oubliées dans la conception de certains objets, et par conséquent doivent s’y adapter au risque parfois, de se mettre en danger. Allons du plus banal, au plus révoltant.

1. Les smartphones

Aujourd’hui, un téléphone mesure à peu près 14 cm, relève le quotidien Libération, « pour que l’homme moyen puisse utiliser son appareil d’une manière assez confortable d’une main ». Quand Apple, en septembre 2018, présente ses nouveaux iPhone (le XS, XS Max, et XR), plusieurs figures féministes soulignent qu’une fois encore, les téléphones ne sont pas adaptés aux mains des femmes. Caroline Criado-Perez faisait part de son agacement au Daily Telegraph, considérant qu’Apple ne concevait pas ses iPhone « en pensant au corps des femmes » alors que selon elle, « elles achètent plus d’iPhone que les hommes ».

Notre monde n’est pas pensé pour les femmes, en voici quatre preuves Sans1765
(Photo d’illustration : Fotolia)

Il n’y a pas que la taille qui est problématique dans ce secteur. Les logiciels de reconnaissance vocale identifient avec plus de précision la voix des hommes, assure la journaliste. Ce qu’avait démontré, en 2016, Rachael Tatman, chercheuse en linguistique à l’université de Washington. Elle avait testé les logiciels de reconnaissance vocale de Google et établi qu’ils avaient 70 % plus de chances de reconnaître avec précision une intonation masculine.

2. Les toilettes publiques

Toutes les femmes ou presque ont déjà fait l’expérience de la longue file d’attente devant des toilettes, lors d’un concert, dans un bar, en festival. Alors que côté messieurs, ça va vite. Ce n’est pas parce qu’elles sont plus nombreuses, mais parce que les femmes y passent plus de temps que les hommes (89 secondes contre 39).

Pourtant, il n’existe pas plus de sanitaires pour les femmes. C’est 50-50, sans tenir compte des différences. « Dans l’ensemble des bâtiments publics, le nombre de mètres carrés consacrés aux toilettes des hommes et des femmes est toujours identique, selon une symétrie architecturale qui semble ancrée dans le marbre », s’agaçait déjà en 2003, dans une tribune, Philippe Frémeaux, directeur du mensuel Alternatives économiques.

Les villes évoquent les coûts, https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/31455/reader/reader.html#!preferred/1/package/31455/pub/45507/page/6 mais d’autres exemples, montrent que l’espace public est façonné par et pour les hommes, une thèse largement défendue par le géographe français Yves Raibaud, qui a publié en 2015, La Ville faite par et pour les hommes.

Notre monde n’est pas pensé pour les femmes, en voici quatre preuves Sans1766
(Photo d’illustration : markusspiske / Pixabay)

Si l’exemple paraît anodin, il a des conséquences sur la santé des femmes estime Caroline Criado-Perez : elles ont huit fois plus de risques que les hommes de souffrir d’infection urinaire, indique la journaliste dans son ouvrage.

3. Les voitures


Alors qu’elles sont moins impliquées dans les accidents, les femmes ont pourtant 47 % de risques supplémentaires d’être sérieusement blessées lorsque cela arrive, 71 % d’être légèrement blessées et 17 % plus de mourir, note la journaliste.

En cause ? Leur conception. À l’échelle internationale, les crash-tests pour les dispositifs de sécurité s’effectuent avec des mannequins construits selon un modèle référence d’un individu masculin moyen mesurant 1,70 m et pesant 76 kg. Résultat : les femmes se positionnent les genoux plus près du volant pour atteindre les pédales, sont donc plus près du pare-brise, elles ne sont pas bien protégées par des appuis-tête trop hauts et des ceintures de sécurité qui arrivent au niveau du cou.

Notre monde n’est pas pensé pour les femmes, en voici quatre preuves Sans1767
(Photo d’illustration : Simon Yeo / Flickr / CC BY 2.0)

Aux États-Unis et dans l’Union européenne, des mannequins féminins ont été introduits pour les tests de collision, mais ils ne sont utilisés que du côté passager. Et « c’est juste un mannequin masculin réduit, souligne Caroline Criado-Perez. Nous [les femmes] avons une distribution de masse musculaire différente. Nous avons une densité osseuse inférieure. Il existe des différences dans l’espacement des vertèbres. Même notre corps est différent. Et ces différences sont toutes cruciales en ce qui concerne le taux de blessures dans les accidents de la route. »

4. Les uniformes professionnels

Les vêtements de travail ne sont pas adaptés à la morphologie des femmes assure la journaliste. Les lunettes de protection trop larges, les gilets pare-balles qui ne prennent pas en compte la poitrine des femmes, des bottes qui ne tiennent pas aux pieds…

Dans l’armée américaine, alors que des femmes commencent à intégrer des unités qui étaient jusque-là exclusivement réservées aux hommes, l’équipement ne suit pas. Les vêtements ont été déclinés dans des tailles plus petites en 2016, mais pas les casques ni les chaussures.

Notre monde n’est pas pensé pour les femmes, en voici quatre preuves Sans1768
(Photo d’illustration : U.S. Army)

« Les femmes ont traversé l’Irak et l’Afghanistan – jusqu’en 2018 – avec un équipement spécialement conçu pour les hommes », explique à la BBC Alex Elias, un spécialiste des femmes dans l’armée. Et celles-ci doivent donc s’adapter. Certaines d’entre elles ont raconté à Buzzfeed News, au début du mois de mars, qu’au cours de leur service, elles avaient été obligées de « transformer » leur gilet pare-balles pour pouvoir tirer correctement ou ne pas être gênée dans leurs mouvements, même si cela impliquait de retirer certains des panneaux latéraux protecteurs.

Ce qui pose de réels problèmes de sécurité. En 1997, une policière britannique, qui avait retiré son gilet protecteur pour utiliser convenablement un bélier hydraulique afin de pénétrer dans un appartement, avait été mortellement poignardée. Les plaintes sont nombreuses depuis vingt ans, relève Caroline Criado-Perez, mais selon elle, les choses n’ont pas ou peu évolué.

Et on pourrait décliner ces problèmes dans d’autres secteurs, comme les chantiers de construction, les laboratoires de recherches etc. « Les alternatives conçues pour les femmes sont souvent plus chères, ont des poches plus petites et sont encore mal adaptées », souligne auprès de la BBC, la biologiste américaine Jessica Mounts, directrice de l’Alliance du Kansas pour les zones humides et les cours d’eau.

On s’arrête là, mais l’ouvrage de Caroline Criado-Perez regorge d’autres exemples, de l’urbanisme à la santé, en passant par la politique, le sport… Il serait peut-être temps, propose-t-elle, de concevoir du matériel, des objets, et des espaces pensés pour les femmes.





Admin
Admin
Admin

Messages : 13871
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 66
Localisation : cotes d'armor

https://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum