LA SANDALETTE DE PLOUHA
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -40%
Réduction de 40% sur le pull zippé ...
Voir le deal
90 €

La grève du Joint Français à Saint-Brieuc (10 mars – 9 mai 1972)

Aller en bas

La grève du Joint Français à Saint-Brieuc (10 mars – 9 mai 1972) Empty La grève du Joint Français à Saint-Brieuc (10 mars – 9 mai 1972)

Message par Admin Jeu 15 Sep - 22:04

Auteur : Christian Bougeard / décembre 2015

S’inscrivant dans la forte conflictualité sociale des années 1968, la grève de l’usine du Joint Français à Saint-Brieuc, qui dure deux mois, met en lumière les limites de la décentralisation industrielle des années 1960. Cette grève déclenche une solidarité régionale qui déborde la région briochine et elle devient l’un des conflits sociaux emblématiques de la période post-1968 dans lequel s’affirme une identité régionale bretonne.

La grève du Joint Français à Saint-Brieuc (10 mars – 9 mai 1972) Sans_109


Une entreprise décentralisée


Bénéficiant de fortes aides de l’État et de la ville (zone industrielle aménagée, prix du terrain symbolique), l’usine du Joint Français, qui fabrique des joints de caoutchouc et appartient au grand groupe industriel La Compagnie Générale d’Électricité (CGE), est venue s’installer à Saint-Brieuc en 1962. Employant une main-d’œuvre jeune, peu qualifiée, essentiellement ouvrière (OS) et féminine (64 %), l’entreprise passe de 211 salariés en 1963 à 579 en 1967 et à 1 031 à son apogée en 1970. C’est la deuxième entreprise briochine après Chaffoteaux-et-Maury. Le choix de cette implantation tient aux bas salaires, inférieurs de 20 à 30 % à ceux de l’usine de Bezons en région parisienne (du fait des primes) mais aussi à ceux de l’industrie briochine, ce qui explique un fort turn over des employés. La direction compte sans doute sur la docilité d’une main-d’œuvre d’origine rurale, laborieuse et peu syndiquée. En mai-juin 1968, le Joint Français entre tardivement dans la grève mais les salariés prennent conscience de la faiblesse de leurs salaires. En mars 1969, alors que la CFDT est devenue majoritaire, une grève de dix jours réclame déjà l’égalisation des salaires avec Bezons. Mais la direction refuse un rattrapage. Le 27 octobre 1971, des militants marxistes-léninistes (maoïstes) tentent en vain de déclencher une grève illimitée à l’atelier de boudinage.


Un conflit salarial classique au printemps 1972


La grève du Joint Français à Saint-Brieuc (10 mars – 9 mai 1972) Sans_110

En février 1972, la CFDT et la CGT demandent une augmentation de 70 centimes de l’heure et un 13e mois. Face au refus de négocier de la direction et à son choix de laisser pourrir la situation, une grève perlée de trois semaines avec meetings de soutien débouche le 10 mars sur le vote (à 75 %) de la grève générale illimitée, avec l’appui de la maîtrise. Décidée lors de ce vote, l’occupation de l’usine débute le 13 mars. Les pourparlers ayant échoué, sur décision judiciaire les gendarmes mobiles occupent l’usine le 17 mars bientôt remplacés par les CRS. La presse régionale informe du conflit alors que le secrétaire de l’UD CFDT Jean Le Faucheur s’affirme comme le leader du mouvement. À l’appel du PSU, la solidarité financière s’organise : un comité de soutien départemental se met en place avec les partis de la gauche non-communiste, la Ligue communiste révolutionnaire (trotskiste), les syndicats d’agriculteurs (FDSEA, CDJA) et les comités lycéens. Des prêtres font des quêtes en faveur des familles de grévistes bientôt ravitaillées par des paysans. Des municipalités de l’agglomération, dont celle de Saint-Brieuc dirigée par Yves Le Foll (PSU), votent des subventions. Alors que le conflit s’enlise face à l’intransigeance patronale, meetings, sit in et manifestations se succèdent à Saint-Brieuc (21 et 30 mars). Dans la nuit du 5 avril, des négociations houleuses entre les syndicats et la direction nationale du Joint Français se terminent avec l’évacuation musclée de la salle provoquant un durcissement du conflit.


Une mobilisation régionale, voire nationale


Au début avril, des comités de soutien se créent dans d’autres villes (Lannion le 6, Loudéac le 13, Paimpol le 14…) mais des divergences apparaissent entre la CGT, qui craint des « débordements gauchistes », et la CFDT, qui tient bon face aux menaces de fermeture de l’usine. Signe de fermeté, son secrétaire général Edmond Maire se déplace le 24 avril. Il est vrai que la grève du Joint attire à Saint-Brieuc toute l’extrême gauche, des trotskistes aux divers groupes maoïstes (Le Travailleur de l’Ouest, La Gauche prolétarienne…) et aux autogestionnaires ainsi que les médias militants. On est en pleine campagne sur le référendum européen (acceptation de l’entrée de trois nouveaux pays dont le Royaume-Uni). Localement, le parti gaulliste UDR condamne l’attitude de la CGE, suivi par son journal national le 27 avril. Le CELIB, alors orienté à droite, appuie la reprise des négociations. Son président (jusqu’en 1972) René Pleven est ministre de Georges Pompidou et président du Conseil général des Côtes-du-Nord lequel se décide à apporter une aide financière aux grévistes le 28 avril. Le 18 avril : 15 à 18 000 personnes ont manifesté à Saint-Brieuc reprenant le slogan et la chanson : « on ne travaille pas le fusil dans le dos » pour dénoncer les CRS dans l’usine. On brandit des drapeaux bretons et des drapeaux rouges. Artistes et chanteurs bretons, souvent proches ou membres de l’UDB, tels Kirjuhel qui écrit sa chanson : « Au Joint Français, les ouvriers bretons disent merde aux patrons », Gilles Servat, Gweltaz… soutiennent les grévistes en participant à des concerts de solidarité. Toute une région vibre et se mobilise pour le Joint Français alors que la radio et la télévision nationales évoquent la grève le 1er et le 2 mai. À Paris, le 1er mai, des grévistes ont symboliquement pris la tête du cortège de l’extrême gauche. Le 3 mai, des manifestations se déroulent à Saint-Brieuc, Vannes, Lorient et Quimper. Le gouvernement de Jacques Chaban-Delmas décide alors d’en finir : au ministère du Travail des négociations se déroulent le 29 avril, puis le 5 mai, aboutissant à un protocole d’accord le 6 mai (65 centimes d’augmentation), accepté le 8 mai par les ouvriers par 641 voix contre 191 sur 985 inscrits. À l’issue de cette grève victorieuse, le soutien a permis de verser 1 110 F à chaque gréviste. L’importance de la grève du Joint Français à Saint-Brieuc tient au fait que, outre une lutte pour plus de justice sociale et salariale dans une période riche en conflits, elle s’est transformée en combat de toute une région pour sa dignité, son identité, sa langue et sa culture.

La grève du Joint Français à Saint-Brieuc (10 mars – 9 mai 1972) Sans_111

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Peuple_breton


Dernière édition par Admin le Jeu 15 Sep - 22:29, édité 1 fois
Admin
Admin
Admin

Messages : 13873
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 66
Localisation : cotes d'armor

https://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

La grève du Joint Français à Saint-Brieuc (10 mars – 9 mai 1972) Empty Re: La grève du Joint Français à Saint-Brieuc (10 mars – 9 mai 1972)

Message par Admin Jeu 15 Sep - 22:16

Admin
Admin
Admin

Messages : 13873
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 66
Localisation : cotes d'armor

https://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum