LA SANDALETTE DE PLOUHA
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Qui est « l’Inconnue de la Seine », cette femme qui a permis de sauver 2,5 millions de vies ?

Aller en bas

Qui est « l’Inconnue de la Seine », cette femme qui a permis de sauver 2,5 millions de vies ? Empty Qui est « l’Inconnue de la Seine », cette femme qui a permis de sauver 2,5 millions de vies ?

Message par Admin Jeu 17 Déc - 19:49

Qui est « l’Inconnue de la Seine », cette femme qui a permis de sauver 2,5 millions de vies ? 1105

Par Julie-Solveig SAINT-GERMES

Elle a aidé à sauver près de 2,5 millions de vies et a permis à 500 millions de personnes de se former aux gestes de premiers secours. « L’inconnue de la Seine », dont on ne connaît ni le nom ni la vie, a pourtant marqué à jamais l’histoire du secourisme.

Elle est la femme « la plus embrassée du monde ». Et pourtant on ne sait toujours pas grand-chose d’elle. Tantôt surnommée la « Mona Lisa de la Seine » ou encore « l’Inconnue de la Seine », elle est de ces visages familiers dont on peine toujours à se souvenir où l’on a bien pu les voir.

Car oui, son visage juvénile et si paisible en apparence est bel et bien connu de tous. Sans nul doute l’avez-vous aperçue au détour d’un reportage, d’une publicité dans la rue ou lors d’un stage de formation aux premiers secours…

Anonyme pour l’histoire, cette jeune femme l’aura pourtant marquée à jamais en ayant permis de sauver plus de 2,5 millions de vies


Comment ? En ayant prêté ses traits à ce qui deviendra, quelques années après sa mort, le visage des mannequins de réanimation. Voici donc son histoire rapportée par deux chercheuses dans le British Medical Journal (BMJ), à l’occasion de leur édition de Noël.

Qui est « l’Inconnue de la Seine », cette femme qui a permis de sauver 2,5 millions de vies ? 1106

L’Inconnue de la Seine a prêté ses traits à ce qui deviendra, quelques années après sa mort, le visage des mannequins de réanimation. (Photo : Capture d’écran Twitter / @sadia-ajaz)

« L’histoire pourrait sortir d’une rubrique de fait divers »


Comme le résume Hélène Pinet sur le site la BNF, http://expositions.bnf.fr/portraits/grosplan/inconnue/index.htm
« les quelques lignes laconiques qui résument l’histoire de l’Inconnue de la Seine pourraient sortir d’une rubrique de fait divers : un médecin légiste avait trouvé si beau et si énigmatique le visage d’une jeune fille repêchée dans la Seine qu’il avait demandé à un praticien d’en prendre l’empreinte ».

Car si l’on ne peut aujourd’hui encore assurer avec certitude que la belle inconnue a été retrouvée noyée, certains évoquant un possible décès des suites de la tuberculose voire un assassinat, il n’empêche que bien cette histoire qu’a retenue la légende.

Tout commence à la fin du XIXe siècle, aux abords de la Seine, à Paris. Une jeune fille, dont on ne connaît « ni le nom ni l’histoire » est alors transportée à la morgue. Elle serait morte noyée dans la Seine, où son corps sans vie a été repêché. La fermeté de sa peau et son visage juvénile laissent à penser qu’elle a environ 16 ans.

Pour tenter de l’identifier, « son corps est donc exposé au grand public ». Une pratique « courante » à l’époque, l’exposition de cadavres non-identifiés consistant « une attraction populaire ».

« Il n’y a pas une seule fenêtre à Paris qui attire plus de spectateurs que celle-ci » a d’ailleurs noté un commentateur dans un volume de gravures, Paris inconnu (1893).

Un masque mortuaire « vendu comme un objet décoratif »


Malgré la foule, personne, selon les chercheuses du BMJ, ne serait parvenu à reconnaître la jeune inconnue. L’histoire aurait donc pu simplement s’arrêter là pour elle. Mais c’était sans compter sur « le légiste qui a pratiqué l’autopsie du corps », qui, « captivé par l’apparence de la jeune fille » souhaita en conserver un souvenir.

« Le légiste a ainsi appelé un « mouleur » (modeleur) pour préparer un masque mortuaire en plâtre basé sur le visage de la jeune fille », indiquent les chercheuses. Et comble de cette affaire, le « mouleur », lui aussi, fasciné par le beau visage de la jeune fille, décida d’exposer son travail dans la vitrine de sa boutique.

« Encore une fois, le visage au demi-sourire mystérieux de l’Inconnue de la Seine aurait suscité l’engouement », indique Sciences et Avenir . https://www.sciencesetavenir.fr/sante/coeur-et-cardio/qui-est-l-inconnue-de-la-seine-qui-a-deja-sauve-2-5-millions-de-vies_149995

Ainsi « dans la décennie qui a suivi, le masque a été produit en masse et vendu comme un objet décoratif à accrocher aux murs des maisons et appartements parisiens, puis des régions au-delà », relate de son côté le New York Times .


500 millions de personnes entraînées

Quelques années plus tard, en 1963, le destin de l’Inconnue de la Seine embrasse celui de Peter Safar, « un anesthésiste autrichien qui avait entrepris, des années plus tôt, des recherches sur la réanimation ».

Cette année-là en effet, Peter Safar, associé au cardiologue Archer Gordon pour fonder le comité pour le massage cardiaque au sein de l’American Heart Association, « invente » ce que l’on appelle aujourd’hui « le massage cardiaque moderne » : une technique nouvelle « de sauvetage efficace pour réanimer les victimes d’arrêts cardiaques, de noyade ou d’étouffement » mais qui nécessite, encore aujourd’hui, « de la force et de l’entraînement ».

Alors pour s’essayer à cet exercice difficile, tout évitant de se casser les côtes de « cobayes » humains bien vivants, « Archer Gordon et l’anesthésiste norvégien Björn Lind contactèrent un fabricant spécialisé de jouets et de poupées, Åsmund Laerdal, pour développer un mannequin pour la pratique du massage cardiaque ».

Ce dernier, pour qui « le projet avait une signification personnelle », « son fils de 2 ans ayant été sauvé de la noyade quelques années plus tôt », a alors l’idée de réaliser le visage de son mannequin avec les traits d’un masque accroché sur l’un des murs de la maison de ses grands-parents. Un masque qui n’était autre que celui… de l’Inconnue de la Seine.

Depuis cette incroyable épopée, l’Inconnue de la Seine, devenue désormais « Resusci Anne » pour les sauveteurs, aurait aidé, selon BMJ, plus de 500 millions de personnes à s’entraîner aux gestes de premier secours. Une fin héroïque pour cette défunte anonyme qui a permis de sauver près de 2,5 millions de vies dans le monde entier.


ouest france
Admin
Admin
Admin

Messages : 13860
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 66
Localisation : cotes d'armor

https://lasandalettedeplouha.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum