LA SANDALETTE DE PLOUHA
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Balade moto - Les côtes de granit rose à moto

Aller en bas

Balade moto - Les côtes de granit rose à moto Empty Balade moto - Les côtes de granit rose à moto

Message par Admin Dim 12 Avr - 16:46

Balade moto - Les côtes de granit rose à moto

Saint-Brieuc
La capitale des Côtes-d'Armor, encaissée entre deux vallées, doit son charme à ses nombreuses maisons à pans de bois dans la vieille ville.

CATHEDRALE SAINT-ETIENNE
Les premières constructions dateraient du IXe ou Xe siècle. En bois, elles subirent plusieurs incendies, aussi seules les fondations survécurent. Le monument actuel est un mélange de styles. Construit au fi l du temps, il fut en effet achevé au XVIIIe siècle. De son architecture, on peut apprécier les deux tours extérieures. La tour Nord, la moins haute, dite tour Brieuc, date du XIIIe siècle, tandis que la tour Sud, appelée tour de Marie, est du XVe siècle. Un des trésors de son mobilier est le buffet d'orgues Renaissance, datant de 1540, et le jeu d'orgues et ses 2 500 tuyaux.

FONTAINE NOTRE-DAME (XVe siècle)
Elle est également dénommée la fontaine Saint-Brieuc, car ce serait là que Brieuc aurait fondé la première communauté. Dans des temps anciens, l'eau de cette fontaine soulageait les lépreux. Elle se situe à côté du tertre Notre-Dame et d'une chapelle du XVe. On y accède par les escaliers de la rue du Parc ou par la rue de la Fontaine.

TOUR DE CESSON
Juchée sur une colline à l'entrée du port du Légué, cette tour servait à protéger la côte des invasions des Barbares et des pirates. Difficile de lui attribuer une date précise, par contre ce qui est certain c'est la date de son démantèlement ordonné par Henri IV. En 1598, celui-ci voulut mettre fi n aux luttes incessantes que provoquait la tour lors des guerres de la Ligue. La technique utilisée n'était pas réellement au point, et heureusement pour nous, car cela la fendit en deux. Une moitié s'écroula et l'autre resta debout fièrement. Cinq siècles plus tard, cette moitié est celle que nous connaissons, avec quelques pierres en moins certainement.

Saint-Quay-Portrieux

Saint-Quay-Portrieux doit une partie de son nom à saint Ké, moine irlandais du Ve ou VIe siècle. Portrieux viendrait de Rieux, qui signifi e fi let de pêche mais qui désigne aussi les feux allumés qui guidaient les navires. La vie maritime très importante a amené les Quinocéens à construire une digue en 1726. Au XVIIIe, Saint-Quay-Portrieux est le point de départ de goélettes pour la grande pêche. Dans le quartier de Portrieux, au sud, on peut admirer de nombreuses maisons anciennes, demeures à pans de bois des XVIe et XVIIe siècles, maisons de pierre du XVIIe et une fontaine en granit du siècle suivant. Vous remarquerez assez facilement la plus belle maison de la ville, dont les colombages en croisillons à chaque étage lui valent le surnom de " maison tour Eiffel ".

LAVOIRS
Partie intégrante de l'histoire de la commune, les lavoirs sont très nombreux sur la commune. A la fi n du XIXe, début XXe, un recensement en dénombrait cinq publics, et plus d'une cinquantaine appartenant à des particuliers. La Fête des lavoirs a lieu chaque 15 août.

PLAGES ET SENTIERS
Une balade de 5 kilomètres sur le sentier des douaniers entre la plage du Casino et le port.

Paimpol

Une notoriété par ailleurs due à Pierre Loti et à son immortel Pêcheurs d'Islande, racontant avec force l'épopée de ces marins bretons qui appareillaient de Paimpol pour aller pêcher la morue sur les côtes de Terre-Neuve et d'Islande. Deux mille d'entre eux n'en revinrent jamais. De la croix des Veuves, où les femmes guettaient les bateaux en retard, à la voûte des chapelles aux ex-voto émouvants, et du mur des Disparus au musée de la Mer, cette époque de la pêche hauturière s'inscrit aussi dans la pierre. Celle aussi des anciennes demeures d'armateurs et du pittoresque " Quartier latin ", un écheveau de ruelles où les pêcheurs se retrouvaient, passant d'un bistrot à l'autre. La fi ère cité paimpolaise continue à vivre au rythme des marées, avec ses ostréiculteurs, pêcheurs et plaisanciers, nombre d'animations valant le déplacement. Telle la Fête du chant de marin, la seule du genre en France. Trois jours durant, sur fond d'innombrables bateaux traditionnels, des centaines d'instrumentistes, de choristes et de chanteurs fêtent le monde maritime. De concerts en spectacles, ambiance assurée !

LA PLACE DU MARTRAY
Située au coeur de la ville, elle porte l'empreinte des riches armateurs qui se faisaient construire des somptueuses demeures au XVIe siècle. L'une de ces maisons, à l'angle de la rue de l'Eglise, fut celle où séjourna Pierre Loti lors de son passage. C'est là que se déploient le mardi matin les étals d'un des plus vivants marchés de la contrée. Partant de cette place, la rue des Huit-Patriotes, une des plus belles de Paimpol, possède de superbes façades parfois ornées de statues.

Lézardieux

" Lez ar Treon " en vieux breton doit son nom à sa position géographique. Situé sur les bords du Trieux, le site fut occupé très tôt, comme le laisse supposer les vestiges gallo-romains de Castel ar Hoc. Afi n de protéger ce site stratégique, un château est édifi é au Moyen Age sur le lieu. Il n'en reste que des ruines aujourd'hui. En 1840 est construit le premier pont suspendu, haut de trente mètres.

PONT SUSPENDU
Le pont suspendu servait de chemin de fer à voie étroite. Conçu en 1925 par Harel de La Noé, le pont est classé Monument historique. Il est considéré comme le plus important ouvrage d'art des Côtes-d'Armor.

Tréguier

Lorsque saint Tugdual, moine irlandais, s'installe en Bretagne au VIe siècle, il décide, à l'instar des six autres moines fondateurs de la Bretagne de bâtir un monastère. L'agglomération va rapidement se développer autour de ce coeur religieux. Depuis, Tréguier a su conserver intacte son architecture de ville médiévale. Les façades de ses maisons sont le témoin du temps, et suggèrent au promeneur de s'attarder dans ses ruelles. Patrie de saint Yves, patron des Avocats, un pardon réputé est organisé chaque troisième dimanche de mai.

CATHEDRALE
Si la concurrence n'était pas si sévère dans la région, on pourrait dire qu'il s'agit d'un des trois ou quatre plus beaux édifi ces religieux de Bretagne caractérisé par la sobriété voire l'austérité bretonne, du granit gris et rose présent partout ; elle possède cependant une clarté que l'on rencontre plutôt en Bourgogne. Sa construction s'est échelonnée sur trois siècles, du XIIe au XVe. De l'édifi ce roman subsiste la tour d'Hastings. La nef et le choeur gothiques datent de 1339 et 1400. Il est possible d'entrevoir la statue de saint Yves datant du XVe. Elle se trouve dans le transept où l'on peut également découvrir une superbe verrière.

Perros-Guirec

Son nom vient de Pen-Ros (le sommet du tertre), car la ville est bâtie sur un promontoire rocheux, et de Guirec, un abbé gallois qui évangélisa le pays, sans doute au VIIe siècle. Perros-Guirec possède un des plus grands ports de plaisance de la côte nord et est devenue une station balnéaire haut de gamme.

RANDO MOTO CASQUE AU VENT
Renseignements à l'Office de tourisme - 21, place de l'Hôtelde- Ville Tel : 02 96 23 21 15 - Fax 02 96 23 04 72 - Internet : www.perros-guirec.com - e-mail : infos@perros-guirec.com Pour 2 nuits en demi-pension, le road book et les frais de dossiers, comptez de 86 € à 142 € hors saison par personne suivant l'hébergement choisi et de 90 € à 156 € en juillet et août. L'organisme propose deux jours sur la côte de granit rose avec deux étapes de 200 kilomètres chacune au départ de Perros-Guirec. Les parcours vous feront découvrir la diversité des paysages à travers les routes de montagnes et les corniches longeant la mer. Le patrimoine culturel ne sera pas oublié. A noter : une soirée casino est prévue avec un cocktail Jack Pot offert.

MOULIN A MAREE
Il se trouve sur la digue reliant les communes de Perros-Guirec à Trégastel, et date du XIVe siècle. C'était en fait un cadeau que Charles V fi t à Briant de Lannion pour le récompenser de ses services durant la guerre de Succession. L'activité du moulin s'étendit jusqu'en 1932.

LE MUSEE DE CIRE
Boulevard du Linkin Tel : 02 96 91 23 45. Ouvert tous les jours pendant les vacances de printemps et du 15 juin au 30 septembre. Ce ne sont pas les personnages actuels du musée Grévin que vous trouverez ici, mais des grandes fi gures bretonnes, telles qu'Ernest Renan ou La Chalotais, ainsi qu'une reconstitution des scènes historiques sur la Bretagne, la Révolution et la chouannerie. Après la visite, vous devriez être incollable sur les coiffes de basse Bretagne grâce à l'exposition permanente. De Perros-Guirec à Trébeurden, belle route qui suit la corniche bretonne. routes et chemins côtiers, les abords de Perros-Guirec, avec la corniche bretonne, vers Trégastel et Trébeurden, sont splendides.
Ploumanach

PARC DES SCULPTURES
A Ploumanach, ce parc accueille 14 sculptures en granit de taille majestueuse, réalisées pour certaines par des artistes de tous horizons.

Trébeurden

" Treb ", en vieux breton signifi e village. Le suffi xe viendrait d'un moine gallois du nom de Preden. La devise de la ville est " Neb am stok, nem stag " (qui m'aborde, s'attache). Habité dès la Préhistoire comme en témoignent les divers sites mégalithiques découverts sur les lieux, son paysage varié laisse découvrir une lande clairsemée de granit et de roches aux formes suggestives. La cité s'est développée au XIXe, et s'est peu à peu transformée en station balnéaire.

ALLEE COUVERTE DE PRAJOU MENHIR
Mesurant 14,50 mètres de long, cette allée couverte est composée de sept dalles de couverture. Elle comprend deux parties. Au bout du couloir dans la chambre funéraire on découvre un art pariétal réellement intéressant. Sculptures d'attributs féminins et masculins, idoles stylisées évoquent l'évolution de la civilisation au Néolithique. Non loin de là se trouve un menhir isolé qui représenterait un lieu sacré.

Pleumeur-Bodou

MENHIR DE SAINT-UZEC
C'est l'un des plus grands du Trégor. Il mesure huit mètres et fut christianisé au XVIIe siècle, et la croix fut sculptée au sommet du menhir. On peut également découvrir les motifs de la passion inscrits dans la pierre.

Lannion

Fondée au XIe siècle, la capitale du Trégor a su conserver son patrimoine architectural et culturel qui enchante ses visiteurs. Découvrez ses petites rues pavées bordées de maisons à colombages des XVe et XVIe siècles, et ses églises du XIIe au XVIIe siècle. C'est également une ville fortifiée.

CENTRE-VILLE
Les maisons à colombages (XVe-XVIe siècles) avec leurs pans d'ardoises et leurs cariatides. La rue des Chapeliers, le Teillandier et la place du Général-Leclerc. Les maisons à pans de bois place Leclerc et rÇue des Chapeliers.

L'ESCALIER QUI DESCEND VERS LANNION
Agé de 150 ans, il était composé de 365 marches, autant que le nombre de jours dans l'année. On les montait sur les genoux pour expier les pêchers quotidiens. Il n'en reste aujourd'hui que 142 à gravir. En bas, une croix de 1523 dédiée à saint Mathurin, le patron des Trinitaires, alors populaires dans le Trégor. Leur but était de racheter les marins prisonniers des pirates maures.

https://www.club14.com/
Admin
Admin
Admin

Messages : 13871
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 66
Localisation : cotes d'armor

https://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum