LA SANDALETTE DE PLOUHA
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Bretagne. Plus de 550 villes jumelées

Aller en bas

Bretagne. Plus de 550 villes jumelées  Empty Bretagne. Plus de 550 villes jumelées

Message par Admin Sam 5 Mar - 11:39

Bretagne. Plus de 550 villes jumelées  Sans_163

CARTE INTERACTIVE VOIR ARTICLE
-20160305-[article]&utm_source=newsletter-quotidienne&utm_medium=e-mail&utm_campaign=newsletter-quotidienne#]http://www.letelegramme.fr/bretagne/bretagne-plus-de-550-villes-jumelees-05-03-2016-10980524.php?xtor=EPR-3-[quotidienne]-20160305-[article]&utm_source=newsletter-quotidienne&utm_medium=e-mail&utm_campaign=newsletter-quotidienne#


La Bretagne fait partie des cinq régions françaises comptant le plus grand nombre de communes jumelées à l'étranger. Nous en avons recensé plus de 550 qui permettent de comprendre les liens durables qu'entretiennent nos villes avec le reste du monde.


Le jumelage entre communes, simple occasion d'aller faire la fête chez le voisin ? Pas seulement. Certes, la plupart des jumelages offrent à leurs habitants respectifs des voyages en Allemagne ou au Royaume-Uni mais il y a aussi un certain nombre de villes qui font le pari de fraterniser avec des communes de l'autre bout du monde, créant une solidarité inédite. « Dans les régions frontalières, les échanges se font naturellement avec les voisins proches. La Bretagne est plus excentrée géographiquement mais dispose d'une proximité culturelle plus forte avec certains pays », déchiffre Philippe Tarrisson, directeur des échanges et partenariats européens.


http://www.letelegramme.fr/dataspot/bretagne-plus-de-500-jumelles-dans-le-monde-01-03-2016-10976396.php



Pour un oui ou pour un nom


Les communes bretonnes choisissent habituellement leurs villes-soeurs, en Allemagne ou en Angleterre, les deux grands voisins européens. L'Irlande, le pays de Galles et la Galice fournissent également un nombre important de jumelles, la culture celte jouant à plein. Certaines relations sont nées d'une simple homonymie. Des exemples ? Dinan et Dinant en Belgique, Saint-Barnabé et Saint-Barnabé au Québec, Muel et Müel en Espagne. Mais aussi Pontivy avec Napoleonville aux États-Unis ! Pardon ? Eh oui, Pontivy s'est nommée Napoléonville sous le règne de Napoléon puis de Napoléon III.





Ce n'est plus ringard



Le jumelage est né après la Seconde Guerre mondiale entre des communes françaises et allemandes. « Plus les pays entraient dans l'Union Européenne, plus des liens entre communes se tissaient. Et quand le Mur est tombé, beaucoup de communes voulaient se jumeler avec des pays de l'Est pour les aider à entrer dans l'Union », explique Philippe Tarrisson. « Le jumelage n'est plus considéré comme ringard. Car quand on voit aujourd'hui la tendance au repli sur soi, le jumelage apparaît comme une sorte de combat », constate-t-il.



« Les communes sont parfois dépassées »


Les cités bretonnes pactisent aussi avec des villes plus lointaines. Rennes est ainsi jumelée avec Jinan en Chine, Hué au Vietnam, Sendai au Japon, mais aussi avec Almaty, au Kazakhstan. Le jumelage entre Rennes et Almaty est né, en 1992, d'une initiative entre universitaires. « Aujourd'hui, c'est une cinquantaine de familles rennaises et une soixantaine de familles d'Almaty qui font les voyages et accueillent », précise Thierry Le Brech, vice-président du comité de jumelage Rennes-Almaty. Faire un jumelage avec un pays en voie de développement pose quelques problématiques. Celle de l'aide, du don, qui fausse l'échange normalement purement culturel entre les communes. « Ces jumelages ont une approche caritative, ce qu'on appelle la solidarité internationale. Mais les communes sont parfois dépassées, perdues car elles délaissent un peu cette dimension humaine au profit d'aides techniques », analyse Philippe Tarrisson. Ce n'est pas la vision des comités de jumelage. Pour Yves Schryve, président de celui de Quimperlé-Nara au Mali, « je dirais que c'est un jumelage coopération. Il permet de travailler ensemble, d'échanger sans aucune forme d'assistanat ou de caritatif ».

Histoires humaines riches et fortes


Thierry Le Brech s'exprime de la même manière sur le jumelage avec le Kazakhstan. « Les Kazakhs nous ont dit qu'ils ne voulaient pas d'aides caritatives, qu'ils ne se sentaient pas dans cette dynamique ». Les jumelages prennent donc forme différemment, avec des motivations diverses. Toujours est-il que l'ouverture d'esprit, l'échange culturel à une échelle communale sont indéniablement présents et que tous ont des histoires humaines riches et fortes.

Admin
Admin
Admin

Messages : 13871
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 66
Localisation : cotes d'armor

https://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum