LA SANDALETTE DE PLOUHA
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-27%
Le deal à ne pas rater :
XIAOMI POCO X3 64Go – Gris
176 € 240 €
Voir le deal

La guerre oubliée de 1969 où lorsque le monde fut à deux doigts d'une Troisième Guerre mondiale nucléaire

Aller en bas

La guerre oubliée de 1969 où lorsque le monde fut à deux doigts d'une Troisième Guerre mondiale nucléaire Empty La guerre oubliée de 1969 où lorsque le monde fut à deux doigts d'une Troisième Guerre mondiale nucléaire

Message par Admin Mar 16 Mar - 10:16


La guerre oubliée de 1969 où lorsque le monde fut à deux doigts d'une Troisième Guerre mondiale nucléaire


La guerre oubliée de 1969 où lorsque le monde fut à deux doigts d'une Troisième Guerre mondiale nucléaire Sans5684
https://www.facebook.com/PassionMilitaria

En 1969, l'URSS et la Chine s'affrontèrent dans un conflit sur leur frontière commune. Mais ces combats autour du fleuve Oussouri débouchèrent sur une guerre larvée où plus de 20 000 soldats furent tués. L'URSS envisagea même de déclencher une attaque nucléaire tactique contre la Chine. Un cessez-le-feu fut finalement trouvé alors même que l'URSS avait déjà prévenu les États-Unis d'une future attaque atomique contre l'ennemi chinois !

Ce conflit, oublié par tous, débute dans la nuit du 2 au 3 mars 1969 : 300 soldats chinois, profitant que la rivière Oussouri soit gelée, s'engagent sur la glace, en direction de l'île Damansky, une minuscule parcelle de terre inhabitée. Le lieu est symbolique : la rivière Oussouri sert de frontière naturelle entre l'URSS et la Chine, et l'île Damansky fait l'objet d'un différend frontalier depuis la fin des années 1950. À qui appartient l'île ? Pour Moscou, à l'Union Soviétique : une base y est installée. Pour Pékin, à la Chine, qui refuse de voir des troupes soviétiques sur l'île. L'attaque du 2 mars vise à rappeler cette contestation, après des semaines de tensions et de provocations de la part des Chinois.

💥 Les 300 soldats chinois, équipés de fusils SKS, attaquent dans les premières heures du matin les 55 gardes-frontières soviétiques sur Damansky, les prenant totalement par surprise. Les Soviétiques dénombrent 31 tués dans leurs ranges. Le lieutenant Ivan Strelnikov, officier ayant cherché a négocier avec les Chinois, est abattu devant ses hommes.
💥 Mais l'alerte est donnée et un avant-poste militaire tout proche envoie des renforts : le lieutenant Vitaly Bubenin vient sur place avec six transporteurs de troupes blindés amphibies de type BTR-60 et déborde les Chinois, qui doivent abandonner l'île qu'ils viennent pourtant de conquérir. Pour l'instant.

💥 Le 15 mars 1969, nouvelle attaque chinoise, cette fois massive, avec le déploiement d'une division d'infanterie : des milliers de soldats sont envoyés contre l'île Damansky. Les Soviétiques, ayant flairé le danger, opposent aux Chinois une farouche résistance, avec notamment quatre chars de type T-62A dont c'est la première utilisation au combat. L'un des précieux chars, le n°545 du Colonel Leonov, est endommagé et laissé sur place après avoir roulé sur une mine antichar chinoise.

💥 Les Chinois sont en nombre très supérieur et l'Armée Rouge doit reculer : les Chinois annoncent quelques dizaines de morts dans leur camp mais précisent avoir détruit une quinzaine de blindés et tués des centaines de soldats soviétiques. Les chefs militaires russes sont furieux. Dont le Colonel General O. A. Losik, chef des forces du District militaire extrême-oriental, qui décide d'engager une nouvelle arme


💥 Dans la soirée du 15 mars, l'Armée Rouge bombarde les troupes chinoises, sur l'île et de l'autre côté du fleuve Oussouri, avec des unités de lance-roquettes BM-21 Grad, une nouvelle arme secrète utilisée pour la première fois au combat : plus de 10 000 obus d'artillerie auraient ainsi été tirés. Les troupes chinoises, écrasées, quittent l'île en désordre. Désormais, plus aucune force militaire ne reste sur le territoire contesté ... sauf le char T-62A endommagé !

💥 Mais les combats ne sont pas pour autant terminés : le lendemain, le 16 mars, les Soviétiques retournent sur l'île pour récupérer leur mort, sans réaction ennemie. Mais le 17 mars, l'Armée Rouge envoie une équipe pour récupérer le T-62, que les Soviétiques refusent d'abandonner. Une attaque d'artillerie chinoise fait alors reculer les troupes soviétiques. Même chose le 21 mars lorsqu'une équipe de démolition de l'Armée Rouge, qui doit faire sauter le char, est repoussée. Finalement, des plongeurs de la marine chinoise arrivent à accrocher et tirer le T-62 jusqu'à la rive chinoise ! Le char, pourtant censé être classifié, est alors envoyé pour inspection avant d'être cédé à un musée.

💥 Pour l'Armée Rouge comme pour la Chine, la victoire est pour son propre camp : l'URSS a réussi à repousser l'attaque massive de la Chine, tandis que cette dernière a réussi à repousser hors de l'île les troupes soviétiques, capturant même un char encore jamais observé et en ayant appris sur un nouveau système d'armement. Néanmoins, à la fin des opérations, l'île reste sous contrôle soviétique

💥 Après des mois d'affrontements limités, la tension reste très haute entre les deux nations. L'Armée Rouge décide alors de mettre sur la table l'option nucléaire : le gouvernement soviétique sonde ainsi le Président américain Richard Nixon sur la réaction américaine en cas de déclenchement d'une frappe préventive soviétique sur les installations nucléaires chinoises. Devant l'indignation de Nixon, les Soviétiques vont reculer, alors même que le déclenchement d'une attaque nucléaire était étudiée et prête à être déclenchée !
💥 Et presque par miracle, un accord va être trouvé en pleine tension entre les deux nations : le 11 septembre 1969, le Président du Conseil des ministres de l'URSS, Alexei Kosygin, répond à une invitation chinoise et se rend à Beijing (Pékin), où il rencontre Zhou Enlai, le Premier ministre de la république populaire de Chine. Les deux hommes s'entendent sur l'arrêt immédiat des combats et proposent de négocier de nouvelles frontières dans les années à venir.

💥 Il est difficile de dire avec précision le nombre de soldats tués de part et d'autre des deux camps. De quelques dizaines selon les sources officielles, qui réduisent fortement les pertes à des fins de propagande, à plus de 25 000 morts selon des sources militaires dissidentes. Aujourd'hui, les historiens s'accordent pour un bilan de plus de 20 000 soldats chinois et soviétiques tués lors de cette période. Des milliers de morts, oubliés par et pour l'histoire officielle des deux pays.

💥 Finalement, l'histoire connait sa conclusion en 1991 lorsque le Président russe Boris Eltsine reconnait la souveraineté chinoise de l'île Damansky, qui est renommée île Zhenbao. Un lopin de terre inhospitalier qui failli être la cause de la Troisième Guerre mondiale, cette fois nucléaire !

💥 Source : history.com & rbth.com
Admin
Admin
Admin

Messages : 14071
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 66
Localisation : cotes d'armor

https://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum