Derniers sujets

Si nous n'avons pas encore trouvé d'extraterrestres, c'est parce qu'ils dorment

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Si nous n'avons pas encore trouvé d'extraterrestres, c'est parce qu'ils dorment

Message par Admin le Dim 23 Juil - 16:08

C'est du moins la dernière théorie de trois chercheurs, selon lesquels l'univers serait actuellement trop chaud pour ces aliens, qui auraient choisi de vivre une vie «numérique» et qui se seraient mis «en veille» pour économiser leurs ressources.




Malgré des décennies de recherche, nous n'avons pas encore trouvé le moindre signe d'une intelligence extraterrestre. Les probabilités nous disent qu'elle existe, alors pourquoi ne l'avons-nous pas encore détectée? Ce problème, c'est celui que l'on cite souvent comme le «paradoxe de Fermi»,
https://fr.wikipedia.org/wiki/Paradoxe_de_Fermi

d'après le physicien et prix Nobel Enrico Fermi qui avait posé la question à ses collègues au cours d'un déjeuner en 1950. Depuis, de nombreuses théories ont été proposées. Nous sommes peut-être tout simplement seuls dans l'univers. Peut-être qu'une sorte de grand filtre empêche la vie intelligente de progresser au-delà d'un stade. Les aliens sont peut-être dans les parages, mais nous sommes trop primitifs pour discuter avec eux. Ou peut-être sommes-nous au milieu d'un grand zoo cosmique, où l'on observe notre espèce sans vouloir interagir avec elle. Aujourd'hui, trois chercheurs pensent avoir trouvé une autre réponse: les extra-terrestres existent, mais ils dorment.

Selon un article de recherche en passe d'être publié par le Journal of the British Interplanetary Society, les extraterrestres se seraient mis en sommeil en attendant des jours meilleurs. Dans l'article, Anders Sandberg, Stuart Armstrong et Milan Cirkovic, du Future of Humanity Institute d'Oxford et de l'Observatoire astronomique de Belgrade, avancent que l'univers serait actuellement trop chaud pour que des civilisations sophistiquées et numériques fassent un usage raisonné de leurs ressources. La solution: dormir et attendre que l'univers se refroidisse, selon un processus d'estivation (comme l'hibernation, mais quand c'est la canicule).

Une existence numérique «en veille»

Pour comprendre cette hypothèse, il faut partir du principe que les formes de vie les plus avancées de l'univers ont choisi de quitter la biologie pour vivre une existence numérique. Et après avoir peu ou prou transféré leur esprit dans des ordinateurs surpuissants, ces civilisations peuvent étendre leurs capacités intellectuelles à l'infini ou élire domicile dans les environnements les plus inhospitaliers du cosmos.

Cette idée que la vie pourrait accéder à un stade d'existence post-biologique convainc de plus en plus d'experts. «La chose n'est pas nécessairement inévitable, mais elle est extrêmement probable», m'explique Cirkovic.

Dès que vous vivez numériquement, poursuit Cirkovic, votre traitement de l'information se doit d'être rentable. Chaque calcul a un coût, étroitement lié à la température. Lorsqu'elle diminue, le coût diminue, ce qui signifie que vous pouvez en faire davantage avec la même quantité de ressources. C'est notamment pour cela que les ordinateurs ont un ventilateur. Et si, pour les humains, l'univers peut sembler plus que froid (le fond diffus cosmologique oscille autour des trois kelvins au-dessus du zéro absolu, soit la limite la plus basse de l'échelle thermique), pour des esprits numériques, il est bien trop torride.

Mais pourquoi estiver? Si des aliens veulent un traitement de l'information plus efficace, ils n'ont qu'à refroidir manuellement leurs systèmes, comme nous avec nos ordinateurs. Dans l'article, les chercheurs admettent cette possibilité: «Une civilisation pourrait refroidir certains de ses éléments à une température suffisamment basse», écrivent-ils, sauf que ce processus est lui-même très gourmand. Et ce ne serait pas logique pour une civilisation cherchant à maximiser sa capacité computationnelle de gâcher de l'énergie dans la manœuvre. Comme Sandberg et Cirkovic le développent sur le blog du premier, il est plus probable que ce genre de vie artificielle se soit mis en veille, pour se réactiver une fois les temps devenus plus rudes.

Si ces types d'aliens existent, ce sont de sacrés veinards, car l'univers est visiblement en train de se refroidir. Au cours des trois mille milliards prochaines années, s'il continue son expansion et que le rythme de formation de nouvelles étoiles se ralentit, le fond diffus cosmologique pourrait quasiment passer à zéro. Dans de telles conditions, expliquent Sandberg et Cirkovic, une telle vie artificielle en fera «prodigieusement plus». Et ce n'est pas une façon de parler: les chercheurs ont calculé qu'avec cette stratégie, leur rendement pourrait être 1030 supérieur. C'est un 1 avec trente zéros derrière.

Et si on profitait de leur sieste pour voler leurs ressources ?

Mais ce n'est pas parce que les extra-terrestres dorment qu'on ne peut pas retrouver leur trace. Une civilisation estivante doit préserver les ressources qu'elle a l'intention d'utiliser dans le futur. Par conséquent, les processus qui gaspillent ou menacent leurs ressources devraient être ostensiblement absents, grâce à l'ingérence des estivants. (S'ils sont suffisamment avancés pour télécharger leur esprit et se mettre en veille, alors ils devraient pouvoir manipuler l'espace.) Il faut donc faire attention aux galaxies en collision, aux vents galactiques qui poussent la matière dans l'espace, aux étoiles en passe de devenir des trous noirs, et tout ce qui peut mettre les ressources hors de portée de la civilisation en sommeil ou les transformer en quelque chose de moins utile.

Une autre stratégie pour trouver les aliens endormis, explique Cirkovic, serait d'essayer de trifouiller dans leurs affaires et de perturber leur territoire, où nous vivons probablement déjà. Nous pourrions, par exemple, envoyer des sondes auto-réplicatives dans l'univers pour voler les possessions des estivants. Toute espèce intelligente devrait avoir les moyens de réagir à ce genre de menace. «Ce serait un test des plus dangereux, admet Cirkovic, mais si on parle de civilisations très anciennes et très avancées, on peut estimer que quoi que nous fassions, ce sera risqué.»

Étonnamment, Sandberg et Cirkovic ne sont pas très optimistes quant au succès de cette quête. Sur son blog, le premier dit bien que son hypothèse n'est pas la plus plausible. «Personnellement, je pense que si nous n'avons pas détecté des extra-terrestres, ce n'est pas parce qu'ils estivent», écrit-il. Selon lui, il est bien plus probable «qu'ils n'existent pas» ou qu'ils soient «vraiment très loin».

Cirkovic est du même avis. «Moi non plus, je ne trouve pas cette hypothèse très probable, me dit-il. Je préfère celles qui ne dépendent pas de décisions intentionnelles prises par les sociétés extraterrestres. Et ce genre de supposition est déjà vraiment très spéculative.» Il pourrait y avoir des formes d'énergie que nous n'avons même pas la capacité d'appréhender – de la production industrielle d'anti-matière, du recyclage de trous noirs, de l'extraction de matière noire... Autant de choses qui pourraient modifier radicalement ce que nous serions en droit d'attendre d'une civilisation technologiquement avancée.

Explorer l'univers pour comprendre notre histoire

Reste que, selon Cirkovic, la théorie a sa place. Il faut ouvrir au maximum le champ des possibles. Tester des tas d'hypothèses – les réfuter, les amender – pour s'approcher de la vérité. «C'est ainsi que fonctionne la science, précise-t-il. Nous devons avoir autant d'hypothèses et d'explications pour le paradoxe de Fermi que possible.»

En outre, il y a une toute petite probabilité que cette histoire d'aliens léthargiques puisse contribuer à résoudre le problème. Selon Cirkovic, il ne faut pas s'attendre à ce qu'une seule hypothèse résolve le paradoxe de Fermi. «Ça sera probablement une solution en patchwork.»

D'où l'importance d'explorer encore et toujours les solutions possibles. Le paradoxe de Fermi n'est pas qu'un exercice intellectuel, loin de là. Il nous pousse à explorer notre univers et à comprendre ce qui peut s'y trouver, à expliquer notre passé et à mettre notre avenir sur les bons rails.
http://www.slate.fr/story/114275/arretons-de-nous-demander-si-nous-sommes-seuls-dans-lunivers


«À mon sens, conclut Cirkovic, 90% des hypothèses qui ont été historiquement proposées pour résoudre le paradoxe de Fermi ont des conséquences pratiques.» Elles nous incitent par exemple à anticiper les problèmes auxquels notre espèce est ou pourrait être confrontée, à imaginer et à concevoir des solutions pour que notre avenir soit le plus prospère et le plus sûr possible. «Nous pouvons appliquer ce raisonnement à notre passé, à l'émergence de la vie et de la complexité. Nous pouvons appliquer ce même type de raisonnement à notre futur. Cela pourrait nous permettre d'éviter des catastrophes et nous aider à comprendre le destin le plus plausible des espèces intelligentes peuplant l'univers.
avatar
Admin
Admin

Messages : 9552
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 62
Localisation : cotes d'armor

Voir le profil de l'utilisateur http://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum